Charles de Saint-Évremond
vers 1614 - 1703

Bien que Saint-Évremond soit un moraliste il est aussi un penseur libertin, épicurien, volontiers railleur. Plume à l'esprit vivace et honnête homme, il brille dans les salons et compense sa laideur physique par une disposition naturelle au beau langage. Toute son œuvre circule clandestinement et ne sera recueillie en volume que de manière posthume. L'exil lui servit de prétexte pour voyager et pour rencontrer l'aristocratie anglaise avec qui il entretient de bons rapports. Le roi Charles II lui donna même une pension.

Œuvresles plus lues

1099

lectures

NOUVELLE
6 min

Vous me demandez, ce que je fais à la campagne ? Je parle à toutes sortes de gens, je pense sur toutes sortes de sujets, je ne médite sur aucun. Les vérités que je cherche n’ont pas besoin... [+]

210

lectures

NOUVELLE
10 min

J’ai cru longtemps que les femmes avoient un assez grand avantage sur nous, en ce que nous ne sommes aimés que des moins sages, et que le plus sage des hommes a trouvé à propos de les aimer toute... [+]

193

lectures

NOUVELLE
2 min

Le siècle d’Auguste a été celui des excellents poëtes, je l’avoue ; mais il ne s’ensuit pas que c’ait été celui des esprits bien faits. La poésie demande un génie particulier, qui... [+]

à(re)découvrir

Son Époque
17ème siècle

Alors que la France se pavane à la cour du roi. Où l'on apprend que Louis XIV est peu rancunier.

EN SAVOIR +

Sa Culture
Française

Où l’on apprend que Louis XVI écrit dans son journal intime « rien » le 14 Juillet 1789.

EN SAVOIR +