Forum | Le Tam-tam

Autisme et littérature

Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
A propos du Blog de Short Edition (cf aussi du Facebook de Short Edition) où il est écrit que selon les hypothèses d'une biographie récente Emily Brontë aurait été autiste....plusieurs questions se posent.
-que pensez-vous de cette déduction ? j'ai répondu sur le blog mais comme je ne suis pas trop certaine que mes publications passent je recopie ici.
-Voyez-vous d'autres écrivains qui auraient pu être autistes?
-Dans quelles maisons d'édition et sites d'édition être considéré comme autiste est-il un critère de publication? et dans lesquels est-ce un critère de non publication?
_________________________________________________________________________
Ma réponse sur le blog, ci dessous
Hold on, this is waiting to be approved by Short Edition.

Ah non! pas encore! ce scoop était déjà paru sur le Facebook de Short Edition et j'y avais réagi. Les biographes d'Emily Brontë ne savent plus quoi inventer pour se faire mousser sur le dos d'Emily Brontë, ils lui ont tout prêté et son contraire. Vous en connaissez beaucoup vous, des gens, qui auraient une super vie sociale en ayant perdu leur maman à 4 ans, qui auraient été envoyés dans un établissement scolaire qui aurait tué leurs grandes soeurs, dont 2 amis ainsi qu'une quasi mère adoptive (une tante) seraient décédés dans d'atroces souffrances, qui habiteraient une grande maison mal chauffée à côté d'un cimetière,qui auraient été témoins d'épidémie dévastatrices de choléra dans leur village du fait de la disposition de ce même cimetière dont les eaux de pluie charriaient des germes mortels en contrebas, des gens dont le frère se saoulerait tous les soirs, provoquant un incendie , des gens qui auraient écrit leur roman en pleine phase finale de tuberculose? Emily Brontë à 4 ans était décrite par ses enseignantes comme une adorable enfant sociable...elle a toujours été très proche aussi de sa petite soeur, Anne, elle a supporté une année de déracinement en Belgique....Tous les Asperger sont des génies mais tous les génies ne sont pas des Asperger. Emily Brontë était tout simplement une personne sensible et intelligente qui vivait dans un cadre inoubliable mais mortifère.
·

Pour poster des commentaires,
Florence Duquesne
Florence Duquesne · il y a
Il faut bien que nous, pauvres mortels, trouvions une explication à notre médiocrité dans les dysfonctionnements des génies. S'ils ne dysfonctionnaient pas nous ne trouverions pas d'excuse à notre médiocrité. (Ce comportement est cependant à éviter.)
·
Zalma
Zalma · il y a
En même temps, c'est vrai que quand on est un peu décalé (mais pas psychotique non plus... :) !), et à peu près tout le temps décalé, si on réalise quelque chose qui plait, dans un domaine artistique, ou scientifique... , on se dit : "ouf... je ne suis pas si cinglé(e) que ça + ça va, je peux continuer à être un peu décalé(e)... ça passera mieux... d'ailleurs, je comprends mieux pourquoi je suis un peu décalé(e), mais c'est moins grave, du coup... puisque je suis capable de produire un truc qui plait...".... etc... OU : le monologue intérieur (et ponctuel, car le décalé ne regarde pas que son nombril et son décalage...:) ) du décalé...
·
Florence Duquesne
Florence Duquesne · il y a
Je ne sais pas si le décalage d'un texte reflète le décalage de son auteur, sa quête de décalage ou son inconscient décalé mais, pour ma part, je me retrouve en tant que lectrice dans les textes décalés. Quant aux textes que je produits, ils sont bien plus décalés que mes comportements "réels". Dans mon roman "Illusions parallèles", j'aborde ce problème. Intéressant que vous fassiez allusion au décalage. Je vais aller voir si vos productions sont aussi décalées qu'il semblerait. À tout de suite dans votre dimension.
·
Zalma
Zalma · il y a
En fait, j'ai mis très peu de textes en visibilité... mais ai beaucoup de choses en cours, que je ne publierai pas forcément ici :) !
Donc, on n'aperçoit que très peu (à pas...) mon décalage dans mes textes sur Short... (mais je vous garantis qu'il est bien réel, et transparait dans d'autres textes, que je publierai d'une façon différente...) !

Je vais aller voir vos textes également :) !
·
Zalma
Zalma · il y a
À mon avis, "l'état mental" d'un auteur n'apporte ni n'ôte rien à la qualité (ou à la médiocrité...) de son œuvre...
L'essentiel est le texte, la production littéraire, dans tous les cas de figure.
Pour ma part, à l'extrême, je pourrais même défendre un texte sans apprécier aucunement son auteur (si toutefois je le connaissais personnellement...). Bon, c'est mon point de vue : considérer que l'auteur est un "outil" qui s'utilise lui-même pour produire sa littérature... :) !
·
Doum
Doum · il y a
Franchement qu'Emily Brontë ait été autiste ou pas a-t-il le moindre intérêt?
·
JACB
JACB · il y a
Je trouve affligeante cette propension actuelle qui consiste à décortiquer et amoindrir les œuvres et leurs auteur(e)s reconnu(e)s comme faisant date culturellement alors que se font un peu pâles les génies de notre siècle...Pourrait-on mettre cette énergie et ce souci du "happening" au service de la création et de l'innovation en matière d'art, de littérature, de musique plutôt que de s'accrocher aux basques de ces grands noms d'hier qui font encore aujourd'hui ? L'originalité et parfois les déviances ont toujours habité les artistes, ceux de notre siècle s'affirmeront-ils uniquement dans l'ombre de leurs prédécesseurs?
·
Mapie
Mapie · il y a
Emily n'était pas autiste ...elle était anglaise ...
Se poser la question : être anglaise au 19eme siècle , vivant au beau milieu des landes anglaises ;)))
·
Latuemouche68
 Latuemouche68 · il y a
Excellente réponse, tout à fait perchée. J'adore.
·
L.G.
L.G. · il y a
je ne sais si Emilie était autiste ou non, les neurotypiques ont de singulières analyses parfois, et des tendances mercantiles intraitables, à l'occasion lisait cette jeune personne Hélène Nicolas dite: Babouillec Algorithme éponyme "Je suis arrivée dans ce jeu de quilles comme un boulet de canon, tête la première, pas de corps aligné, des neurones survoltés, une euphorie sensorielle sans limites. Les oreilles stand by à la jacasserie humaine, les mains et pieds sens dessus dessous, les yeux dans les yeux de moi-même. Modèle dispersé, gratuitement mis au monde par besoin de casser la mécanique culturelle.
La tête comme un ressort sans verrou oscillant vers les quatre points cardinaux…
c'est génial enfin pour moi
·
Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J'ai vu le film qui présente le travail d'Hélène Nicolas dite Babouillec, un film génial sur une personne extraordinaire. On en ressort changé, elle a beaucoup à nous apprendre. Quant à savoir si Emily Brontë était autiste, je partage l'avis de Sylvie, ce sont des élucubrations dont les éditeurs en mal de ventes de biographies ont le secret. Je n'avais pas lu le blog, merci pour l'info.
Film : Dernières nouvelles du cosmos, de Julie Bertuccelli.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=247964.html
·
Marie
Marie · il y a
N'ayant pas Fb, je n'avais pas lu cette excellente réflexion sur Emily Brontë. Merci de dissiper ce brouillard de "buzz" qui touche même les grands auteurs disparus.
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Le scoop est sur le blog de short edition, donc consultable en page d'accueil. Ce blog est tenu par Matteo et intéressant car comportant une info chaque jour, souvent dans le domaine artistique. J'ai vu que Paul Jomond avait répondu en commentaire, en nous rappelant l'existence d'une autre grande Emily. La malheureuse Emily Brontë n'a guère été épargnée par ses biographes, quelles particularités ne lui a-t-on pas prêtées, il faut bien pisser de la copie. Mais, Marie, il n'y a pas que les auteurs disparus à qui l'on attribue les troubles psychiatriques qui font le buzz du moment: Einstein...Mozart...etc
·

La charte du forum

La littérature (courte) est avant tout une passion, et un loisir qui s’adresse à tous. La diversité et l’éclectisme de la communauté Short Edition font donc toute sa richesse,...

Lire la charte