Temps de lecture
1
min
poésie 70LECTURES

Un petit garçon

– 15 février 1860. –


Saint-Père, je croyais que vous étiez un père
Ne s’occupant qu’en Dieu ; que c’était même écrit ;
Que, ne pensant qu’au ciel, vous méprisiez la terre,
Et ne vouliez qu’un bien, un seul, en Jésus-Christ.
Pourquoi dit-on alors qu’il vous faut autre chose,
Que vous aimez un trône en verre, et des soldats
Qui cueillent dans le sang, une épine sans rose
Pour la Religion... ? Mensonge ! n’est-ce pas ?

Mais, si c’est vrai, Saint-Père, écoutez le langage
D’un enfant qui vous parle, et se permet d’oser : –
Quand ma mère me donne à choisir, étant sage,
Je laisse le gâteau, pour prendre le baiser.

Pour le petit garçon en prières :
Xavier Forneret
qui ajoute :

Moins un pape possède, et plus il est géant !
Ne prêche-t-il donc pas des Grandeurs, le néant ?