Forum | Le Tam-tam

Flammes poétiques pour Feu Johnny...

Praxitèle
Praxitèle · il y a
Déposons poétesses, déposons poètes ici quelques mots, l’amertume des flots échoués au pied d’une montagne de regrets.
Déposons l’amer s’écoulant dans le vide du moment.
Déposons des voyelles au bleu de son regard, des consonnes accrochées à son blouson noir. .
Déposons des vers rouillés devant le taulier, l’éphémère au pied d’une voix immortelle.
Déposons un écrit vain devant une idole intemporelle, une prose à fleur de peau, le tatouage d’une rose qui ne fanera jamais.
Déposons quelques rimes, un refrain qui rembobine un épisode de notre vie, la fleur bleue remontante d’un vague à l’âme.
Déposons une folle envie à faire vomir les chœurs et vibrer les bourdons, un dernier désir avant que ne gerbent les fleurs.
Mais toujours par la voie du cœur !

·

Pour poster des commentaires,
LBC
LBC · il y a
Johnny, pour l'état civil,
Tu es Jean-Philippe Smet.

Mais Pour les français,
Tu es Johnny Hallyday.

Un beau matin tu t'es choisi ce nom,
Et Line Renaud te parrainait, jeune prodige da la chanson.

Baigné du rock américain,
Tu as enflammé l'Européen,

Apportant un peu de ce Elvis
Dans le déhanché de Johnny.

Rockeur blouson noir,
Tu enfourches l'Harley à l'abri, derrière tes lunettes noires.

Tu sillonnes les routes,
Biker risque tout.

Cent fois tu as failli mourir,
Et cent fois tu réchappes pour mieux revenir.

Ce funeste mercredi, fatigué, tu es tombé.
Alors nous, ceux que tu as aimé, permets-nous de te porter.

Maintenant tu vas pouvoir te reposer,
Toi qui, toute ta vie, as roulé.

À la recherche de la tendresse paternelle,
Tu as trouvé la fidélité dans tes tournées.

Toujours plus grand, toujours plus beau,
Tes shows étaient des cadeaux.

Nous, ton public, nous ne nous y sommes pas trompés,
Tes chansons, c'était ton Coeur, ta générosité.

Non, Johnny, tu n'es pas parti, ta flamme, c'était ton public,
Et ton public, c'est ta vie qui se poursuit.

Assis sur ton nuage, je te vois sourire Johnny,
Tu as gagné, et ton paradis, c'est la tendresse de Ton public.

Authentique comme ta voix, authentique comme ton Coeur,
Nous, ton public, nous te le crions :
À jamais, Johnny, nous t'aimons !

·
Asleon50
Asleon50 · il y a
TOUTE TA MUSIQUE QU'ON AIME

Toi, la légende, la bête de scène
Tu as laissé nos âmes en peine
Toi, le chanteur abandonné
Hier soir, tu nous as quittés

Moi, j’ai en tête tes mélodies
Elles m’aident à chasser mon ennui
Moi, ton répertoire m’a appris
A vivre pour le meilleur aussi

La France remplie de désarroi
L’aura qui émane de toi
Donne l’envie d’un bel hommage
Tes chansons parcourent tous les âges

Gabrielle, Marie ou Laura
Se souviendront toujours de toi
Idem pour nous les anonymes
Ton succès était unanime

Les mélomanes retiennent la nuit
Comme un parfum de nostalgie
Tu es, étais et resteras
L’idole des jeunes, ça va de soi !

Tu allumais si bien le feu
Nous, glacés, ta mort nous émeut
Une chose est sûre, je te promets :
On n’oubliera jamais ton nom

·
Momo69190
Momo69190 · il y a
On a tendance à résumer son oeuvre à deux trois chansons, il en a écrit tant et tant, celle que je prefère c'est la fille à qui je pense ou au pays des aveugles sur l'album jeune homme
·
LBC
LBC · il y a
Vous résumez ce que chacun pense depuis ce triste jour... La légende est née, Johnny reste Hallyday, et chaque briquet allumé, c'est la flamme de Johnny Hallyday.
·
Praxitèle
Praxitèle · il y a
Merci Asleon pour ce bel hommage en vers et titres de ses chansons.
·
Volsi
Volsi · il y a
Je n'ai rien produit et ne produirai rien mais je suis aussi allée sur la page d'Antino :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/rideau-vers-libres

·
Antino
Antino · il y a
Oh, merci pour ce partage. En attendant de lire d'autres poèmes ici, bonne soirée :-)
·
Praxitèle
Praxitèle · il y a
Sympa Volsi
Merciiii !

·
Praxitèle
Praxitèle · il y a
Souviens-toi l'été dernier (glose poétique*)

Souviens-toi, nos cœurs embrasés
La chaleur de la flamme vespérale
Les mèches rebelles apaisées
*Quand tes cheveux s’étalent
Souviens-toi le bien et le mâle
La sueur et le grain de ta beauté
Souviens-toi de la saison estivale
*Comme un soleil d’été
Souviens-toi le velours d'un pétale
Le bouton d’or jamais fané
La douceur de la soie mise à mal
*Et que ton oreiller
Etouffait dans un dernier râle
Souviens-toi petite mort moissonnée
Cette parcelle d’amour vitale
*Ressemble aux champs de blé


*"Quand tes cheveux s’étalent
Comme un soleil d’été
Et que ton oreiller
Ressemble aux champs de blé"
Que je t'aime

·

La charte du forum

La littérature (courte) est avant tout une passion, et un loisir qui s’adresse à tous. La diversité et l’éclectisme de la communauté Short Edition font donc toute sa richesse,...

Lire la charte