Temps de lecture
1
min
poésie 56LECTURES

L’heur de mon mal, enflammant le désir

L’heur de mon mal, enflammant le désir,
Fit distiller deux cœurs en un devoir :
Dont l’un est vif pour le doux déplaisir,
Qui fait que Mort tient l’autre en son pouvoir.

Dieu aveuglé, tu nous a fait avoir
Du bien le mal en effet honorable :
Fais donc aussi que nous puissions avoir
En nos esprits contentement durable !