Forum | Hors les murs

Littérature et féminité

Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Une question que je me pose à chacune de mes visites à ma librairie préférée quand Je constate que les lectrices sont largement majoritaires.
La littérature est-elle féminine?
Une lectrice sommeille-t-elle en chaque lecteur?
Les livres ont-ils un sexe?
·

Pour poster des commentaires,
Renacé
Renacé · il y a
Dans votre librairie, à quelle heure? par quel temps? votre quartier est-il populaire? ou socio-économiquement favorisé? Ces femmes sont-elles de bonnes épouses, de bonnes mères, de bonnes filles , de bonnes nièces qui pensent pour chaque cadeau à "un livre". Si comme moi vous écoutez, et regardez les émissions "littéraires"....(les auteurs qui y viennent s'y montrent lecteurs), et si vous avez observé ci-dessous, les auteurs qui soutiennent short Ed, vous remarquerez la dominance masculine.....Les hommes n'achètent pas leurs livres, ou bien se les font-ils livrer?.....
Pour faire avancer le " chmilblick" ...vieille référence ... Guy lux...Coluche...C'est dire le sérieux relatif de ce qui précède....
·
Gladys
Gladys · il y a
Non pas Guy Lux, c'est Minux (dixit Coluche)
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Coluche? Le type qui a ouvert une chaîne de restos?
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Je fréquente deux librairies du centre ville de Limoges, où j'habite. Mais quand je vais dans d'autres ville comme Orléans ou bordeaux, je fais les mêmes constatations. Je ne souhaite pas établir une théorie sociologique sur la lecture. Par contre j'aimerais bien savoir ce qu'est une bonne épouse?
·
Sourisha
Sourisha · il y a
pas moi..je vous l'assure :))
·
Gladys
Gladys · il y a
Une femme comme d'autres, cherchez un peu vos préférences en tous genres et si elle répond à vos goûts dans un maximum de domaines , c'est la bonne mais gare aux amis lol
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
J'en parlerai à mon conjoint.
·
Sourisha
Sourisha · il y a
excellent:)
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Tu te poses encore plus de questions qu'Hamlet !
·
Gladys
Gladys · il y a
Va voir TropYic, elle répond à ta question:
Elle dit: je m'en bats les couilles et en fais une omelette , ce que faisait également Hamlet tout grand qu'il soit!!
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Je ne connais pas cette recette
·
Kyou
Kyou · il y a
Cela a peut-être changé, mais il y a quelques années, dans les classes littéraires au lycée, terminales A, puis terminales L, la très grande majorité des élèves étaient des filles; par contre, dans les terminales scientifiques, C puis S, le nombre de garçons était impressionnant..
Le choix dépendait surtout des débouchés, réputés plus importants dans les filières scientifiques.
Ce que je peux remarquer aujourd'hui, c'est que les jeunes , garçons ou filles lisent moins qu'avant, et que si les parents ne font pas l'effort de leur lire des histoires quand ils sont tout petits, de leur mettre des livres dans les mains plutôt que des manettes de jeux vidéo, les mots "lectrice "ou "lecteur" n'ont pas un grand avenir devant eux!
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Cela n'a pas changé, pour les L en tout cas. Un garçon pour 30 filles, souvent. Même proportion à l'université pour, au final, récolter parmi les enseignants chercheurs pourvus de doctorats un homme sur deux, si ce n'est deux sur trois. On se demande d'où on les sort.
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Je pense que les enfants qui voient leurs parents lire sont naturellement attirés par la lecture. Même si je suis un contre exemple.
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
Non. les jeunes qui ont vu lire tout leur vie leurs parents ,et ont toujours eu accés a leurs bibliothèques ne sont pas forcément lecteurs. Bp sont davantage attirés par l'audio visuel, internet et cie ...( malheureusement ) et c'est à l'école que cela se voit : orthographe déficiente, pauvreté de vocabulaire, méconnaissance de la grammaire ...et ce n'est pas d'hier,,
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Cela dépend aussi des parents.
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
Non non simplement les femmes ( enfin certaines ) ont sans doute davantage de temps libre pour flâner dans les librairies. Les hommes presses préfèrent commander sur internet !
En revanche il existe effectivement des bouquins et des auteurs qui attirent davantage les femmes que les hommes et inversement .
·
Gladys
Gladys · il y a
Les bonnes femmes ont du temps . Où elle trompe leur homme ou elles lisent ou les deux même
·
Sourisha
Sourisha · il y a
"ont sans doute davantage de temps libre"..? houlaaa...posté en direct du moyen âge..?:))
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
Non ^^ les femmes s'organisent différemment , et franchement, ma grand mère avait moins de temps lire que moi !
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Je connais beaucoup de femmes bordéliques qui passent leur temps à courir dans tous les sens.
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
Mais moi aussi ,et beaucoup d'hommes aussi ! Ne généralisons pas :
a l'avenir j'emploierai les mots "certaines et certains" pour évoquer ces considérations sociologiques :)
·
Gladys
Gladys · il y a
Oh oui même qu'on les appelle des " branleurs"
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Pourquoi les hommes seraient-ils plus pressés que les femmes?
Ils trouvent le temps de jouer au foot ou de regarder à la télé.
·
Gladys
Gladys · il y a
Un monde sans foot est un monde carré sans ballon
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
Les hommes sont dans l'immédiateté d'un match de foot; de la télé, oui; mais la lecture n'exige pas cela. Au contraire, elle demande du tranquillité et silence pour en saisir toutes ses subtilités. C'est un autre registre. (selon moi bien sûr ).
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Ce sont surement les conclusions d'une étude scientifique qui m'a échappé.
·
Gladys
Gladys · il y a
Il y a même des femmes qui lisent et jouent au foot, non mais , on verra tout
·
Fan
Fan · il y a
La littérature n'est pas féminine, ni masculine. On nous a trop fait croire qu'elle n'était qu'une affaire d'hommes, mais elle est universelle ! La tradition littéraire est purement masculine, et très peu de références féminines sont arrivées jusqu'à nous (en tout cas pas aussi massivement que celles des grandes figures d'écrivains). Rien que la sémantique est parlante, on refuse encore trop le terme d'écrivaine. Même Simone de Beauvoir a séparé le fait d'être femme et le fait d'être écrivain.

Mais vous avez raison, la majorité des grands lecteurs sont en fait des grandes lectrices ! C'est un paradoxe intriguant, n'est-ce pas ? Pour résumer de manière très grossière, les femmes se ruent dans les universités de lettres pour étudier les hommes qui écrivent.

Je pense que l'activité de lecture, c'est quelque chose qu'on attribue de manière consciente ou non à ce qu'on cache sous le terme 'féminin' ; une activité calme, à l'inverse des activités dites 'masculines' comme le sport. Parce que les femmes sont encouragée à être sages (je résume encore une fois de manière très grossière). Et les hommes (ou les petits garçons) ne sont pas encouragés à s'intéresser à leur intériorité. Dommage pour les deux sexes, non ?
·
Obsidiane
Obsidiane · il y a
J'ai bien ri mais c'est exactement cela ! C'est effectivement dommage pour les deux sexes mais je crois qu'en grandissant les petits garçons et petites filles s'affranchissent de ces oukases de l'enfance et osent s'aventurer dans des chemins plus assumés et personnels .
·
Gladys
Gladys · il y a
Oui les petites filles pubères à 8 ans, les garçons à 9
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
On peut aussi penser que beaucoup d'hommes considèrent que la lecture n'est pas une priorité.
On peut aussi imaginer que certains hommes pensent que la lecture est une activité féminine et qu'un homme qui lit n'en est pas vraiment un. Il ferait mieux de taper dans un ballon ou de bricoler.
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Très paradoxale cette affaire : non seulement une majorité de femmes sont les lectrices d'une majorité d'hommes écrivains mais en plus, puisque l'on parle d'université on remarquera qu'en fac de lettres il y a beaucoup d'appelées et peu d'élues. En effet chaque année on y trouve des proportions d'environ 98% d'étudiantes ( 2% d'étudiants ) mais au final combien de ces nombreuses étudiantes travailleuses et passionnées décrochent les postes relativement prestigieux de professeurs d'université ? fort peu. Plus de la moitié des professeurs d'université en fac de lettres sont des hommes. Et les étudiantes dans tout ça ? elles font carrière -si l'on peut dire- dans l'enseignement aussi, mais reléguées à des postes plus pâlement rétribués, plus humiliants, moins porteurs de distinctions honorifiques potentielles, de professeurs des écoles, de collège, de lycée. Pourquoi ce clivage ? à quel moment est ce que cela dérape pour la majorité de ces 98% d'étudiantes qui espéraient certainement au départ un bel avenir dans le monde du commentaire littéraire ?.je m'éloigne un peu du sujet, mais...
·
Fan
Fan · il y a
Vous avez raison Sylvie, et ce constat est extrêmement triste. Les postes à responsabilité (ou à "autorité" ?) ne sont pas féminins. Les milieux littéraires ou culturels sont ceux que je connais le mieux, mais j'imagine aisément que c'est un problème de société qui touche tous les milieux (d'après Olivier, aussi dans les sciences ?). Une histoire de plafond de verre, de l'ambition enseignée qu'aux petits garçons, de perte de confiance en soi lorsqu'on est femme dans une société d'homme... On est femme donc on est moins légitime. Vous avez raison, on s'éloigne un peu du sujet, mais... tout se recoupe :)
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Je crois que le problème se pose dans d'autres domaines, comme les sciences, par exemple.
·
Emma
Emma · il y a
Les femmes sont certainement moins conduites aux responsabilités par éducation. Peut-être sont-elles plus pragmatiques aussi ? Moins carriéristes en général ?
Juste une petite chose, Sylvie, être prof des écoles ou au collège n'est pas prestigieux et moins cest payé mais ce ne sont pas des postes humiliants, il ne faut pas exagérer ! :))
·
Gladys
Gladys · il y a
Non rien d'humiliant ni de déshonorant à enseigner en collège ou lycée, pour les enfants qui ont des profs sur-diplômés , c'est un gros avantage pour leur développement intellectuel
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Quand on se fait dire " je m'en bas les c...lles" ou que l'on se retrouve, parmi d'autres collègues, être le personnage d'un blog d'élèves, il arrive que ce soit humiliant. Mais cela dépend aussi des classes que l'on a et des quartiers où l'on exerce. On a moins de risques de se faire humilier dans une classe de bilangues, option latin, allemand 1ere langue, que dans la classe constituée des 30% de redoublants de l'année précédente ou de gars qui en revendant du shit sont d'ores et déjà plus riches que leurs prof .Toujours est-il qu'en plus de cela les prof d'université ont un avantage sur les autres enseignants: pendant leurs cours d'amphi, donc la moitié du temps, ils disposent de microphones pour se faire entendre et puis, autre avantage, ils peuvent flanquer à la porte les étudiants insolents sans risquer de se faire remonter les bretelles et geler leurs notes administratives par le proviseur. J'ai connu un prof d'université qui abusait de ces prérogatives : non seulement il ne préparait pas ses cours et était incompréhensible mais il éjectait les étudiantes de sa salle ou de l'amphi pour un oui ou pour un non. ça ne l'a pas empêché de se faire couronner des palmes académiques, en fac ils les ont tous, car pour les récolter il suffit, je crois, qu'un tenant du titre les demande pour vous. Plus bas dans la hiérarchie ( lycée, collège etc) cette distinction n'est pas du tout automatique sauf si l'on est proviseur ou principal de l'établissement.
·
Gladys
Gladys · il y a
Des noms Sylvie stp, on va s'en occuper de ces gros phallocrates
·
Emma
Emma · il y a
Certes, tout cela est vrai. Mais je ne suis pas du tout dans cet état d'esprit. Et je ne travaille pas dans un quartier favorisé ! Plutôt l'inverse. Par choix. Et même si c'est difficile, je ne me suis jamais sentie humiliée... J'ai du mal à faire des généralités, je connais des profs de facs qui aiment leur boulot et le font avec sérieux, je connais des profs ou des instits qui sont à fond, j'en connais d'autres qui n'en font pas lourd. Dans tous les cas, je crois que dans beaucoup de boulot il y a de tout. Chez les enseignants comme ailleurs. Et dans de grosses boites où ce sont des cadres, pas des fonctionnaires, il y a des tire au flanc, des gens qui bossent, des chefs qui assurent et d'autres qui gagnent un max en étant incompétents.
Ce que j'en retiens, c'est que je m'en fiche pas mal du moment que je suis bien là où je suis... Si d'autres ont les palmes, tant mieux pour eux. ça sert pas à grand chose... je préfère de vraies palmes pour aller observer tranquillement les poissons...
·
Gladys
Gladys · il y a
Emma je vous adore
·
Emma
Emma · il y a
Ben en voilà une bonne nouvelle !
·
Gladys
Gladys · il y a
Les gros montants en fric sont à la défense et je peux te dire qu'ils sont bien défoncés
·
Coum
Coum · il y a
Les hommes se cachent-ils pour lire ?
Pour répondre à vos questions :
La littérature est universelle.
La lectrice ne sommeille pas toujours en chaque lecteur.
Un bon livre a les deux sexes ; il est du troisième sexe.
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Les hommes lisent moins de romans et il semble que lorsqu'ils lisent ils s'orientent plutôt vers la littérature policière et la science fiction.
·
Gladys
Gladys · il y a
Pas de généralité stp Sylvie!!
·
Coum
Coum · il y a
L'étude est sociologique ; il est très difficile de connaître les habitudes de lecture des gens ; aujourd'hui l'achat en ligne est très présent.
·
Gladys
Gladys · il y a
Et la lecture en ligne Coum, est-ce à bannir?
·
Coum
Coum · il y a
Etes-vous sûre d'aller bien ?
·
Gladys
Gladys · il y a
Pas du tout, aucune certitude chez moi Et VOUS ??
·
Coum
Coum · il y a
Moi non plus, je me remet toujours en question pour rester d'aplomb !
·
Gladys
Gladys · il y a
Merci de votre réponse non polémique et sensée il me semble
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Je me base sur mon expérience.Ma mère lisait beaucoup de romans, tout le temps. Mon père lisait aussi mais uniquement des revues de vulgarisation scientifique. Mon neveu qui avait de très bonne notes en français, pourtant et un vocabulaire riche dès ses deux ans, ne lit que dalle et passe à présent son temps sur des jeux vidéo...Il est vrai que j'ai une ou deux amies qui, bien qu'ayant fait des études de littérature, se désintéressent prodigieusement de la lecture de romans, mais ce sont plutôt des exceptions qui confirment la règle, je pense. Et dans le petit monde de fanzines que je fréquentais c'est surtout les hommes qui étaient lecteurs et écrivains de science fiction et d'heroic fantasy. Et quand j'ai fait mon expérience cette année de comité de lecture sur Oniris, plus d'une centaine de nouvelles me sont passées sous les yeux en quelques mois : cela m'a confirmé que les nouvelles où il est question de voyages intergalactiques ou de guerres, ou des textes à orientation polar qui se passent dans les bars et même en version fantastique les épouvantes sanglantes sont plus souvent des écrits de garçons que de filles, presque toujours, en fait..
·
Gladys
Gladys · il y a
Il a passé son bac à 5 ans ton neveu avec son niveau
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Peu d'hommes lisent.
Je le constate dans mon entourage.
Par contre, ils parlent parfois de leur femme qui lit.
·
Gladys
Gladys · il y a
Erreur! de leur femme au lit, j'avais compris en ce sens...un obsédée vous dis-je!
·
Emma
Emma · il y a
Le mien lit beaucoup. Et nos trois gars aussi... exception ?
·
Gladys
Gladys · il y a
Et au lit ça va???excuse
·
Emma
Emma · il y a
Très bien merci !
Et toi ?
·
Gladys
Gladys · il y a
Merci oui mais je suis seule;..
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Que lit-il ?
·
Emma
Emma · il y a
Ben c'est un informaticien.. il lit bcp de thrillers. Un peu de littérature américaine quand je le pousse... et la bd.
Mes fils lisent moins qu'avant, sauf le numéro deux qui lit des classiques, de la philo, des essais... mais c'est pour améliorer ses arguments anarchistes !
·
Gladys
Gladys · il y a
Ah ces informaticiens. Le mien d'homme était Anarcho-syndico- hermaphro , licorno spécialiste
·
Emma
Emma · il y a
En fait pas tout à fait. Electronicien à la base. et pas spécialiste des licornes. Ni anarcho, juste un peu. Et syndico, un peu aussi. pas hermaphro, ou alors un truc m'a échappé...
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Comment faites-vous pour le pousser?
Et pour quelles raisons?
·
Emma
Emma · il y a
J'insiste sur le thème, l'histoire...
·
Gladys
Gladys · il y a
où est l'anarchie là dedans, rien compris
·
Emma
Emma · il y a
Pas grave...
·
Gladys
Gladys · il y a
Pour la 1 ere partie, littérature américaine, polar etc
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Haha ! motivé, le fils !
·
Emma
Emma · il y a
ça c'est ben vrai... motivé. Et charmant. et intéressant. Pas dans le moule....
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Tant mieux alors
Cela vient surement du milieu professionnel dans lequel je baigne
Les informaticiens lisent très peu
·
Yasmina
Yasmina · il y a
Je vous recommande cet article :
De la « littérature féminine » à « l'écrire-femme » : différence et institution [article]
Béatrice Slama
Je vous livre le début :

Pour une femme, écrire a toujours été subversif : elle sort ainsi de la condition qui lui est faite et entre comme par effraction dans un domaine qui lui est interdit.
La Littérature est aventure de l'esprit, de l'universel, de l'Homme : de l'homme. C'est affaire de talent et de génie, donc ce n'est pas une affaire de femme.
Pourtant des femmes écrivent...
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
J'ai malgré tout l'impression qu'il est plus difficile à une femme d'élaborer une intrigue, plus difficile à un homme en revanche de faire vibrer un roman. Je donne pour exemple l'écrivain Colette. Si l'on excepte ses "Claudine", en particulier le premier, qui a été supervisé par son esclavagiste de premier mari, ses écrits ont un génie inégalé pour évoquer sublimement des paysages, des parfums, tous les sens mais ne comportent pratiquement pas d'intrigues.
·
Gladys
Gladys · il y a
Pas d'accord, vois le talent d'évocation de paysages, d'odeurs que parvient à restituer E.Zola dans une oeuvre comme "La faute de l'abbé Mouret"
·
Luc M
Luc M · il y a
Je suis frappé, à lire des textes écrits par des femmes, de voir à quel point elles paraissent posséder des "antennes" que nous n'avons pas, disons en général. A l'inverse, les écrits masculins semblent effectivement généralement plus dans l'action, le mouvement, un peu moins dans la psychologie.
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Chacun possède ses propres antennes.
·
Yasmina
Yasmina · il y a
Peut-être avons-nous l'esprit moins cartésien et sommes-nous plus intuitives.
·
Gladys
Gladys · il y a
Tous les cartésiens
Toutes les cartésiennes
Sont américains
Sont américaines la faute à
Napoléon
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Pour quelles raisons d'après vous?
·
Gladys
Gladys · il y a
Napoléon te dis-je!
·
Yasmina
Yasmina · il y a
C'est en partie inné, intrinsèque à l'essence féminine, lié à sa perception plus sensorielle du monde.
Cela peut venir aussi de l'héritage culturel.
·
Gladys
Gladys · il y a
Oui c'est surtout culturel à mon avis
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
La culture pèse très lourd dans notre identité. Dès la naissance, nous sommes influencés par notre environnement.
·
Gladys
Gladys · il y a
Absoluti Olivier, dès la sortie du cocon, à voir les cons, on voudrait y retourner!
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
On ne nait pas femme, on le devient, parait-il.
·
Gladys
Gladys · il y a
Vous avez lu Simone De Beauvoir?
·
Gladys
Gladys · il y a
Simone
·
Yasmina
Yasmina · il y a
That's the question !
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci.
Je lirai cet article
On ne peut que déplorer l'absence des femmes dans les arts, en général. Les femmes peintres, musiciennes, sculteuses et même cinéastes restent rares.
Cela signifie-til que les femmes ne pratiquent pas ces arts, ou, au contraires qu'elles n'ont pas accès à leur diffusion?
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Cela indique que leur temps est souvent occupé par des tâches ménagères et familiales qui empiètent sur leurs loisirs, que dans leur vie professionnelle aussi elles ne savent pas tricher et se laissent absorber par les exigences du métier au lieu de prendre le temps de créer mais aussi qu'elles ne sont pas aussi encouragées que les hommes dans la diffusion de leurs créations. Pour preuve la sculptrice Camille Claudel, une grande artiste qui a contribué à beaucoup de chef d'oeuvre de Rodin en en sculptant de grandes parts mais dont il a occulté la gloire et dont la révolte dans ce domaine a été matée par un enfermement définitif dans un asile d'aliénés. La soeur de Mozart était, enfant, un aussi grand prodige que lui mais une fois atteint l'âge de raison on a jugé plus utile de la renvoyer dans ses pénates. Et puisque réussir une oeuvre d'art est très mangeur de temps. vous serez plus motivés à y passer vos jours et vos nuits si vous vous dites qu'au bout du chemin il y a un contrat d'éditeur, une prise en charge de producteur, un marché de tableaux en vue, cela vous motivera davantage que si vous avez essuyé quelques refus de diffuseurs. Ce n'est pas pour rien que les soeurs Brontë ont pris des pseudonymes masculins au départ, ce qui leur a ouvert les portes de la postérité.
·
Gladys
Gladys · il y a
Les femmes étaient interdites d'écriture à cette époque, elles n'ont pas eu d'autre choix que d'utiliser ce subterfuge
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
J'en déduis, que si les hommes s'occupaient davantage des tâches ménagères, les femmes pourraient s'épanouir dans les arts
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
C'est possible mais en plus du manque de temps il y a aussi la réception du public et dans ce domaine non seulement les hommes accordent plus volontiers leur confiance aux hommes mais les femmes ne sont pas toujours les amies des femmes. Je m'éloigne un peu du sujet grandes créations artistiques mais dans The Voice pourquoi est-ce toujours un garçon qui remporte la mise ? parce que dans ce jeu les filles votent en majorité pour les garçons et que les garçons votent pour les garçons..
·
Gladys
Gladys · il y a
C'est quoi ça "the voice"
·
Fan
Fan · il y a
Il me semble que Une chambre à soi de Viginia Woolf (très vite lu) répondrait parfaitement à votre question Olivier ! Plus précisément le passage sur la petite sœur fictive de Shakespeare :) Même si cet essai est sans doute très loin de nos problématiques contemporaines, on y trouve pas mal de beaux questionnements.
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
A propos si Virginia Woolf a pu percer en littérature c'est aussi parce qu'elle avait un mari aux petits soins, éditeur de surcroit et qui l'encourageait dans son labeur d'écrivain.
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
En France, on a quand même quelques auteuses, comme Virginie Despentes, par exemple qui ont réussi à percer sans avoir de mari
·
Gladys
Gladys · il y a
On peut considérer que la littérature policière est un sous-genre , je le pensais depuis longtemps quand j'ai rencontré d'excellentes femmes-auteurs dans ce genre comme "Karine Giébel et Fred Vargas parmi d'autres.
·
Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Le mari n'est pas obligatoirement gage de réussite, au contraire. Je soulignais que Virginia Woolf avait eu la chance d'avoir un mari qui l'encourageait dans son travail d'écrivain ( ce qui n'est pas le cas de tous les maris, en particulier ceux qui ne cuisinent pas mais qui comptent avoir tous les jours des repas dignes de l'Elysée, ce qui est dévoreur de temps ) et qu'en plus il était éditeur, ce qui aide quand même un peu à faire sa com'. Virginie Despentes n'est pas l'exemple le plus motivant car si, pour réussir en littérature, il faut non seulement se lancer dans des publications salaces mais en amont mener la vie qu'elle a menée, merci du cadeau !
·
Gladys
Gladys · il y a
Une grande Virginie Despentes
·
Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
A chacun ses goûts. J'apprécie beaucoup Virginie Despentes, et j'attends le dernier tome de Vernon Subutex avec impatience. Ses romans méritent le détour, et n'ont rien de salace.
J'aurais aussi pu parler de Fred Vargas....
·
Gladys
Gladys · il y a
Excusez Olivier, je pense comme vous et je l'ai écrit plus haut, je n'avais pas vu le votre
·
Gladys
Gladys · il y a
J'attends aussi le prochain " Vernon Subutex"
·

La charte du forum

La littérature (courte) est avant tout une passion, et un loisir qui s’adresse à tous. La diversité et l’éclectisme de la communauté Short Edition font donc toute sa richesse,...

Lire la charte