Temps de lecture
1
min
poésie 41LECTURES

Prenez le cas que, comme je suis vôtre

Prenez le cas que, comme je suis vôtre
(Et être veux) vous soyez tout à moi :
Certainement par ce commun bien nôtre
Vous me devriez tel droit que je vous dois.
Et si Amour voulait rompre sa Loi,
Il ne pourrait l'un de nous dispenser,
S'il ne voulait contrevenir à soi,
Et vous, et moi, et les Dieux offenser.