Forum | Le Tripot

Le jeu TUC-O-FI des mots et une phrase imposés pour qui relève le défi

Cadaveski
Cadaveski · il y a
Vous pouvez trouver ici les défis pour l'écriture de Texte Ultra Court aux Figures Imposées TUC-O-FI

http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/la-recette-du-texte-l-ultracourt-aux-figures-imposees-un-tuc-o-fi

Bonnes écritures et bonnes lectures
j'aime

Pour poster des commentaires,
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Tout un fromage... pour le 86

J'ai poussé Ursuline et nos trois rastaquouères hors de l'isoloir.
« Allons z’enfants vers la sortie,
c’est pas le grand soir qu’est arrivé »
A la table de vote les assesseurs regardaient leurs godasses.
De la pièce voisine arrivaient d'étranges effluves de minestrone.
Ursuline a osé un « Vous y mettez du fromage à raclette ou du parmesan ? » mais le coeur n'y était pas...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
On est inspiré par l'actu je vois. C'est lequel des deux fromages qui file ?
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
On devrait le savoir dimanche :)
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Allons z’enfants vers la sortie,
c’est pas le grand soir qu’est arrivé

rastaquouère, minestrone, ursuline, godasses
j'aime
JACB
JACB · il y a
En prière mais enfiévrée, elle empêtra le bout de ses godasses dans sa robe de bure, aperçut Ursule le Saint sapé comme un rastaquouère en habit chamarré au fond de la chapelle et chut les bras en croix dans un parfum de minestrone, un grand fracas de prie-Dieu tombés à genoux dans la nef … Le silence…Puis des voix ! Quoi de plus normal dans ce couvent des Ursulines ! Des voix… plutôt un chant murmuré :
-« Allons z’enfants vers la sortie
C’est pas le grand soir qu’est arrivé »
Des bras sous ses aisselles :
-C’est demain pour tes vœux, allez, en rang pour la soupe.
Robes de bure trottinèrent deux par deux sous la galerie du cloître.
Sous sa coiffe blanche migraine lancinante, elle s’emmitoufla dans les effluves nimbant l’entrée du réfectoire.
-C’est minestrone, ce soir. Prions mes sœurs !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Sous des dehors cocasses, la perpétuelle bagarre entre la cher et l'esprit.
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
je veux dire la chair !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Pardon, j'ai pas pu m'empêcher...

Ça sent le fromage. Un rat’accourt et son copain Ursule l’imite
Erreur, il s’agit d’une puante godasse et Minet trône à côté.
Il faut fuir ! Nos rongeurs entonnent, pour se donner du courage : « Allons z’enfants vers la sortie,
c’est pas le grand soir qu’est arrivé »
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
ça détourne à tout va mais c'est pour la bonne cause :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Phase maniaque sans doute...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Sympa la mise en scène. Comme une histoire pour les z'enfants. Et amusants les détournements. Quand même, il y a des ''S'' qui se sont envolés !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
En avant la musique pour le 86 !

Allons z’enfants vers la sortie,
c’est pas le grand soir qu’est arrivé

rastaquouère, minestrone, ursuline, godasses
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
''Le carré de l'hypoténuse est égale à la somme des carrés des autres côtés''.

Merde alors !
j’ ai pas de bol :
revenir encore
à ce vieux Pythagore.
Ah non, ça serait trop gore !
Il faut que j’ose
examiner les choses
sous un autre angle.
Bas les pattes, hypoténuse
qui te prétends ma muse !
Si tu crois que tu m’amuses.
C’est Shakespeare qui rirait : lol, lol, lol !
Et Molière donc : mdr, mdr, mdr !
Qu’est-ce qu’on rigole !
à s’en rouler par terre.
Non mais pour qui tu te prends ?
fière comme Artaban,
face à tes deux côtés
que tu mettrais bien de côté.
Tout ça parce que ton carré
bedonne plus que les leurs.
Mais eux, de leur côté,
sont carrément minables
pas foutus de flairer le leurre.
N’y a t-il donc pas un troll
qui les poussera
à te rentrer dans le lard ?
Ca serait l’enfance de l’art.

Bon, j’avais pas grand chose
à dire sur ces gens-là
je n’suis qu’une pauv’ newbie
alors bye bye !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Bye Bye mais reviens vite !
j'aime
Margho
Margho · il y a
et avec un nouveau défi ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Shakespeare en lol... Ciel !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi85... ou quand Kevin sort sa science

“Il est relou ton cahier, Kevin! Mdr”
“C'est ma reum qui m'l'a ach'té. C'est pas d'ma faute si elle aime les patineuses”
“Pas sûre que ce troll de M'sieur Dugenou kiffe la couverture”
“C'est p't'être qu'un newbie l'prof de maths mais j'suis peinard... depuis quy' nous gave avec son théorème, là... Le cahier de la patineuse est légal même si la somme des cahiers des autres est comptée”
j'aime
Margho
Margho · il y a
hip (hop) patineuse ?
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Ah les jeunes ! Mes vestiges collégiens de géométrie ne me permettent pas de saisir l'astuce de la dernière phrase.
j'aime
JACB
JACB · il y a
mdr au féminin!
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Sur le forum, j'ai appris que mdr, c'était mort de rire (et non un gros mot à 5 lettres) donc équivalent de LOL (loud of loughing). Quant à newbie, prenons la définition de Margho. Troll, ça vous savez. Non, la phrase ne me rebute pas même si la géométrie et moi... Je propose donc qu'on s'y colle. Et vous ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le 85, inspiré par le forum pour les mots.
La phrase : "Le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés"
les "mots" : Lol, mdr, newbie, troll
j'aime
JACB
JACB · il y a
Je déclare forfait!
j'aime
Margho
Margho · il y a
C'est la phrase sans doute...
Ceci dit ce défi n'est pas très attractif, j'en conviens. Changeons en
j'aime
JACB
JACB · il y a
Non Margho ce sont les abréviations..Mais il ne faut pas tenir compte uniquement de mon avis! Vegas et Emérillon composeront peut-être..
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je plaisantais avec la phrase, je me doutais bien que le "vocabulaire" était en cause... Pourquoi ne pas le détourner ?
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
mdr alors ! c'est quoi mdr et newbie ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
mdr vous savez visiblement... Newbie, si j'ai bien saisi, mais à vérifier quand même, c'est un novice en général et plus particulièrement en jeu vidéo
j'aime
Margho
Margho · il y a
Défi 84...

Elle m’appelait Einstein. Je croyais mériter
Un tel autonomase : un esprit affûté,
Lettré, intelligent… Je n’ai rien vu venir
Et ne sais ce qu’il va de mon couple advenir
"Que tu aies réponse à tout ne te met pas à l'abri de ce que tait le lendemain."
Ces liens qui unissaient nos deux cœurs amoureux
Je veux les renforcer, les rendre vigoureux
Et faire une épissure là où ils s’effilochent…
Mais elle va me quitter, elle a fait ses valoches !
J’ignore où elle s’en va mais je serai Orphée
Descendant aux enfers pour retrouver sa fée
J’irai jusqu’à Kaboul si m’y mène ma quête
Et foi de Don Juan, referai sa conquête !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
j' adore les valoches qui riment avec s'effilochent l De jolis vers pour un obstiné. Comme lui, j'y crois.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Einstein et Don Juan... il devrait parvenir à ses fins !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Voilà un texte prêt à concourir pour la saint valentin Margho!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Grrr...
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi 84 où l'on apprend que le teckel s'appelle Kaboul... et alors ?

"Que tu aies réponse à tout ne te met pas à l'abri de ce que tait le lendemain."
Germaine eut cette réponse qui n'appartient qu'à elle : »On dit pas c'que t'es le lendemain mais c'que tu es le lendemain »
Quand je veux éviter la polémique je me tape une bière bien fraîche, ça marche et c'est ce que j'ai fait.
“Et ferme le frigidaire!” explosa t-elle.
“T'en as pas marre des antonomases, Germaine?”
“Anto quoi, Môssieur Einstein?”
“On dit réfrigérateur”
Germaine tira sur Kaboul – son affreux teckel – et fila s'enfermer dans la chambre.
Il ne restait plus à Einstein – soi-même – qu'à refaire une fois de plus l'épissure de la laisse...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
un dialogue affûté. Moi je prends la bière au frigo.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Voilà comment on congèle l'origine des mots...
j'aime
JACB
JACB · il y a
ça ferait une planche de BD très rigolote! J'aimerai bien présenter Kaboul à Dolly ma teckel...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Un vrai lévrier afghan, ce teckel...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Tu te souviens de notre périple jusqu'à Kaboul ?
On était partis sac au dos, main dans la main, nos doigts entrelacés en épissure amoureuse. On en a fait des kilomètres, en train, en bus, en stop. C'était la joyeuse période Hippy. La fleur à l'oreille, insouciante et naïve, tu n'admettais qu'un seul mot d'ordre : Peace and Love. Hélas, tout est relatif, comme l'affirmait Einstein ! Et la fleur s'est transformée, oh pas pour toi, mais pour toutes tes soeurs là-bas, en burka. Kaboul, antonomase de liberté perdue. A cette époque, loin d’imaginer ce sombre futur, tu n'aurais jamais voulu prendre au sérieux cet avertissement : ''que tu aies réponse à tout ne te met pas à l'abri de ce que tait le lendemain.''
j'aime
Margho
Margho · il y a
J'aime beaucoup Emerillon. Bien sûr qu'il faut parler de Kaboul ainsi... J'aurais aimé le faire...
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Qu'il est loin le Peace and Love...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Et voilà le 84: antonomase- Kaboul- Einstein - épissure
"Que tu aies réponse à tout ne te met pas à l'abri de ce que tait le lendemain."
j'aime
Margho
Margho · il y a
Antono quoi ??? Dico, vite !
j'aime
JACB
JACB · il y a
c'est lorsqu'on emploie un nom propre comme un nom commun: ex:Tartuffe, des tartuffes....
j'aime
Margho
Margho · il y a
Il neigeait mais les cristaux adamantins ne tourbillonnent plus...
La veille horloge n’égrène plus militairement les secondes…
Tout semble arrêté, sauf ce tremblement qui m’agite, du bout de l’oreille droite au creux poplité gauche. Je commence à avoir sérieusement les chocottes.
J’ai du mal lire le mode d’emploi ( j’ai la tête comme une passoire). Pourtant, j’ai suivi les consignes à la lettre : l’ombre, les bougies et tout le tintouin.
J’ai appelé. Il semble qu’il soit venu… On a récité ensemble : 'O temps suspends ton vol et vous, heures propices, suspendez votre cours.''
Ça a marché ! Sauf que, pour revenir en arrière avec un temps arrêté, c’est pas gagné !
Je n’aurais jamais du acheter le manuel du parfait petit médium.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Encore une belle idée pour traiter la consigne et placer des mots pas faciles! Bravo Margho
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Tout est casé et tout coule de source. Sans parler de la poésie des cristaux adamantins et du suspense jusqu'à la très réjouissante chute.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Voici ma tartine pour ce 83 !
(Complainte d'un gardien au cimetière de Saint-Point)

“O temps suspends ton vol, et vous, heures propices
Suspendez votre cours”
mais militairement si j'en crois les auspices
me voici à la bourre !

Deux siècles au garde-à-vous les muscles poplités,
ce foutu Lamartine
m'aura bien arnaqué jusqu'à perpétuité
Saint-Point c'est la routine

Ces mémoires inédits sont une vraie passoire
l'oeuvre d'un plaisantin
quand j'aurai lu tout ça j'irai là-bas revoir
le lac adamantin...

P.S: qu'on ne s'étonne pas après si tout est dépeuplé
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je soupçonne le gardien d'avoir abusé du Pouilly-Fuissé...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
De romantisme, point. Mais du rythme, de la désinvolture, oui. Un vol au-dessus de l'ordinaire.
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Avec vos SI, on reste assis ! Bravo à JACB et Vegas.
Dans un style plus classique.

Du plus pur roman primitif, le cloître de l’Abbaye au Bois servait depuis peu de refuge à un artiste en fuite. Des sbires étaient aux trousses du malheureux Andy Warhol qui avait osé représenter un despote africain s’extirpant d’un oeuf monstrueux, la coquille craquelée coiffant un crâne chocolat dégoulinant de jaune glaireux. Furieux, pour mettre la main sur le fugitif, ce tyran d’un état non loin du Nigéria, avait même fait appel au FBI, lequel s’était désisté. Comme on abordait la semaine sainte, résigné dans sa retraite, l’homme de l’art passait son temps à décorer des oeufs qu’il disposait au pied des cierges, s’imaginant qu’au matin de Pâques il les verrait éclore à l’unisson. Savoir ce qu’il en sortirait ? Ca, il l’ignorait. Créateur, oui, mais il n’était pas Dieu après tout. D’ailleurs si Dieu était ovipare, il faudrait remplacer les crucifix par des coquetiers.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Un style classique pour une scène déjantée... ça me va !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Waouh! Je verrais bien warfol ainsi en scène! un petit régal votre texte Emerillon J'aime ++++++. Allez votre talent nous pondra bien un autre défi?
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Bon, c'est bien pour vous faire plaisir. Le 83 vous appelle. Allez-vous en mettre des tartines ?
''O temps suspends ton vol
Et vous heures propices
Suspendez votre cours.''

adamantin, poplité, militairement, passoire.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Jambes à demi-pliées militairement penché, je prends la pose. Mon muscle poplité me fait vraiment souffrir. Dureté adamantine dans la posture qu’il plagie me fait serrer les dents, épouser la passoire de tous mes doigts nerveux. O temps suspends ton vol et vos heures propices suspendez votre cours !
-Alors ! Tu la prends cette photo !
C’était longuet ! J’en avais marre de jouer à la statue ! Ma sœur avait toujours de drôles d’idées !
-Ben, avec la passoire ça fait vraiment pas Le Discobole !
Et en plus, elle était perfectionniste !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Mince, je l'avais loupé celui là !!!
Et revoilà mon fou rire désormais quasi quotidien ! Merci JABC, beau numéro d'équilibriste !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Jamais vu un militaire dans cette position inconfortable ! Et la passoire en guise de disque, en voilà une trouvaille à l'éclat du diamant !!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
82 - J'ai voulu faire du « A la manière de Cavanna »
ça vaut ce que ça vaut

" Si Dieu était ovipare, il faudrait remplacer les crucifix par des coquetiers"
Si le FBI recrutait de la pétasse, on entendrait : »Vous avez demandé une Fausse Blonde Infiltrée... ne quittez pas »
Si l'Agence Bolivienne de l'Information était mieux informée on y jouerait du pututu et non du hautbois
Si le Nigeria était au Brésil on l'appellerait Araguaiaia
Si Léonard avait peint la Joconde pour Coca-Cola on l'aurait appelé Warhol
j'aime
JACB
JACB · il y a
J'adore le dernier SI ! C'est Margho qui va être surprise: le 82 nous a inspirés aussi vite...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Mais ni l'un ni l'autre ne sauriez me surprendre ! Je n'ai jamais douté.
Ce que j'adore aussi, c'est bien qu'à tous les coups
je me prends un fou-rire et ça fait un bien fou !
j'aime
JACB
JACB · il y a
82, Chiche!
Si Dieu était ovipare
Il faudrait remplacer
Les crucifix par des coquetiers,
Marcher sur des œufs
Jusqu’à l’Abbaye au Bois.
Si Warhol ainsi le dupliquait
Il faudrait brancher le FBI
Au cul des bénitiers
Pour filer les grenouilles
Jusqu’aux frontières du Nigéria.
Quelle pagaille !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Sacré amalgame... heureusement IL n'est pas ovipare :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
JACB, vous l'aurez voulu... Défi 82 :

La phrase de Cavanna : " Si Dieu était ovipare, il faudrait remplacer les crucifix par des coquetiers"

Et, au hasard du Larousse, mais côté noms propres : FBI, Abbaye au Bois, Nigeria, Warhol
j'aime
JACB
JACB · il y a
Tout est casé!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Que du beau monde!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le hic est de savoir quoi en faire...Je n'aimerai pas être à votre place !
j'aime
JACB
JACB · il y a
N°81 rixe- pet de lapin- fongicide- ogresse (qui fera le 82...que je joue?)
"Oui, le méandre est circonvolution et qui dit circonvolution ne peut s'empêcher de penser au cerveau."
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Oui, le méandre est circonvolution et qui dit circonvolution ne peut s'empêcher de penser au cerveau.
Pour éviter de s'y faire des noeuds on traitera certains replis sinueux du cortex à l'aide d'un fongicide; préférer celui de l'Ogresse en poudre au Pet-de-Lapin en gélules sous peine de rixes pariéto-occipitales.
A défaut un grand seau d'eau glacée peut convenir...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Avec un entonnoir sans doute ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Ogresse racoleuse, la campagne est en route,
Ses méandres sournois désormais me dégoûtent
Oui, le méandre est circonvolution et qui dit circonvolution ne peut s'empêcher de penser au cerveau…
Le mien est irrité : promesses de clampins
Dont les engagements valent pets de lapin !
J’y deviens allergique : Mycose me décrépit
Et aucun fongicide n’agit sur mes champis…
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
“Certaines personnes font des promesses pour le seul plaisir de ne pas les tenir.” Bravo pour ce coup de gueule, Margho !
j'aime
JACB
JACB · il y a
La rixe n'est pas loin...je la sens...la devine...elle est sous-entendue..même si vous l'avez oubliée Margho! cri du cœur partagé!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Oups... Je recommence !

Débats interminables, rixes médiatisées,
Fines piques assassines à fleuret moucheté…
Ogresse racoleuse, la campagne est en route,
Ses méandres sournois désormais me dégoûtent
Oui, le méandre est circonvolution et qui dit circonvolution ne peut s'empêcher de penser au cerveau…
Le mien est irrité : promesses de clampins
Dont les engagements valent pets de lapin !
J’y deviens allergique : Mycose me décrépit
Et aucun fongicide n’agit sur mes champis…
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
J'aime bien quand tu recommences :)
j'aime
JACB
JACB · il y a
Bravo! Bien amenées les rixes!!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
N° 80 stéthoscope- bec de gaz. funambule- huissier
La Phrase "Bien sûr qu'on s'en tamponne le coquillard que ce pigeon de corbac se fasse chourer son calendos par ce faux derche de goupil!"
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
“Bien sûr qu'on s'en tamponne le coquillard que ce pigeon de Corbac se fasse chourer son calendos par ce faux derche de Goupil! Et arrêtez d'tripoter ce stéthoscope, Ouatson!” hurla l'inspecteur La Bavure.
Dans le couloir – raide comme un bec de gaz – Ouatelse et ses dreadlocks façon serpillière passa discrètement sur ses quinze centimètres de talons telle une funambule.
“Euh... chef, c'est pas un stéthoscope, c'est un... calendoscope” bredouilla Ouatson.
La Bavure fumait :”D'où vous sortez c'gadget?”
“Euh... c'est pas un gadget, chef. C'est dans les pièces saisies chez Goupil par l'huissier” répondit Ouatson.
“Bigophonez-moi fissa à l'étude! Il a un blaze cet huissier?”
“Euh... un dénommé Lavabeau ou Lafontaine... un nom comme ça, chef”
j'aime
JACB
JACB · il y a
Et un César pour le calendoscope! Un sketch de première Vegas!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Bien sûr qu'on s'en tamponne le coquillard que ce pigeon de corbac se fasse chourer son calendos par ce faux derche de goupil!

Mais là, ça sent l’embrouille : le piaf pète un câble, perd les pédales, veut se buter en jouant les funambules sur une ligne haute tension, se casse la gueule…

Son palpitant part en vrille, le stéthoscope perd la boule, on n’arrive pas à intuber son bec de gaze …
On a tout vu, on est dans la panade : s’il calanche, faudra pas s’étonner si sa bourgeoise cherche à tirer les marrons du feu en s’adressant à un huissier de Justice ou à l’allumeur !

Et là, tu fais quoi ? Hein ? Tu t’affales, tu le balances, le nuisible… Et ce puant, avant les assiettes, pour pas ramasser le bouchon ou coiffer perpette, il fera suer les parrains fargueurs qu’ont reconobrer sa frime!

Alors, tu vois mon gars, ça sent l’ roussi. Moi, j’me casse !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Je verrais bien Jean Gabbin lire votre texte avec toute la gouaille que vous y avez semée Margho.
j'aime
Robert Dorazi
Robert Dorazi · il y a
Quand j'ai lu la regle du jeu sur le lien donné, il m'est revenu en mémoire des images du génial Perceval de Kaamelott expliquant les règles de ses jeux du pays de Galles aux pauvres Caradoc et à l'aubergiste, tous les deux excellents par ailleurs :D
j'aime
Margho
Margho · il y a
79 ? La phrase : "Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c'est malhonnête".
Ours polaire, placebo, bandana, calisson...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Posté sur la banquise, tel un ours polaire, l’homme en caleçon promenant son regard sur l’immensité glacée s’émerveilla : de cette place, c’est beau. Quelle bande d’ânes à manger du foin tous ceux qui n’en profitent pas !
Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c'est malhonnête.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le bandana m'avait tout d'abord échappé... Lui aussi est excellent !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Pour un peu je vous aurai rappelé placébo...mais beau il est ainsi placé! Par contre si le cas leçon fait moins pâte d'amande, on savoure le point de vue avec plaisir!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Chez Short Edition le calisson est molletonné pour les longues soirées d'hiver sur la banquise :)
Sacrés détournements, Emerillon !
j'aime
JACB
JACB · il y a
On lui avait dit tant de fois :
-C’est un tueur, méfie-toi !
Mais dans cet hôpital psychiatrique ils avaient tous tant de choses à tuer, leurs névroses, leurs crimes, leur folie, leurs chagrins, le temps…qu’elle évitait d’y penser.
Les jeux de rôle semblaient lui faire du bien et elle en usait volontiers avec lui.
Quand il l’a bâillonnée avec son bandana et emballée dans la couverture en peau d’ours polaire, elle s’est focalisée sur l’effet placebo :
-Non ! Elle n’avait pas peur ! Il jouait au grand méchant loup…
Quand dans la boîte qu’elle lui avait offerte à Noël, il a saisi deux calissons pour se les planter dans la bouche comme deux dents de vampire, elle s’est mise à rire un peu jaune sous son bâillon.
-Décidément c’était un enfant !
Quand elle lui a dit que le jeu avait assez duré, il a mangé ses crocs en pâte d’amande et serré fort son cou de gazelle.
Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c'est malhonnête.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
... et le vivre pour en mourir c'est ballot !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Chercher l'ours
Chaque soir – comme un défi – j'y allais d'un « Je bande Anna ! » tonitruant mais il ne suffit pas d'y croire.
J'étais plus truand que Tony ; croire en quelque chose et ne pas le vivre, c'est malhonnête.
Je n'étais finalement qu'un vaurien de la braguette, une chiffe molle, un calisson d'ex accroché aux souvenirs d'un mariage raté.
En guise de placébo elle simulait avec tant de fièvre qu'un ours polaire y aurait laissé sa fourrure et ses profiteroles sur la banquise.
J'étais amer... un ours est peut-être fidèle, monogame et bisannuel dans ses ruts mais lui au moins il jouit.
j'aime
JACB
JACB · il y a
C'est de quelle couleur les profiteroles d'ours polaire?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Oserai-je dire que vous avez des profiteroles ?
Et le calisson d'ex qui fait dans la guimauve... Jouissif !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Poser trois fois la question c'est de l'insistance ou je ne m'y connais pas :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Conflits avec souris espiègle ...
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
souris espiègle = pléonasme ?
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
''Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux''.
Pourquoi entendis-je tout à coup ce message subliminal tout au fond de mes diverticules auriculaires ? Fallait-il que je sois une relique complètement desséchée pour croire une assertion pareille. Mais non, j'étais un garnement qui, il n'y a pas si longtemps, tétait encore sa mère. C'est avec avidité que j'aspirais sa mamelle généreuse m'abandonnant à une pourlècherie goulue. Ai-je encore du lait dans le nez comme le reprochent aux mioches les mâles qui les refoulent de leur cercle viril ? C'est sûr, je ne suis pas pusillanime mais qu'est-ce qui fait le plus peur : venir trop tard dans un monde trop vieux ? ou trop tôt ?
j'aime
JACB
JACB · il y a
Bien casé le diverticule! La phrase développée par le texte , une prouesse! Oscar mérité Emerillon!
j'aime
JACB
JACB · il y a
prêt(e)s pour le 78?
Les mots: pourlècherie. - relique. pusillanime- diverticule.
La phrase: je suis venu trop tard dans un monde trop vieux.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Je suis venu trop tard... je file au 79ème défi :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
ça y est, c'est fait, donc vous pouvez revenir au 78 !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je l’imagine hypocrite, moqueuse.

Elle savoure ma défaite, elle se régale, j’en suis sûre. Et, visiblement, elle assume sa pourlécherie.
Avare de mots, pusillanime. Elle ne donne aucune indication.
J’aime comprendre quand je me trompe. De mon temps on trouvait les explications : « descendre dans le talweg, emprunter le GR puis son premier diverticule… ». Je suis venue trop tard dans un monde trop vieux…

Et elle qui me susurre en boucle, de sa voix sucrée : « faites demi-tour avec prudence… »

Pas le choix. Je me gare en bord de route et lui ferme son clapet. Na ! Je sors ma vieille boussole, relique toute bosselée qui a tant et tant bourlingué…
A l’ancienne, je fais le point sur la carte.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Déroutant mais c'est ce que j'aime
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Il y a du suspens mais à la fin on est d'accord : combien de fois on a eu envie de lui régler son compte à celle-là !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Je suis comme vous Margho: les Gps me contrarient souvent! J'ai mis le mien avec une voix québécoise...j'ai l'impression d'aller en terre inconnue...accepte plus facilement de me perdre et qu'on me guide. En tout cas bravo pour votre billet d'humeur.
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Un petit 77 ?
''Demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, je m'étirerai voluptueusement et déciderai de rester dans les plumes''.

Amphigourique, ersatz, alligator, manutention.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je n’aime pas le préfabriqué. Les nichoirs en bois, suspendus par les bipèdes, sont des ersatz ridicules dont j’ai une sainte horreur. Mais le fait bec, ça use : trois jours complets de manutention à me trimbaler des brindilles, des poils de chien et des bouts de laine…
Ce soir, n’attendez pas de solo harmonieux ou de trille savante, au mieux ce ne pourrait être qu’une plainte amphigourique aux onomatopées approximatives. Je suis rompu, j’ai les cervicales en compote et les articulations du bec qui coincent.
Demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, je m'étirerai voluptueusement et déciderai de rester dans les plumes, suffisamment haut perché pour échapper aux prédateurs, chat de la voisine ou autres types de walligators stupides.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Comme j'aime bien je n'en parlerai pas à mes 4 chats... mais n'y reviens pas !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
J'aime ce drôle d'oiseau. Un brin râleur : on se demande pour qui il va voter
j'aime
Margho
Margho · il y a
Ali Batros
j'aime
JACB
JACB · il y a
ou Ali Boron....y'en a beaucoup à se présenter!
j'aime
Margho
Margho · il y a
L'âne qui piaf ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
L'âne qui piaf ?
j'aime
JACB
JACB · il y a
J'vous fais un bec, Margho! Promis, je vais mettre des plumes dans tous mes nichoirs.
j'aime
JACB
JACB · il y a
C'est la faute à Vegas....

Ali Gator, je te plumerai !
Je te plumerai tes votes,
Je te plumerai tes notes
Amphigouriques promesses,
Ersatz de programme,
Manutention mensongère!
Je te plumerai les fesses,
Ali Gator, je te plumerai
Demain dès l’aube,
À l’heure où blanchit
La campagne je m’étirerai
Voluptueusement et déciderai
De rester dans les plumes.
Ali Gator je te plumerai.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Il faut bien que ce soit la faute de quelqu'un...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Entre le plumard et l'isoloir, il y a des plumes des plus alertes !
j'aime
JACB
JACB · il y a
J'ai appris un mot grâce à vous Emerillon... c'est vrai que l'on ne s'encombre pas naturellement d'amphigourique....
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le duo Vegas/JACB me met en joie à chaque fois. Encore !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, je m'étirerai voluptueusement et déciderai de rester dans les plumes.
Facile à dire quand y reste encore à placarder dix mille affiches avec un ersatz de colle à poisson, gérer la manutention de trois tonnes de tracts, corriger les fautes d'orthographe d'un discours amphigourique!
Ali Gator... pouvait pas s'inventer un autre nom?
Putain d'campagne!
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Alors là, chapeau ! Imagination, phrases ressserrées, décontraction. Si j'avais pu penser à un crocodile mahométan !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Une campagne couverte de bulletins blancs c'est moins classe que du Victor Hugo :)
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Superbe, Margho. Et audacieux ce ventre en loque qui fait écho (?) au ventriloque !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Mouais... Ai triché, quoi...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Allez, en route pour le 76 !
"En soie ou en pilou, l'habit ne fait pas le moine."
ventriloque, accidentel, margarine, méchamment
j'aime
JACB
JACB · il y a
Méchamment découvert lors de la prière du matin suite à un juron accidentel surgi du fin fond de sa glotte, Père Tataîé avoue ses dons de ventriloque dans le bureau du Père Prieur. En soie ou en pilou, l'habit ne fait pas le moine. Et là, honteux et confus en chemise de bure, il n’a pas voix au chapitre:
-Vous serez privé de margarine,Père Tataïé.
-Au pain sec et à l'eau ! singe une petite voix alors que sa bouche est close.
Le Père Prieur se signe, atterré:
-Vous êtes possédé, mon fils!
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
J'ai un faible pour le Père Tataîé et ses dons mais pourquoi le Père Prieur croit-il que "son fils" est possédé alors qu'il vient d'apprendre que Tataîé est ventriloque ?
j'aime
JACB
JACB · il y a
...il n'a pas voix au chapître (jeu de mots sur l'expression) en un mot il n'a droit qu'à se la fermer! Dur dur avec deux voix!
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
j'avais bien compris le jeu de mots, bien sûr, mais ça ne répond pas à ma question.
j'aime
JACB
JACB · il y a
La voix du diable ? l'exorcisme? Le Père Prieur est très religieux, il doute et n'imagine pas un seul instant que la parole de Dieu puisse être double chez le moine.. En tout cas j'apprécie votre lecture attentive Emerillon.
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Comment çà la parole de Dieu ? Tataîé (j'admire le nom) a fait surgir un JURON accidentel ? Je trouve que Papa Prieur, très religieux, je n'en doute pas, on le serait à moins est :
soit très fanatique : il est obsédé par le démon
soit en manque total d'humour, car il n'a pas décelé la fantaisie chez son "fils" spirituel.
Cela dit, j'admire ces qualités chez vous et j'adore votre texte.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Pénétrables ou impénétrables les voix de Père Tataîé ?
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Miam !
On doit à Margarine de Valois par un lapsus accidentel sur son prénom les fameux tétons de la Reine Margot:
Chocolats coquins à base de beurre, chocolat au lait, abricot, raisin méchamment parfumé au Grand Marnier puis enrobés de chocolat blanc...
En soie ou en pilou, l'habit ne fait pas le moine tout comme en argot ou en verlan le babil ne fait pas le ventriloque.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je connaissais le St Genix (c'est dans mon coin) gâteau aux pralines en lien avec les seins de Ste Agathe... mais pas les tétons de la reine Margot. Le raisin méchamment parfumé ! On salive ! Succulent donc.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
J'aime les défis qui nous font découvrir ces curiosités anecdotiques! Une petite pensée pour les Agathe :)
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Goûteux, plus que goûteux les tétons de Margotton. Encore une recette ?
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
si le prochain défi le permet !
j'aime
Margho
Margho · il y a
"En soie ou en pilou, l'habit ne fait pas le moine », mais, lorsqu’il s’agit d’un vêtement de nuit, difficile de confondre demi-mondaine et carmélite...
Le piège est bien rôdé : un mouvement étudié, semblant accidentel, et les fines bretelles de la nuisette de soie chutent, découvrant un bien joli spectacle…
Ne jasons pas méchamment des cocottes. Pour survivre, il leur faut bien tenter de mettre un peu de margarine dans les épinards afin d’éviter d’avoir le ventre en loque…
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
La chute du "ventre en loque" vaut bien une chute de reins... je me suis fait piéger :)
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Le sort sadique
a dégoté gothique
Aucune union morganatique
avec judéo-christique.
Voici des rimes bien rash-itiques
mais, est-ce un tic ?`
il récidive ce loustic :
Bis repetita placent.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Alea jacta est... C'est pas du toc.
Qui s'y colle au 76?
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
à JACB : aurais-je oublié de cliquer ? J'y cours.
j'aime
JACB
JACB · il y a
merci, c'est fait!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Défi 75 (mots et phrase tirés à l'aveugle dans le dictionnaire)
Les mots : Gothique, judéo-christianisme, morganatique, rash
La phrase : Bis repetita placent
j'aime
JACB
JACB · il y a
Veuve morganatique sous la voûte gothique puis rash aux joues dans sa cellule monastique Françoise méditait avec ferveur sur sa condition pétrie de judéo-christianisme. Louis l’avait aimée, respectée, elle l’avait adoré, conseillé…
Aimer, adorer, respecter, conseiller… Bis repetita placent .
Madame de Maintenon se signa .S’agenouilla sur le prie-Dieu dans un bruissement de faille noire. S’abîma dans la prière sous le soleil de son roi.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Tu as l'art d'éclairer des mots tirés à l'aveugle!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Magique... Son Dieu a du guider ma main...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Après la seine et la Dordogne....
Le flux de la Loire innerve la vallée et mon fûtreau malmené se prend un râteau dans les sables alanguis. Ce braquage soudain affole une nichée de noirs brimborions : envol de poules d’eau et sonate aquatique accueillent mon échouage aux basques de tuffeau du quai de Montsoreau. Les fleuves n'irriguent pas seulement les terres qu'ils traversent, ils irriguent aussi leur histoire, imprègnent la mémoire des riverains car ils sont eux-mêmes une image ou un miroir vivant du temps.
j'aime
Margho
Margho · il y a
.Sables alanguis... Je suis née en bord de Loire, mais en amont. Je ne connaissais pas le fûtreau (joli nom). Un peu de nostalgie...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Merci de votre message de bienvenue et de vos osés défis. On en apprend tous les jours : j'ignorais que fûtreau fût une embarcation ligérienne. Moi qui pourtant connais Montsoreau et aime son fier castel.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Merci d'être venu lire le drone de Luke...Sympa à vous! Votre vote a dû s'enfouir dans le nuage?
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Une envolée lyrique qui n'a rien à envier à celle des poules d'eau.
Pour l'échouage, je compatis :)
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
''Les fleuves n'irriguent pas seulement les terres qu'ils traversent, ils irriguent aussi leur histoire, imprègnent la mémoire des riverains car ils sont eux-mêmes une image ou un miroir vivant du temps''.
C'est l'idée qui saisit Smetana lorsqu'il pointa sa longue vue vers le rivage et déduisit de ce braquage qu'il devait agir. Il descendit sur le sable dont chaque grain semble un brimborion d'éternité, prit un râteau et dessina le tracé de la Moldau pour en faire, non pas une sonate mais un poème symphonique à la gloire de sa Bohème bien-aimée.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Il y a comme un grain de poésie symphonique dans ce ratissage... belles références, Emerillon
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Et un grain de nostalgie ironique dans ce brimborion...
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Emeri
"Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait, tous les dimanches, sa poule au pot".
Ainsi parlait le Vert Galant, béguin de Gabrielle. La belle avait deux passions : elle goûtait fort l'endive en blanc manger et le jeu de dames : pour son plaisir on avait remplacé les pions par des santons colorés et vernis aussi luisants que ses ongles chouchoutés par sa manucure.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Respect Emerillon ! "Dire beaucoup en peu de lignes" ? C'est fait !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
De l'endive au sucre dedans le lait quand il bouira, pour tirer arrière, et le saler, et remuer fort, tant qu'il soit renforcy... Hummm!
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Emeri
"Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait, tous les dimanches, sa poule au pot".
Ainsi parlait le Vert Galant, béguin de Gabrielle. La belle avait deux passions : elle goûtait fort l'endive en blanc manger et le jeu de dames : pour son plaisir on avait remplacé les pions par des santons colorés et vernis aussi luisants que ses ongles chouchoutés par sa manucure.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Bienvenue Emerillon! Bravo!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Défi 74: braquage- sonate- se prendre un râteau- brimborion-
La phrase: "Les fleuves n'irriguent pas seulement les terres qu'ils traversent, ils irriguent aussi leur histoire, imprègnent la mémoire des riverains car ils sont eux-mêmes une image ou un miroir vivant du temps."
j'aime
Margho
Margho · il y a
Sale journée :
- Roxane se fiche de moi et me traite de truffe quand je confonds une sonate de Mozart et un air des Floyd. Je me prends un râteau…
- Mon cheval fait le nez et se tire…
- La météo s’est plantée. Ils annonçaient beau ! Aucun flair… Il commence à neiger, j’ai des brimborions dans les yeux, j’y vois plus rien sur ce rafiot…
- Le courant m’entraîne. Les fleuves n'irriguent pas seulement les terres qu'ils traversent, ils irriguent aussi leur histoire, imprègnent la mémoire des riverains car ils sont eux-mêmes une image ou un miroir vivant du temps. Tu parles ! La Dordogne a du me prendre pour un viking et refuse que je remonte à Bergerac… Et ces couillons qui applaudissent à mon passage ? Pour qui ils me prennent ? Erik le Rouge ? Et mon profil ? Une licorne peut-être à défaut de dragon !
- Et, pour finir, je dirige au pif : la gabarre que j’ai empruntée n’a aucun rayon de braquage. Pas moyen de tourner.
J’aurais pas du me lever ce matin. Je l’avais bien senti …
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Arrête de diriger au pif... on t'a reconnu :)
Excellent !
j'aime
Emerillon
Emerillon · il y a
Si, si, il faut se lever pour relever avec brio ce D74
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi 74: Le Château Babiole

Depuis le Brimborion, ce “Château Babiole”, petit pavillon Régence où Louis XV prit parfois un râteau auprès de la Pompadour, je ne me lasse pas du spectacle des méandres de la Seine au spectaculaire rayon de braquage.
La salle de musique résonne encore de ces sonates pour clavecin qui enchantèrent ses invités...
Les fleuves n'irriguent pas seulement les terres qu'ils traversent, ils irriguent aussi leur histoire, imprègnent la mémoire des riverains car ils sont eux-mêmes une image ou un miroir vivant du temps.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Défi 73 : endive, santon, manucure, béguin
La phrase : "Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait, tous les dimanches, sa poule au pot".
j'aime
JACB
JACB · il y a
Extirpant la fève de la frangipane ainsi s’exprima la reine:
-"Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait, tous les dimanches, sa poule au pot".
Puis me bisant pour son roi elle me couronna de ses longues mains aux ongles écaillés.
Ne puis alors que m’exclamer :
- « Pot m’en chaut, ma poule ! Santon béguin vient’en chez la manucure, endive-tu, en voilà !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
A l'Epiphanie, on se l'écaille !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Belle endivagation !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Le Sire : "Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait, tous les dimanches, sa poule au pot, son santon dans la crèche et son endive bouteille".

Le gueux : « Euh... pardon votre Sire mais j'aimerais mieux la dive bouteille au lieu d'une endive bouteille »
Le Sire : « Gardes ! Arrachez-moi la langue à ce gueux dont je n'ai manucure ! »

Un garde : « Euh... pardon votre Majesté mais on dit Je n'en ai cure et pas manucure »
Le Sire : « Gardes ! Brûlez-moi ce garde au lieu de béguin! »

Un autre garde : « Euh... pardon votre Majesté mais on dit béguer ou bégayer à la rigueur mais pas béguin»
Le Sire : « Gardes ! Pendez-moi cet autre garde au lieu de... quoi ?»

Le même garde : « Euh... pardon votre Majesté mais il n'y a pas d'autres gardes »
Le Sire : "Puisque c'est ça je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan ou garde en mon royaume qu'il n'ait comme moi son défi sur short édition”

Le premier garde: “Euh... pardon votre Majesté mais on dit chausses ou braies mais pas short”
Le Sire :”Chausses édition! Faites cessez céans ce jeu ridicule!!”
j'aime
JACB
JACB · il y a
Moi l'endive bouteille, je la sirote!!! Et la manucure, quelle trouvaille! un vrai délire, Végas+++++
j'aime
Margho
Margho · il y a
L'âne du gueux me rejoint : Brait édition, ça sonne bien... Et au moins ça s'entend de loin
Ventre Saint Gris ! Navarre doit se retourner dans sa tombe... retrouvant ses anciennes habitudes de tourner casaque au gré du vent. Mais il doit bien rigoler ! Merci pour ce morceau de bravoure Vegas sur Sarthe !.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Défi 72: cardinal-filigrane- céladon- tailler des croupières-
La phrase: Il était un de ses merveilleux pragmatistes qui savent additionner un "deux" hypothétique à un "trois" problématique et qui obtiennent un "cinq" sûr et certain.
Qui se colle au 73?
j'aime
Margho
Margho · il y a
73 ? C'est chez moi... Je m'y colle demain ?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Les brumes de l’aube naissante donnaient au Pré aux Clercs de reflets céladon. L’on distinguait à peine, en filigrane, quelques arbres givrés.

Trois gardes à dextre, deux aspirants à senestre…
Il était un de ses merveilleux pragmatistes qui savent additionner un "deux" hypothétique à un "trois" problématique et qui obtiennent un "cinq" sûr et certain. *
Il avait plus de mal à comprendre comment, avec ses potes, trois, même aguerris et experts, pouvaient faire quatre…
Mais qu’importe, leur fureur, décuplée, allaient tailler des croupières à ces satanées suppôts du Cardinal…
j'aime
JACB
JACB · il y a
ventrebleu vous êtes pire que Luke à dégainer les mots et à croiser le fer...Chapeau bas Margho!
j'aime
JACB
JACB · il y a
défi 71: bilboquet- isotherme- carmenère - pantalonnade -
la phrase: Ce matin je me suis demandée pourquoi j'étais moi, pourquoi je voyais la vie à travers mes yeux, pourquoi je n'étais pas un Chinois, une araignée ou un nuage.
j'aime
Margho
Margho · il y a
J’eusse mieux fait de finir mes mots fléchés plutôt que jouer au bilboquet. L’impact a été rude et a eu des conséquences inattendues : immédiatement après m’être estourbie ce matin, je me suis demandée pourquoi j'étais moi, pourquoi je voyais la vie à travers mes yeux, pourquoi je n'étais pas un Chinois, une araignée ou un nuage. Délire stupide, farce idiote de neurones ébranlés, vaste pantalonnade synaptique, sottises, me direz-vous ? Pourtant… Ces pensées baroques comme celles qui surviennent après un excès de carmenère ne sont pas dénuées de pertinence… Vous avez la réponse, vous qui savez tout ?
Pardon ? Vous dites ? Ah… Des glaçons ? Dans le sac isotherme ? Et ça ira mieux après ?
j'aime
JACB
JACB · il y a
Que cela soit Vegas ou vous Margho, vous m'avez casé le carmenère avec panache et humour! bravo pour la chute isotherme!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Pourtant, il m'a posé problème votre Médoc ou apparenté qui n'est ni dans ma cave ni dans le dictionnaire...
j'aime
JACB
JACB · il y a
il est souvent dans les quizz sur le vin.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Je préconise des glaçons au merlot... mais ça n'engage que moi !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Ce matin je me suis demandé pourquoi j'étais moi, pourquoi je voyais la vie à travers mes yeux, pourquoi je n'étais pas un Chinois, une araignée ou un nuage.
J'dois pas être normal, j'ai toujours préféré le carménère au merlot, le mikado au bilboquet, le rabat-joie à la pantalonnade, le Tupperware à l'isotherme, le short au burnous.
Ne m'demandez pas pourquoi et surtout foutez-moi la paix avec vos défis...
j'ai toujours préféré la fuite aux défis
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
... mais les défis c'est bien quand même :)
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ah! Bon...j'ai eu peur ! En fait c'est une galéjade...une pantalonnade?....continuez à nous étonner Vegas, votre fuite vaut bien ce défi fort réussi!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi 70
4 mots : kimono, architecte, oblique, ascenseur
La phrase : Au cours de sa pause, Bichette courait à la librairie, lisait une préface au hasard, puis retournait travailler devant son ordinateur.
j'aime
JACB
JACB · il y a
De son bureau, à l’oblique elle avait vue sur les portes de l’ascenseur. Quiconque débarquait dans les services et Hop ! Bichette fermait son écran, plongeait dans son tiroir ou saisissait son tel pour paraître occupée.
Occupée pourtant elle l’était, affairée même… débordée par ce qu’elle entreprenait ! Plutôt pimpante dans son pull vintage à manches kimono et sa jupe à godets trouvée sur le marché Saint Pierre elle avait fait semblant à la rentrée de se mettre à l’ouvrage, souhaitant vœux bonheur et santé à tous les étages de Mondial Paquet mais le cœur n’y était pas !
Elle gardait une dent contre cet architecte d’intérieur venu avant Noël déposer un projet avant-gardiste : des rayonnages colorés à projeter sur les murs au laser. Jolis certes mais vides… donc à remplir d’ouvrages avec mode d’emploi ! Idée délirante dont les exigences lui furent confiées et qu’elle avait prises ...au pied de la lettre…
Depuis elle se nourrissait de références et constituait une bibliothèque virtuelle. Au cours de sa pause, Bichette courait à la librairie, lisait une préface au hasard, puis retournait travailler devant son ordinateur.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Excellente, cette idée!!!! je suis certaine que cela pourrait intéresser quelqu'un !!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Bonne année à Mondial Paquet en souhaitant que Bichette retombe un peu dans le réel !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi 69/ Très bonne année à tous
4 mots : carotte, camelote, versatile, onyx
La phrase : Les mains enfoncées dans les poches, Gustave froissait nerveusement la feuille A4 sur laquelle il avait écrit toutes ses bonnes résolutions pour l’année à venir
j'aime
Margho
Margho · il y a
«C’est bientôt mon tour, les carottes sont cuites … ». Anxieux, les mains enfoncées dans les poches, Gustave froissait nerveusement la feuille A4 sur laquelle il avait écrit toutes ses bonnes résolutions pour l’année à venir.
Il avait toujours eu des difficultés à s’exprimer en public…
Margho, qui le précédait, finissait son laïus. Elle était d’humeur versatile ce soir, passant du rire aux larmes. Nul doute qu’elle aurait du mal à tenir ses engagements…

Et son baratin avait duré des plombes…
Pfff… Il s’agita et soupira ostensiblement, un peu trop fort, sans se soucier de la loi du groupe qui prônait écoute bienveillante et attentive
Les yeux d’onyx du thérapeute se posèrent sur lui, désapprobateurs.
Il se reprit et fixa Margho avec attention. Elle continuait à débiter sa camelote en reniflant. Le groupe l’encourageait. Elle termina tant bien que mal et reprit sa place.
Gustave se leva. Tous les regards étaient braqués sur lui.

« Je m’appelle Gustave et je suis TUCofilomane… »
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
A son tour, Oriel déclina son identité. La rapidité de son addiction était impressionnante. Assise dans la salle, JACB écoutait sagement d'une oreille un brin distraite un laïus qu'elle connaissait par cœur. Elle adressa un sourire à Vegas et Geko qui se racontaient leurs derniers séjours aux U.S.....
j'aime
JACB
JACB · il y a
Et voilà on reconnaît bien là les cancres de la classe! trop drôle Oriel!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci JACB, sans vous nous sommes perdus!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Le 2 janvier, page de son agenda : RV 13h bureau du chef.
11h30 à sa montre et il déambulait de la porte à son fauteuil, du fauteuil à la porte. Les mains enfoncées dans les poches, Gustave froissait nerveusement la feuille A4 sur laquelle il avait écrit toutes ses bonnes résolutions pour l’année à venir.
-Ne plus répondre aux incitations versatiles de mon chef à pondre des campagnes publicitaires ubuesques.
C’était la dernière qu’il venait d’écrire, la treizième après ne plus manger de chocolat et aller voir sa mère toutes les semaines mais c’était celle qui lui coûtait le plus, celle qui pesait le plus dans sa poche droite, celle qui concernait le carton estampillé Made in China posé sur son bureau :
Trois mille pins en forme de carottes et imitation onyx y squattaient depuis quinze jours avant Noël sans que Mondial Paquet n’ait trouvé de marché preneur ni de slogans porteurs pour écouler cette camelote.
Il avait bien essayé d’en poinçonner les oreilles de lapin qui frétillaient sur les fesses rebondies des filles du Crazy Horse pour la revue de Noël mais l’onyx jurait sur le velours rouge…Son idée de les substituer à la rosette qu’en légion le Président accrochait sur des poitrines s’était heurtée aux chinoiseries de l’estampille ….Jusqu’à cette trouvaille de packaging qu’il jugeait pourtant lumineuse : « La carotte, mangez-la, portez-la ça donne les cuisses roses » un pins en clips à la taille des slips kangourous, qui lui avait valu de raser les murs dans les couloirs!
Midi à la pendule mais midi à quatorze heures il cherchait toujours en descendant au resto. Les petits pois carottes servis avec le lapin remirent les pendules à l’heure d’Alice au pays des Merveilles…un pays où les carottes seraient en onyx et Alice une poupée Chinoise…Universalité des contes de fées mais à Mondial Paquet une résolution envolée et un chef à convaincre!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un slogan pour la primaire qui s'annonce???? Au boulot Gustave!!!!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
défi 68: (un petit dernier pour finir l'année en beauté )
amalgame; pendre; accroche-cœur ; bureaucrate;
La phrase: "S'inventer des vies, y croire dur comme fer, un jour c'est fini, ça s'arrête comme ça du jour au lendemain, on ne sait plus jouer, on oublie le secret."
j'aime
Margho
Margho · il y a
Caresser ta chevelure, me pendre à tes auburn accroche-cœurs, devenir ton compagnon, ton complice…
Hélas, on ne sait plus jouer, on oublie le secret…
Il suffisait que quelques bureaucrates de la Santé Scolaire le décident pour que soit fait l’amalgame entre pur amour et parasitage. S'inventer des vies, y croire dur comme fer, un jour c'est fini, ça s'arrête comme ça du jour au lendemain, dans un jet de Marie-Rose…
j'aime
JACB
JACB · il y a
Désolée Margho de vous chercher des poux dans la tête...mais une phrase est une phrase, il faudrait la placer en dentier...et non en plusieurs petits bouts pour la cause du texte.
...PS...mettez "entier" plutôt que "dentier"...ce matin, mes mains sont plus..lentes...pour cause de réveillon! Finalement je reste dans le contexte, un petit coup de Marie-Rose serait peut-être nécessaire! à bientôt Margho..
j'aime
Margho
Margho · il y a
Oups...
Bon réveil JACB et tous mes voeux !
PS : Marie pour Marie, je vous conseille plutôt la Brizard...
j'aime
JACB
JACB · il y a
dès ce matin??? Mon dentier ne va pas aimer!!!! Plein de bonnes choses à vous pour 2017 Margho.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Et bien très bonne année à toutes les deux. Si vous commencez par perdre le dentier dans la Marie-Brizard, l'année va être colorée!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Sanglé dans son top trop rouge, Amélie, jeune bureaucrate aux dents acérées, bascula légèrement son buste rebondit par-dessus l’écran de Gustave, laissant négligemment pendre son accroche-cœur entre deux tableaux Excel. Or ce dernier réagit à contre-effet, détournant ostensiblement la tête en direction du bureau de la jeune intérimaire, absente. Dans sa main, une lettre dont elle put déchiffrer les derniers mots : « …s'inventer des vies, y croire dur comme fer, un jour c'est fini, ça s'arrête comme ça du jour au lendemain, on ne sait plus jouer, on oublie le secret."
- Amène-toi, je sais où elle habite ! Accélère !!!!!
Avant de tout comprendre, Gustave, casque vissé, arc-bouté au torse frêle d’Amélie, flirtait avec le bitume sur une Ninja H2R. Moins d’une seconde avait suffi à la petite brune pour faire l’amalgame entre le message et les bouquets posés sur chaque clavier à leur arrivée ce matin.
La porte n’était pas verrouillée et le SAMU, prévenu à temps, arriva suffisamment tôt.
C’est alors que Gustave remarqua dans les yeux d’Amélie l’étincelle de douceur qu’elle dissimulait si bien.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi 67, clin d'oeil proustien (je ne sais pas faire les e liés)
4 mots : zèbre, escabeau, viking, banqueroute
La phrase : Du moment que je sais ce qui cuit dans ma marmite, je ne m'occupe pas de celle des autres
j'aime
Margho
Margho · il y a
Drôle de zèbre cet homme … Un viking camelot !
Et qui tenait étal en foire de St Malo ?
Pour être vu de loin, sur escabeau perché,
l’homme haranguait la foule : Venez ! C’est bon marché !
Tu veux goûter ma mie ? Toi aussi bigouden ? »

Et lorsqu’on s’étonnait que cet enfant d’Odin,
de la race cruelle d’envahisseurs sauvages,
cuisine des légumes de saison en potage
plutôt que rôts saignants ou bien tripes de Caen,
il répondait, serein, affable et convaincant :
« Du moment que je sais ce qui cuit dans ma marmite, je ne m'occupe pas de celle des autres ».
La mode est au Végan… Banqueroute, je ne crains
Bientôt, même les loups mangeront du plantain !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
La ligne est belle, mais au plantain je préfère l'airelle!!!
....Et pour l'accompagner le sanglier JACB
j'aime
JACB
JACB · il y a
C'est un festin...épicurien, Margho!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Façon de voir... Moi aussi je viendrais bien s'il reste une place pour le sanglier aux airelles...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Venez! Plus on est de fous, plus on rit.
j'aime
JACB
JACB · il y a
un avant-goût de réveillon...puisque gaulois sont nos ancêtres (!!!!)

Depuis l’arrivée des drakkars noirs à face de démons, une banqueroute culinaire s’était abattue sur notre oppidum. Ces vikings n’étaient pas de mauvais zèbres mais leur campement sentait le hareng salé, la viande faisandée, l’huile de morue ces relents incommodant mon attention à doser mes ingrédients, mon nez à renifler les composants de ma potion, mon don à la rendre magique.
Je me concentrai sur ma formule et m’apprêtai à monter les trois marches de mon escabeau au-dessus de mon grand chaudron sacré, quand le barde hilare escorté d’Idéfix faillit me faire plonger par-dessus bord:
-Panoramix, on va s’inscrire aux cours de cuisine chez Grossebaf . Tu viens ?
-Par Toutatis, c’est pour les beaux yeux d’Abba que tu vas te mettre aux fourneaux, Goudurix !
-Enfin…pas tout à fait. Je veux surtout goûter …t’as pas envie toi ?
-Non ! Du moment que je sais ce qui cuit dans ma marmite, je ne m'occupe pas de celle des autres.
Et dans la mienne ce soir mijoterait un ragoût de sanglier aux airelles…
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
S'il reste une petite place, je veux bien me joindre au banquet!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
La porte est grande ouverte...on ajoutera un couvert!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un grand MERCI alors, il me reste un tonneau de cervoise bien fraîche
j'aime
JACB
JACB · il y a
défi 66: route (le numéro m'a inspirée...)-anathème- apocryphe- lipogramme-
La phrase: "Ce fait démontre que l'on parle souvent pour ne rien dire, que dans le commerce des humains, bien souvent, les mouvements du corps, les intonations de la voix et l'expression du visage en disent plus long que les paroles et aussi que les mots n'ont par eux-mêmes d'autres sens que ceux qu'il nous plaît de leur attribuer."
j'aime
Margho
Margho · il y a
J’avais lu ce discours révoltant sur le forum … Un texte apocryphe qui jetait l’anathème sur les fans du Tripot et ses paris idiots : Tuc au fil, Lipogrammes ou textes en 100 mots. Au Dieu Littérature nous ne sacrifiions pas, nous étions ignorants, bornés et imbéciles !
Je ne comprenais pas.
J’imaginais l’auteur : un vieil ours ronchon, ou bien un intello, distant et un peu snob, qui faisait fausse route. Alors j’ai réagis à la hauteur de mon indignation en adressant au goujat un MP bien senti !

Je m’en mords encore les doigts

Car je l’ai rencontrée : Elle s’appelait Josette et c’était de l’humour, un pastiche, une farce…

Ce fait démontre que l'on parle souvent pour ne rien dire, que dans le commerce des humains, bien souvent, les mouvements du corps, les intonations de la voix et l'expression du visage en disent plus long que les paroles et aussi que les mots n'ont par eux-mêmes d'autres sens que ceux qu'il nous plaît de leur attribuer.
j'aime
JACB
JACB · il y a
un vécu cuisant mais un cadav....exquis! Josette devient bonne...puisqu'au cœur de bons mots! Subtile et bien casé Margho!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Bah... La phrase tombe un peu comme un cheveu sur la soupe... Faut dire que celui là, JACB, il était gratiné ! Ma vengeance sera terrible... Je me creuse les méninges...Y a t-il des règles précises pour proposer un défi ou le pire est-il possible, sans foi ni loi ?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Les règles sont les nôtres Margho. Pour l'instant je n'ai plus d'inspiration pour écrire alors je vais m'y coller, soft, pour un début d'année.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
"on parle souvent pour ne rien dire"... c'est bien de l'avoir écrit comme ça, du moins tant qu'il te reste des doigts :)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi 65 (Je l'avais posté hier tard mais il a disparu. Quand on est addict, c'est mortel ce truc. Merci JACB d'avoir pris le relai, pour l'instant j'ai juste le temps de survoler)
4 mots : course, désert, manuscrit, casserole
La phrase :J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Las de ses courses dans le désert de SHORT et ses concours il jeta à la casserole son manuscrit, ses illusions et mit philosophiquement le cap sur son avenir d’auteur en quête d’un éditeur. Finies les aigreurs, les rancœurs, les déceptions, les inepties, les coteries et les flatteries ! Il écrivit sa pensée du jour sur la page de son carnet :
- J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Une très sage décision!!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
J'ai disputé une course qui ne m'avait rien fait
J'ai prêché dans le désert à des chameaux convertis
J'ai corrigé des manuscrits à bras raccourcis
J'ai élevé des casseroles en batterie
et je n'en ai tiré aucun plaisir...
Alors pour l'an prochain, j'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Très bonnes résolutions!!!!!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Franchement, Vegas, comment vous faites ? Chameaux convertis et casseroles ! Et ça marche', et on rit !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
comment vous faites ? C'est la seule question à ne pas me poser :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je dois me raisonner : J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ! Je ne vais pas me mettre la rate au court-bouillon pour avoir oublié quelques mots manuscrits sur un bout de papier…
Je me traîne des casseroles, c’est déjà arrivé… Un trou magistral ! Mémoire en friche, encéphalogramme plat. Le désert dans ma tête…
Et j’ai l’air benêt derrière mon caddie !
Ai oublié ma liste de courses…
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
J'adore les ultra-courts lorsque tous les mots imposés se dissolvent!!! Mince, je n'ai plus qu'à en trouver un autre!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
C'est fou ce qu'on peut croiser comme gens heureux au supermarché... des files entières aux caisses (et ce n'est pas une contrepèterie)
j'aime
JACB
JACB · il y a
défi 64: phalène. toque, sonate, manufacture
" Bientôt il s'y grouille du monde, tant et tant que du port il faudrait s'en aller et la nuit s'installe ainsi sur ces gens, cette foule que deux seuls lampadaires s'emploient à éclairer."
j'aime
Margho
Margho · il y a
C’est au vieux port de Marseille, sur le site même de l’ancienne manufacture de toiles que le chef, talentueux mais irascible, s’était installé. Un artiste au piano ! Aucun concerto, nulle sonate, mais l’accord parfait de saveurs, la justesse du goût, l’harmonie des mets, l’envol des papilles !

Le succès fut immédiat : bientôt il s’y grouille du monde ! Tant et tant ! La place manque, les réservations se font deux mois à l’avance !

«Trop petit … Du port, il faudra s’en aller ! » déplore l’homme à la toque, «Quel dommage ! J’aime tant ce lieu chargé d’Histoire, j’admire tous ces valeureux hommes qui ont œuvré à réaliser les toiles des voiles de trois mâts fabuleux ! Je ressens leurs espoirs, leurs doutes, leur passion pour le travail bien fait ! Cela me soutient dans mes créations ! Mon art est sublimé céans !

Le premier de cuisine chuchote au commis : « Tu parles, ces ouvriers c’étaient des bagnards réquisitionnés, des vrais ! Alors… Leur passion pour le travail… Z’avaient pas le choix les mecs… Ils devaient se faire crier dessus toute la journée, comme nous… Mais, même s’ils en ont bavé, leurs gardes-chiourme étaient sûrement moins couillons que le nôtre ! En tout cas, moi, je vais pas tarder à me faire la belle ! Parce que, comme eux, je commence à en avoir ma claque des beuglantes de chef !

Les clients font la queue sur le trottoir et la nuit s'installe ainsi sur ces gens, cette foule que deux seuls lampadaires, attirant phalènes et moustiques, s'emploient à éclairer.

Et le commis répond : Moi aussi, je vais les mettre, les voiles !


(PS : on se couche moins bête avec ce jeu... On désespère, on cherche, on fouille, on tente d'associer deux idées (en ce qui me concerne, Manufacture et Mer) et, en tapant sur internet, on trouve cette manufacture et ses bagnards !)
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Une petite pièce déjantée pour ce Défi 64
(phalène. toque, sonate, manufacture)

Le cidre de Corbeille

Bientôt il s'y grouille du monde, tant et tant que du port il faudrait s'en aller et la nuit s'installe ainsi sur ces gens, cette foule que deux seuls lampadaires s'emploient à éclairer.

Ici point d'halogène et point d'acétylène
le moindre figurant court à perdre phalène
nous nous vîmes trois mille et d'autres arrivent encore
en toque, en galurin qu'on dirait des pécores

J'allais de tous côtés encourager les nôtres
à la manufacture, aux canots et aux cotres
mais pourquoi fallait-il alors que vous sonate
le rideau est tombé sur nous... et les tomates
j'aime
Margho
Margho · il y a
Succulent
j'aime
JACB
JACB · il y a
je vais être indulgente pour "sonâtes", Végas tant votre cidre me semble gouleyant mille sabords!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Hou hou ?
Un défi, par pitié !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Addict?
j'aime
Margho
Margho · il y a
Voui et j'assume complètement !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Défi 63 (mais après, c'est à vous...) :
Toucan, papy-boom, show business, mercerie
La phrase :« A cheval donné, on ne regarde pas les dents »
j'aime
JACB
JACB · il y a
Chaque année en décembre toute la famille s’amusait du papy-boum, cette effervescence rituelle qui nous faisait toujours rire !
Ma grand-mère était une femme de tête qui menait son monde au rythme des proverbes. Dans le village, elle maintenait contre vents et marée le cap de sa mercerie dans la rue Grande. Elle nous serinait souvent lors de ses inventaires « à cheval donné, on ne regarde pas les dents » en dépoussiérant ses tambours à broder, ses boutons de bretelles… Retapant ce jour-là le bec effrangé d’un toucan en feutrine elle susurra « qui veut aller loin, ménage sa monture »et le campa d’un geste sec dans la crèche sur la paille de raphia. Sous sa houlette, à l’approche de noël la vitrine prenait des allures de show-business dont papy sous les injonctions de son épouse, s’activait à orchestrer l’avalanche d’articles extirpés du stock.
Quand le toucan déboula aux côtés des apôtres, Grand-père explosa :
-Ah ! Non celui-là ça fait cinq ans qu’on le case et il est toujours-là !
C’est ainsi que le 24 au soir ma petite sœur hérita du volatile remis à neuf : « à toucan offert, on ne regarde pas le bec ».
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Joli détournement du dicton... ce défi aura su faire sortir les papy mamy de leur torpeur :)
j'aime
JACB
JACB · il y a
oui, les cadeaux, les bisous envolés...le silence pèse sous le sapin! Comme je n'ai pas de mercerie je compose avec ces cadaveskis...ils estompent la mélancolie...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Encore ensommeillée, Lou courut au pied du sapin : le père Noel était passé !!!!
Il fallait patienter jusqu’à l’arrivée des grands-parents pour avoir le droit d’ouvrir les paquets, que c’était long !!! En attendant, elle jouait avec les rubans colorés des emballages et eut juste le temps de les réajuster en entendant la porte s’ouvrir. Enfin !!!
Maman lu les étiquettes et distribua les cadeaux. Papa ouvrit le sien : un kit de mercerie. Etonné, il jeta un coup d’œil sur celui de Mamie qui déballait un toucan en peluche. Devant son air perdu, Papi répliqua :
« A cheval donné, on ne regarde pas les dents », tout en découvrant deux places pour « la 42 ème rue ».
Maman trouva que l’inversion des étiquettes avait du bon : issu du papy-boom, son beau-père avait toujours eu envie de bouger, les grands-parents iraient découvrir le show business pour la première fois !
Elle remplaça habilement par un spray déodorant le flacon d’Eau Sauvage avec lequel s’amusait Lou et découvrit en riant une petite visseuse.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
de la petite visseuse à la petite vicieuse il n'y a qu'un pas! Joyeux texte pour un Noël atypique :)
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi 63: Noël à l'hospice

Effet du papy-boom? On s'est retrouvés entre vieux chnoques à ouvrir nos cadeaux au pied d'un sapin gracieusement érigé par l'hospice... la seule chose encore érigée à cette heure.
De fil en aiguille j'ai pu échanger avec mon voisin mon toucan à capuchon Andigena-cucullata-made-in-Taïwan contre une broderie de la mercerie Sanfil représentant l'assaut des murs de Vienne en 1683 par le grand vizir Kara Mustapha en personne avant sa décapitation par le sultan Mehmed IV...
On a fait semblant d'être ravis de nos cadeaux histoire de se mettre le personnel dans la poche – c'est ça le show business – et puis comme dit Germaine qui vient me voir une fois par an voire deux « A cheval donné, on ne regarde pas les dents »
j'aime
Sauvagere
Sauvagere · il y a
Tout un univers ...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Eh! bien voilà un HEPAD où on ne s'ennuie pas!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo car il n'était pas évident de faire quelque chose qui se tienne debout avec cette série!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Merci Oriel, quand c'est trop dur j'abandonne lâchement l'affaire :)
j'aime
Lambda
Lambda · il y a
Tant qu'il y a des échanges, il y a de l'espoir ...(même si plus rien n'est érigeable)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le toucan n'avait aucune chance face au grand vizir ! Quant au sapin érigé...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Défi 62 ?
4 mots : drone, paturon, écope, compotier.
La phrase : De nombreux bancs de brouillard seront présents dans les plaines et les vallée, sinon un temps bien ensoleillé l'emportera dans les Alpes et les montagnes.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
« De nombreux bancs de brouillard seront présents dans les plaines et les vallées, sinon un temps bien ensoleillé l'emportera dans les Alpes et les montagnes » Cet insignifiant rapport météorologique signifiait que ma chère automobile, plus que majeure, ne devait pas quitter mon garage : Inutile que j’écope d’une prime pollution. La SNCF ayant posté, sur site dédié, un préavis de grève, restait à savoir comment me procurer le cadeau de Noël idéal repéré avec gourmandise par Belle-Maman : un compotier artisanal commercialisé seulement en plein centre de Grenoble. J’optais pour le percheron de mon voisin, mais l’animal souffrait de son paturon droit. Restait le drone que je souhaitais offrir à mon fils : La programmation fut assez aisée et en moins de 40 minutes, mon pigeon voyageur 3.0 effectua son aller-retour. Sans encombre cette fois-ci, mais qu’en serait-il dans six mois ???
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Rien ne vaut le percheron! Bravo quand même pour l'exploit technique :)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Vegas, mais je crois vraiment que je vais essayer. Faut dire qu'ici, il y a matière en ce moment: durant tout le mois de décembre, pollution maxi, impossible de rouler et puis, un vent extraordinaire, venu d'on ne sait d'où, a balayé sans bruit l'oxyde de carbone juste le week-end des départs en vacances pour se réinstaller de nouveau. Je gage que demain soir, le mystérieux zéphir nous sera revenu (étonnant, il n'agite pas un seul brin d'herbe)
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi 62
4 mots : drone, paturon, écope, compotier.

De nombreux bancs de brouillard seront présents dans les plaines et les vallées, sinon un temps bien ensoleillé l'emportera dans les Alpes et les montagnes.
Je clouai le bec à ma radio vagissante pour courir jusqu'à l'écope communale mais j'eus beau chercher sur les bancs, je n'y trouvai aucun trouillard... juste un drone de cancre avec une tête de paturon que personne n'était venu chercher, un dénommé Compotier ou Bourrichon... enfin, peu importe.
Il était grand temps que je change les piles
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Crise de fou-rire assurée. ENCORE!!!!!!!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je confirme pour l'effet fou-rire! Grande forme, Vegas !!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
et encore... je n'ai pas changé les piles !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
On fera avec celles-là!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi 61 spécial collectionner le plus de mot masculin en ée (le second défi qu'avait posté Cadaveski)
Petite précision, pour les puristes que vous êtes, il y a 26 mots au total
4 mots : caducée, sigisbée, mausolée, trophée.
La phrase : passant sous les fenêtres de la salle de classe, monsieur le maire pressé de joindre son bureau entendait les écoliers réciter en chœur la ritournelle des exceptions à la règle d'orthographe des mots féminins en té ou tié.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Passant devant le véhicule garé devant le cirque, Monsieur le Maire soupira de soulagement en remarquant le caducée qui ornait le pare-brise. Ouf, le véto était déjà arrivé ! Il ne prendrait donc pas de retard : l’état sanitaire des animaux de la ménagerie sera vérifié et il n’aura plus qu’à voir avec les pompiers pour la visite de conformité. On ne badine pas avec la sécurité du public.

Toutefois la moindre des politesses était, dans un premier temps de rencontrer les artistes. Depuis sa tendre enfance, il adorait le cirque qu’il comparait à un Colisée moderne. Pour lui tout numéro était un coryphée ! Avec dévotion il traversa le vestibule qui menait à la piste, ému comme croyant empruntant propylée. Levant les yeux, il admira les nombreuses étoiles qui décoraient l’intérieur de la voûte du chapiteau… On eut cru un empyrée ! Sur la piste, nul Protée mais une ravissante ondine, assistée de son sigisbée lançait des ballons de couleurs vives à cinq otaries…
L’art à son apogée ! Le premier magistrat de la ville s’assit au premier rang, appréciant en silence les numéros qui se succédaient comme on contemple des œuvres de musée. Le banc de bois était peu confortable mais face à tel spectacle qu’importent les douleurs de fesses ou périnée !

Une enfant apparue. Vêtue d’une longue robe d’amazone, portant une toque d’astrakan ornée d’un camée représentant un scarabée, elle présentait un falabella, race de cheval pygmée. A sa demande l’animal saluait, s’asseyait, se couchait et feignait d’être mort ! Mais pas d’hypogée ou mausolée ! Le macchabée ressuscitait et effectuait de joyeuses cabrioles qu’accompagnaient les rires de sa jeune dresseuse. Elle lui tendit une carotte et le poney sortit, emportant son trophée.

Monsieur Loyal, patron du cirque rejoignit le premier magistrat. Ce dernier le félicita et lui demanda s’il avait besoin que la commune mette à la disposition de sa troupe d’autres équipements :
- Nul besoin, cher Monsieur. Nous sommes bien rodés : une tente fait réfectoire, une autre, gynécée et permet à nos artistes féminines de changer de costumes sans être importunées.
- Parfait donc ! Il me faut vous quitter car je dois en mairie célébrer l’hyménée de deux administrés athées. Nous nous verrons ce soir.

Il était temps de rentrer au prytanée préparer le discours réservé aux mariés : un sonnet en leur honneur, quelques vers charmants où seraient associés trochées et spondées.

Passant sous les fenêtres de la salle de classe, Monsieur le Maire, pressé de joindre son bureau, entendait les écoliers réciter en chœur la ritournelle des exceptions à la règle d'orthographe des mots féminins en té ou tié. Nul doute que tous atteindraient l’athénée et seront bons élèves sur les bancs du lycée. Il espérait que leurs parents les conduiraient au cirque. Quelle belle soirée en perspective ! La piste aux étoiles ! En plus cette nuit, la pleine lune, en périgée illuminera le ciel !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Après un tel florilège comment oser oublier que le masculin a sa part de féminin! Une prouesse ce texte Margho!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Ai eu besoin de deux aspirines...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oui mais quand le fond est mauvais, on peut avaler toute la boîte sans succès!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Qui dira après cela que les mots compliqués n'ont pas leur place? Ici, ils donnent une dimension bien supérieure à une banale description de cirque
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo, tout y est!!!!Finalement, plus c'est difficile, plus on s'y colle: on est vraiment maso ici!!!
le mien

Du mausolée au colisée, il n’y avait qu’un pas et Giovanni décida de s’y rendre à pied. Passant sous les fenêtres de la salle de classe, monsieur le maire pressé de joindre son bureau entendait les écoliers réciter en chœur la ritournelle des exceptions à la règle d'orthographe des mots féminins en té ou tié. Il se souvint alors que le soir-même, il remettrait un trophée au principal du lycée français (une annexe du Prytanée) ainsi qu’un caducée gravé en camée à son adjointe pour avoir initié les élèves aux spondées et aux trochées du célèbre Athénée.
Il maugréait : Quel absurde sigisbée avait eu l’idée d’installer la précédente élue dans un musée !!! Le macchabée qu'elle était devenue en riait encore, l’imaginant dans la seule pièce potable, à gauche de ce que tout le monde nommait « le propylée », véritable hypogée qu’il partageait avec un pygmée athée et un coryphée dont l’apogée tardait.
Soudain, un scarabée briguant son hyménée (la lune en périgée devait expliquer la chose), se posa sur sa veste, soulevant son périnée. « Je ne suis pas Protée, lança Giovanni énervé, file dans l’Empirée ». Au comble de la contrariété, monsieur le Maire s’engouffra dans un gynécée.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Chapeau bas ! Et plus le texte est court, plus c'est dur ! Au fait y a t-il une limite de caractères à ce genre d'exercice ? Parce que, finalement, plus on développe et plus c'est simple.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Margho. Non, pas de limite. Mes premiers textes étaient plus longs et à mesure j'ai appris à faire court. Mais cela ne correspond pas toujours à l'histoire que l'on veut raconter et ce n'est pas obligatoirement harmonieux. Il me semble que l'intérêt repose sur le fait de faire disparaître les mots et la phrase imposée. Une fois, Vegas avait même coupé les mots en deux. Tout est possible dans la mesure où il ne manque rien. C'est le principe même de la création. Cadaveski a eu l'intelligence de créer une section suffisamment ouverte pour que tout le monde puisse jouer.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Pour le côté maso, je vous rejoins. Au moins ici, enfanter dans la douleur (Aïe, ma tête... aspirine, vite!) n'est pas le triste privilège des femmes uniquement...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Mince, vous êtes pharmacienne au moins pour avoir un stock pareil.
Mais il va falloir que je trouve de quoi vous remettre à l'épreuve et ce n'est pas gagné. A moins que vous ayez une idée???
j'aime
Margho
Margho · il y a
oui. Il faut soigner le mal par le mal.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Comme j'y avais planché, et que cela remue quelques uns d'entre vous, voici le mien de l'époque, non retouché.

Debout sur la jetée, Arthur se remémorait avec tristesse toutes ces années d’écoles massacrées par les dictées. Zéro pour avoir oublié l’accent de la pâtée, l’y de la psyché ou vouloir à tout prix mettre un k à acné. Il avait travaillé, travaillé, persuadé qu’il saurait, lui, enseigner. Plus tard, le timide professeur des écoles ne supportant plus les exceptions à la règle avait modifié la grammaire française dans une simplification qui aurait décimé tous nos éminents grammairiens. Comme on tolérait à la fois clé et clef, pourquoi ne pas tout changer ?
Mais cet exercice n’est pas à la portée d’un simple illuminé. Son idée fut recalée et, face à la montée d’un tollé insupportable, voici qu’il allait se noyer.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°60 Le défi des exceptions ( de Cadaveski)
Les mots : l'acné, la clé, la psyché, la dictée, la jetée, la montée, la pâtée, la portée.
La phrase : le timide professeur des écoles ne supportant plus les exceptions à la règle avait modifié la grammaire française dans une simplification qui aurait décimé tous nos éminents grammairiens.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Le timide professeur des écoles ne supportant plus les exceptions à la règle avait modifié la grammaire française dans une simplification qui aurait décimé tous nos éminents grammairiens. Dès le premier trimestre, et au grand dam de ses collègues, il apprenait à ses élèves une courte poésie :

Tous les noms féminins qui terminent en son « é »,
ont un e à leur bout… hormis des raretés
qu’on appelle « Exceptions » et provoquent l’acné
et d’autres maladies qui touchent la psyché.
Il est de mon devoir de vous donner la clé
afin que vous soyez incollables en dictée.
Ainsi, je livre à vous ces termes… en pâtée !
Mesurez, du discours, maintenant la portée !
Face à la mer je crie au bout de la jetée
qu’enseignement essouffle autant qu’une montée !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Mais c'est merveilleux tout ça!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
époustouflé...e...Margho par tant de pédagogie! Bravo!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Mouais... Sauf que j'ai tout faux ! Ai pas respecté la consigne de simplification ! Faut dire, à ma décharge, que j'ai du mal avec les nouvelles règles de l'orthographe simplifiée. Un rejet ! Viscéral ! donc, j'ai triché...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Et je rame toujours autant avec le régime de Bichette ! Rejet viscéral de la diététique ???
j'aime
JACB
JACB · il y a
(exemple à ne pas suivre.....)

Assis sur une petite chaise de bois aux côtés d’un homme à la toison blanche calé dans sa bergère, l’enfant ânonnait mais lisait en s’appliquant :
- l'acné, la clé, la psyché, la dictée, la jetée, la montée, la pâtée, la portée… Papy il faut que tu me fasses faire une dictée avec ces mots-là.
-Copie-les chacun 5 fois et après on la fera.
L’enfant, cahier sur ses genoux se colla laborieusement au pensum. Puis vint le moment fatidique d’écrire la liste à la demande du grand-père :
- la jetée, la clé, la pâtée…etc…
- ça y est papy, tu les as tous dits ! Et il remit sa copie à corriger.
L’aïeul s’empourpra, sa voix enfla et courroucé il réprimanda son petit-fils :
-Mais, tu as fait cinq fautes, tu ne t’es pas concentré ! Eh ! Bien tu vas me recopier non pas cinq mais dix fois tous ces mots, cela sera ta punition !
Le gamin se cabra :
-Non ! Je ne me suis pas trompé ! Mets tes lunettes, regarde !
Et il lui mit brutalement sous le nez la liste donnée par l’enseignant fraîchement débarqué à la rentrée dans la petite école de campagne.
Le timide professeur des écoles ne supportant plus les exceptions à la règle avait modifié la grammaire française dans une simplification qui aurait décimé tous nos éminents grammairiens. Fermement décidé à leur mettre les points sur les i (c’était mieux que les pieds dans le plat…) il en resta aux barres aux T.
Ainsi dicT, jeT, monT,pâT, porT ne tergiverseraient plus pour se parer ou non d’un E.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Pour une réforme c'est une réforme!!!!
j'aime
Athor
Athor · il y a
Simple et efficace ! Le niveau scolaire connaitra un boom sans précédent avec une telle réforme :-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°59
4 mots : chaussette, échasses, bouillie, chasuble
La phrase : Bien assise dans le bus qui l’emmenait chez Mondial Paquet, Gustave réfléchissait encore : il lui restait la pause de midi pour fabriquer de ses mains le cadeau rituel que l’on s’offrirait le soir-même au cours du repas de Noël.
(Pour les petits nouveaux, Mondial Paquet est une entreprise innovante de cure-dents en carton)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Pfff (encore !)

Chaque année, Gustave et sa compagne réveillonnaient avec un couple d’amis rencontrés depuis belle lurette sur le plateau de Larzac. Pour Noël, question cadeaux, hors de question de céder aux sirènes de la pub et de rejoindre les troupeaux excités qui se précipitaient dans les grandes enseignes, pris de folie consommatrice. Du fait main uniquement, avec des matériaux bio !

Une paire de chaussettes, en pure laine vierge filée à l’ancienne, avait été tricotée par l’épouse de Gustave. Lui-même s’était abîmé les yeux à coudre, dans un coton indien labellisé commerce équitable, une robe chasuble très colorée, grâce à un patron rescapé de la grande période baba-cool.

Il restait à trouver le cadeau « odieux », symbole de tout ce que les deux couples exécraient. Généralement d’horribles choses que l’on réduisait en bouillie après avoir sablé le champagne (bio, s’entend…), aux douze coups de minuit. Une façon de crier sa haine à la société de consommation !

Au Noël précédent, Gustave avait eu un franc succès avec son nain de jardin sculpté dans une motte d’argile.
Mais cette année, les idées manquaient… Bien assis dans le bus qui l’emmenait chez Mondial Paquet, Gustave réfléchissait encore : il lui restait la pause de midi pour fabriquer de ses mains le cadeau rituel que l’on s’offrirait le soir même au cours du repas de Noël. Et Mondial Paquet allait peut-être lui fournir la solution : dans le journal, on parlait d’une exposition de chefs d’œuvre réalisés avec des cure-dents en carton !

Dans le hall de l’entreprise étaient tendus de lourds velours censés mettre en valeur les trésors exposés : une Tour Eiffel de 70 cm, la maquette du Pont du Gard, la statue de la Liberté, mais aussi des fauteuils design et divers meubles ou gadgets, tous réalisés avec ces bâtonnets… Une hôtesse, moulée dans une robe noire très courte, passait entre les groupes de visiteurs, oscillant dangereusement sur des escarpins dont la hauteur des talons, supposée la rendre sexy, évoquait plutôt à Gustave une dangereuse paire d’échasses.

La reproduction d’une télévision vintage attira son regard. Il évalua, à la louche, le nombre de cure-dents nécessaires. Une télé… En effet, quel triste symbole !

Mais, au moment d’acheter ses cure-dents, Gustave, saisi d’un doute, s’enquit de l’origine de la matière première et manqua de s’étouffer en apprenant que le carton n’était pas recyclé mais issu de bois provenant directement de la forêt Amazonienne !

Il n’avait plus qu’à se rabattre sur des allumettes…
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Très bon choix. L'imagination est au top et le récit vraiment agréable. Grand bravo
j'aime
JACB
JACB · il y a
Très original Margho! J'ai beaucoup de sympathie pour vos personnages.
Pas besoin d'être vintage pour avoir envie de lyncher sa télé en ce moment!
j'aime
Athor
Athor · il y a
Vive l'écologie, à condition qu'il s'agisse vraiment d'écologie ;-) L'emploi des échasses comme élément de comparaison est bien pensé car ce n'est pas facile de les intégrer pour de bon dans la narration.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Ah ça !Je débute moi aussi et parfois on rame !!! Je me casse les dents sur le régime de Bichette (défi ci-dessous). Mais on s'amuse bien, sans prétention (et surtout sans vote ! ouf). Faites gaffe Athor, on est vite addict !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oui je confirme. Du temps où cadaveski alimentait le forum, j'y consacrais ma pause midi, depuis je rame à sa place. Mais je me régale en lisant ce que vous construisez. Il y a des parcours que je n'ai pas suivis par manque cruel d'idée.
j'aime
Athor
Athor · il y a
Je reconnais que c'est prenant et pas si facile : j'ai dû faire une sacrée tartine avant de retomber sur mes pattes en intégrant tous les mots. C'est sans vote, certes mais, qui sait, peut-être que toutes ces créations seront un jour rassemblées et éditées dans un grand recueil TUC-O-FI ;-)

(à propos, j'ai compris la définition de TUC pour Textes Ultra Courts mais je ne saisis pas le sens des autres lettres)
j'aime
Athor
Athor · il y a
Bien assis dans le bus qui l’emmenait chez Mondial Paquet, Gustave réfléchissait encore : il lui restait la pause de midi pour fabriquer de ses mains le cadeau rituel que l’on s’offrirait le soir-même au cours du repas de Noël.
— Alors, qu’est-ce que vous comptez faire, question chaussette ? couina une mignonne petite vieille dame, confortablement installée à côté de Gustave.

Celui-ci eut aussitôt le réflexe de se pencher en direction de ses pieds et de scruter ses chevilles. Une rouge et une verte…
— Elles sont dépareillées ! Je vous remercie de me le faire remarquer mais je n’aurais pas le temps d’en changer.
— Loin de moi cette idée, jeune homme ! Les gens qui voyagent en bus un jour pareil comme vous et moi ne le font pas sans un but précis. Je vous demandais donc ce que vous comptiez mettre dans les chaussettes ou sous le sapin si vous préférez.
— Toutes mes excuses ! Ce froid polaire laisse le cerveau en bouillie, vous ne trouvez pas ? Pour répondre à votre question, je suis aussi limité par le temps que par le peu d’idées qui me viennent.
— Et ça ne va pas s’arranger, prophétisa la vieille dame en observant la route.

La neige s’était abattue sur la ville toute la journée mais Luc n’aurait jamais cru qu’une congère aurait pu se former justement autour de Mondial Paquet. Le bus ne franchirait jamais un tel obstacle et même un piéton déterminé n’aurait pu y arriver sans glisser et se rompre le cou.
— Tout est fichu ! Mondial Paquet est inaccessible ! Mon Noël tombe à l’eau !
— Peut-être pas… murmura la vieille dame, un sourire aux lèvres. Georgette ! Jacqueline ! Yvonne ! Renée ! Claudette ! Germaine ! Ursule ! Adélaïde !
— Nous arrivons, Odette ! s’exclamèrent les concernées.
— Je n’aurais jamais cru qu’il y avait autant de personnes âgées dans le bus ! bredouilla Gustave, interloqué.
— Nous pratiquons toutes le tuning par passion depuis des années nous devrions avoir de quoi vous dépanner.

Gustave contempla les créations que brandissaient fièrement le groupe d’amies, hésitant longuement entre la canne turbo, le sac à main montgolfière, ou les doubles cannes échasses. Il finit par opter pour le déambulateur jet-pack.
— Avant de vous laisser filer, prenez ceci. Il s’agit d’une relique, un minuscule morceau de Saint Jean Talus, le premier moine à avoir tuné une papamobile.

Serrant fortement la relique, Gustave remercia une dernière fois ses amies pour leur générosité et s’éleva gracieusement dans les airs en direction de son magasin favori. Noël était sauvé !
j'aime
JACB
JACB · il y a
génial, les fées du tuning!
j'aime
Athor
Athor · il y a
Ce serait drôle à voir^^
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
On pourrait continuer longtemps rien qu'en parlant chaussettes!!!! Excellent le tuning!
Merci de nous rejoindre ici. C'est un coin sympa. J'ai pris le relais de Cadaveski qui s'est envolé vers d'autres lieux mais ce n'est pas une place réservée, chacun a le droit de poster un nouveau défi.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ses chaussettes l’une bleue, l’autre blanche baillaient comme deux accordéons asthmatiques sous son jean à feu de plancher quand il parvint à l’abribus, posté au bout de sa rue. Un petit groupe attendait dans la neige fondue, une bouillie grisâtre dans laquelle Gustave vint planter lui-aussi sa maigre silhouette. Grand, le dos vouté et les mains dans les poches il avait des allures de héron transi perché sur ses échasses sous le froid matinal. Trop mince, trop grand de jambes et de pieds…Toujours trop pour être à peu près convenable !
Sa mère n’avait jamais pu trouver pantalon à sa taille, lui encore moins, sa mise lui étant absolument indifférente. Il portait coincé sous le bras un paquet enveloppé de guingois dans du gros papier kraft. Deux halos jaunes pointèrent leurs yeux ronds au détour du carrefour et la troupe s’anima pour monter à bord. Bien assis dans le bus qui l’emmenait chez Mondial Paquet, Gustave réfléchissait encore : il lui restait la pause de midi pour fabriquer de ses mains le cadeau rituel que l’on s’offrirait le soir même au cours du repas de Noël.
Son projet était bien engagé mais il lui manquait deux pièces de taille pour le mener à bien…Jusqu’11h il cogita dans son bureau et entreprit de démonter sa Tour Effel en cure-dents, une maquette dont il pensait depuis longtemps revoir toute la structure. Le petit tas d’aiguilles de bois prit vite dans ses mains osseuses une autre tournure …Il se hissa sur la pointe des pieds et décrocha le rideau cramoisi qui occultait sa fenêtre, le plia, le coupa selon son projet et piqua les derniers cure-dents en guise d’aiguilles pour assembler les morceaux. Il rangea dans un tiroir ce qu’il avait apporté dans son paquet cabossé le matin.
A 19h les lumières de l’immeuble migrèrent des bureaux à la salle de réunion, là où les process étaient laborieusement exposés et défendus…Tout le personnel y était réuni pour faire la fête quand soudain tout s’est éteint dans des cris d’orfraie ! Quand les néons se remirent à frémir, Gustave trônait sur une table chasuble vermillon flottant sur son torse concave, pantalons cramoisi et hotte surjetés de minces cure-dents. Un grand silence médusé régnait autour de lui. Une stupeur siliconait les visages et les regards tournés vers cet épouvantail arrimé aux cure-dents et à la table…Gustave quand à lui y vit un encouragement, une surprise du meilleur effet :
- Voilà, j’savais pas quoi offrir ! Alors j’vous amène le père Noël !
Depuis Mondial Paquet a décroché un nouveau marché très lucratif puisque tous les pères Noël de France et de Navarre se sont équipés de grandes hottes en cure-dents !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Mondial Paquet est une mine! Et avec vous aux commandes, on ne s'en lasse pas, c'est un grand moment de bonheur JACB.
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Bonjour! Quelques idées de cadeau pour aujourd'hui...

Bien assis dans le bus qui l’emmenait chez Mondial Paquet, Gustave réfléchissait encore : il lui restait la pause de midi pour fabriquer de ses mains le cadeau rituel que l’on s’offrirait le soir-même au cours du repas de Noël. Le problème ne résidait pas tant dans la conception du cadeau que dans le fait qu’il fallait avoir l’esprit suffisamment créatif pour concevoir un cadeau unique pour 6 personnes. Il avait évidemment pensé à un cadeau alimentaire, mais mamie ne mangeait que de la bouillie depuis que le chien avait cassé son dentier, et la bouillie ne faisait pas très Noël suivant les critères de Gustave.
Le bus dépassa un prêtre (oui, je sais, je choisi la facilité) dont le bas de la chasuble était maculé de boue. Il avait neigé la veille et le magma marronnasse qui en résultait se collait à tout ce qui passait à sa portée. Gustave se dit qu’il n’aimerait pas avoir à porter de robe. Il avisa un petit garçon qui lui faisait face. Le gamin piaillait de joie à l’idée d’essayer une paire d’échasses bleues que le père Noël allait à coup sûr laisser pour lui au pied du sapin. Il le comprenait. Lui-même avait adoré les échasses qu’il avait reçues à son 8è anniversaire. Il s’en souvenait avec beaucoup d’acuité, parce qu’il avait fait ses premiers essais en chaussettes et que ses pieds avaient glissé, le propulsant la tête la première dans le gâteau aux fraises que sa mère avait préparé pour l’occasion. Gustave sourit en y repensant. L’image de l’enfant tremblotant mais victorieux au sommet de ses échasses qu’il avait été lui donna l’idée qui lui manquait : ce soir, il allait offrir un numéro de cirque à sa famille. Une performance en robe et fraises.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Voilà un excellent Noël! Les échasses, je les ai reçues pour mes 7 ans et je m'en souviens encore.
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Moi aussi! J'ai adoré ce jouet... Avec le ballon sauteur orange, c'était mon préféré...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
J'ai toujours voulu le ballon sauteur mais je n'en ai jamais eu!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
ça amortit plus que les échasses en cas de chute!!!!!
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Il y a peut être moyen de faire un avenant à votre lettre au PN?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oui, c'est une bonne idée!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°58 :
4 mots : pollution, sourire, topless, panier
La phrase : Sanglée dans un jean deux fois trop petit « pour résister à la tentation », Bichette dévorait des yeux les devantures des chocolatiers : entamer son régime un premier décembre, c’était ballot !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Sanglée dans un jean deux fois trop petit « pour résister à la tentation », Bichette dévorait des yeux les devantures des chocolatiers : entamer son régime un premier décembre, c’était ballot ! Mais les truffes, les palais d’or ! Comment résister ?
Ballot certes… Mais… Un ballotin ? Un tout petit ?
Valse hésitation devant la vitrine. Entrera, n’entrera pas ?
Pas raisonnable ! il lui suffisait d’imaginer ses 69 kilos (pour une taille de 1,58…) déambulant sur la plage cet été topless pour renforcer ses bonnes résolutions… Le régime devait être drastique pour en élimer encore une bonne dizaine !
Courage ! Fuyons !
Bravant le voile de pollution qui recouvrait Grenoble, Bichette se dirigea vers le marché à la recherche de fruits de saison. Mais là aussi, tout appelait aux agapes ! Foie gras du Vercors, truffes de Chartreuse, chapons, charcuterie fine… Elle ne put s’empêcher d’approcher, d’autant plus que le traiteur qui l’apostrophait avait un séduisant sourire : à votre service, ma belle demoiselle ?
Bichette balbutia : « désolée, je suis au régime ! » et s’enfuit précipitamment.
Le vendeur gémit : « Misère, une fille si appétissante ! Moi qui les aime girondes ! Un fessier potelé… Quel dommage. J’avoue, je lui aurais bien mis la main… au panier !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Voila qui est fort réjouissant!!!! Vive les fins de régime
j'aime
JACB
JACB · il y a
Sanglée dans un jean deux fois trop petit « pour résister à la tentation », Bichette dévorait des yeux les devantures des chocolatiers : entamer son régime un premier décembre, c’était ballot. Elle finit par s’arrêter devant chez Topchoko.
Offerts à sa convoitise les ballottins dans la vitrine la sortirent de la grisaille de la pollution ambiante et lui arrachèrent un petit sourire que le masque posé sur sa bouche cachait avec bonheur. Non elle salivait, n’avait pas honte de ces envies que la diététicienne venait de lui présenter comme un délit, une amputation gravissime à ses projets de carrière topless dans les magazines qui l’avaient conduite dans les coulisses caloriques de tout ce qu’elle ingurgitait et la fréquentation assidue et drastique de la balance dans sa salle de bains...
Elle se cramponna à l’anse de son panier cherchant dans l’osier la dureté des verrous qu’elle avait décidé de s’imposer, ferma les yeux au-dessus de son masque de papier…Et pan ! Cela explosa comme un bouchon de champagne, roula sur le trottoir, un vrai soulagement. Le bouton de son jean venait de libérer sa taille comprimée… C’était un signe !
Elle se baissa, récupéra l’objet et elle entra.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Enfin, de la vie dans ce monde de brutes. Merci JACB!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°57 :
4 mots : défoulement, marronnier, ego, tendresse
La phrase :L'œil fixé sur le compas, je m'appliquais à tenir une route rigoureuse: quand un plan est douteux, les scrupules d'exécution rassurent.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ecrire pour moi c’était le défoulement d’un égo, la tendresse des mots à la solde de mes joies, mes tourments, mes désirs au creux de cette solitude qui m’abrutissait. Ce voyage je l’imaginais comme une embellie à l’orée de ma vie trépidante et j’étais là maintenant sur cette île à l’ombre d’un marronnier sous ma tente de fortune.
Je rangeai soigneusement ce crayon et ce cahier sauvés des eaux et me mis à trier les débris du naufrage que la mer venait de déposer ce matin comme une offrande sur la plage grillée par le soleil. Et la surprise me serra la gorge, je dus juguler mes espoirs de folle cavale, me concentrer sur l’objet découvert pour ne pas échafauder mille issues aventureuses à mon triste sort. L'œil fixé sur le compas, je m'appliquais à tenir une route rigoureuse: quand un plan est douteux, les scrupules d'exécution rassurent. Tout à ma réflexion je n’entendis pas les froissements de buissons …Le compas m’échappa, se planta dans le sable entre deux pieds bruns à l’arrêt devant moi. Seul, je n’étais plus seul !
(rencontre de Robinson et Vendredi à ma façon…)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Une île couverte de marronniers, cela augure bien d'autres pistes. Heureusement, le meurtre n'a pas eu lieu!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Pfff...Je rame !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un autre alors. Ceci dit, c'est mon boulot de croiser un peu les choses
j'aime
Margho
Margho · il y a
Je m'accroche ! Mais là, après la démonstration d'écriture de JACB, j'ai bien peur de paraître ridicule. Il joue dans la cour des grands alors que j'en suis encore au B-A Ba.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Je suis Elle..Margho...et pas si grande...Allez jetez-vous à l'eau pour tenter maintenant B et C. Vous savez fort bien nous conter des fables...au propre comme au figuré et vous lire m'est un plaisir.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Ici c'est la cour de tous et les petits apprennent toujours quelque chose aux grands (sinon, c'est qu'ils ne sont pas si grands que ça ;-))
j'aime
Margho
Margho · il y a
D'ailleurs, j'y reste...

Sous le marronnier de la cour, ce ne sont que rires et cris de joie. Joyeux défoulement à l’approche des vacances.
J’avais préféré resté à l’intérieur, bien tranquille pour terminer enfin mon ouvrage. Tirant la langue, l’œil fixé sur le compas, je m’appliquai à tenir une route rigoureuse : quand un plan est douteux, les scrupules d’exécution rassurent. La grosseur du trait me satisfaisait. Il ne me restait plus qu’à bien colorier, sans dépasser.
Le résultat flattait mon ego. Nul doute que ses yeux s’embrumeraient de larmes en découvrant mon si joli dessin, cette rosace multicolore. Il aurait de l’attention pour moi, de la tendresse… Je me sentais un peu coupable d’abuser ainsi d’un vieillard…
Mais bon… La fin justifie les moyens et je le voulais mon train électrique…
j'aime
JACB
JACB · il y a
Et vous l'aurez sûrement Margho! Nous allons vous recommander chaudement auprès de qui de droit...Je me suis plu dans votre cour.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Ben tiens, tu crois qu'ils font comment, les grands!!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°56:
4 mots : encaisser, échantillon, démagogue, raison
La phrase: Quand on a besoin des hommes, il faut bien s'ajuster à eux, et puisqu'on ne saurait les gagner que par là, ce n'est pas la faute de ceux qui flattent, mais de ceux qui veulent être flattés.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ma mère m’attendait, drapée dans son déshabillé fleuri. Assise dans sa bergère au coin de la fenêtre, elle m’a écoutée sans un mot. J’ai déversé une fois de plus mon désarroi à ne pas savoir vivre avec lui. Un bref silence qu’elle a incisé calmement :
- Quand on a besoin des hommes, il faut bien s'ajuster à eux, et puisqu'on ne saurait les gagner que par là, ce n'est pas la faute de ceux qui flattent, mais de ceux qui veulent être flattés.
Je l’ai regardée interloquée :
-Voilà bien encore un échantillon de tes réflexions démagogues qu’il va me falloir encaisser sans raison.
Je l’ai quittée dans un grand claquement de porte qui a ébranlé tous les murs, ai dévalé les marches sachant que je courrai vers un divorce….le troisième !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
En voilà du bel ouvrage!!!!! Bonjour JACB
j'aime
Margho
Margho · il y a
Maitre Corbeau, classé dans les derniers
disposait de cinq votes…
Maître Renard, favori bien placé
lui joua les « fayotes » :
« Bonjour que votre texte est beau !
riche votre écriture et bien choisis vos mots !
Mais ce « très court » sans doute n’est qu’un échantillon
Et de short édition vous êtes l’alcyon ! »
L’oiseau, reconnaissant, s’en va voir sur le site
et octroie ses cinq votes à l’œuvre favorite.
Le renard s’en empare et dit
Tout démagogue vit aux dépens de celui
qui croit en ses propos. Vous devez encaisser !
Et l’oiseau dépité constate avec raison
Qu’il avait en cela agit comme un oison.
Morale : Quand on a besoin des hommes, il faut bien s’ajuster à eux, et puisqu’on ne saurait les gagner que par là, ce n’est pas la faute de ceux qui flattent, mais de ceux qui veulent être flattés.

PS : version 2: remplacer "Maître Corbeau" par "niaise Margho"
j'aime
JACB
JACB · il y a
Trop drôle! et pas si faux...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Finalement, ce TUC a du bon!!!
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Bonjour! Une petite contribution :-)

Pour évaluer avec équité chacun des textes du concours afin de les noter en toute objectivité, Bichette avait mis au point un système si complexe que la dixième lecture lui fut fatale, contraignant son voisin à solliciter les urgences psychiatriques.
Le médecin alerté la trouva pantelante, les yeux exorbités, enroulée dans une couverture de survie, les mâchoires serrées autour du biberon de son fils de deux ans, qui hurlait depuis son couffin.
Ses années d’expérience avaient rôdé le toubib à ne montrer aucune surprise, dans aucune circonstance. Son odorat fut néanmoins frappé par le parfum étrange qui émanait de Bichette. Elle semblait s’être aspergée généreusement d’une substance qui serait composée de poireaux, de dissolvant et d’une stupéfiante note d’iode. Etrange. Très professionnel, il ne broncha pas quand Bichette émis un borborygme avant de se mettre à danser une samba endiablée. Ayant l’intuition qu’elle cherchait par-là à entrer en communication, il accepta son invitation à le rejoindre et se trouva collé à sa patiente, moins d’un nanomètre séparant sa blouse immaculée de la couverture de survie. Il laissa le rythme s’emparer de lui et passa dix bonnes minutes à chalouper avec Bichette, quand un éclair de génie le traversa. Il se mit derrière l’écran de l’ordinateur et entreprit à voix haute la lecture de l’histoire laissée en plan.
Bichette se figea.
Elle resta totalement inerte jusqu’à la fin de la lecture, puis se mit à agiter convulsivement un gros coussin orange. Le toubib interpréta ces gestes désordonnés comme un vote. Il cliqua donc sur le bouton « j’aime cette oeuvre ». Bichette se mit à rire d’un rire satanique. Elle lança le coussin par la fenêtre puis se jeta dans la baignoire en gloussant. En la voyant chanter et danser, emballée dans sa couverture de survie sous le jet d’eau chaude, le toubib eu la préscience d’un événement sans précédent. Le lendemain, Bichette se présentait aux primaires de la gauche.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je ne regrette pas de vous avoir entraîné ici!!!!
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Ah quel beau compliment! Merci! Je suis assez fana des ces petits défis, j'avoue...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
C'est le seul endroit où il n'y a pas d'enjeu, on s'amuse c'est tout....et c'est suffisamment rare pour être appréciable!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°55:
4 mots : biberon, nanomètre, prescience, odorat
La phrase: Pour évaluer avec équité chacun des textes du concours afin de les noter en toute objectivité, Bichette avait mis au point un système si complexe que la dixième lecture lui fut fatale, contraignant son voisin à solliciter les urgences psychiatriques.
j'aime
Margho
Margho · il y a
- Bichette, que savez-vous de votre enfance ? Nourrie au sein ou au biberon ?
- Au biberon, je crois… Ma mère avait de trop beaux seins…
- Votre père… Parlez m’en.
- Euh, jamais vraiment su qui exactement…
- Exactement…
- Officiellement, j’ai un père. Officieusement, un autre…
- Ah…Parlez-moi de l’officieux.
- Une huile ! Un type qu’on dit génial mais que je n’ai jamais rencontré. Un grand créateur, doué de prescience… Un génie quoi !
- Difficile d’être le rejeton d’un génie ! Tuer le père, le dépasser…
- Je voudrais atteindre la perfection, dans tout ce que je fais. Je voulais être juste !
- …
- Ben oui. Portez un jugement, c’est pas simple, trop de choses rentrent en ligne de compte. De quel droit juger une personne, la noter. Sans la connaître qui plus est… Quelles sont ses aspirations, ses désirs ? Quelle est sa vie ? Que voit-elle chaque jour de sa fenêtre, qu’entend t'elle au réveil ? Quelles odeurs, suaves ou pestilentielles, perçoit son odorat ? Qui la caresse ou l’assassine ? L’Homme est un tout. Il faut tenir compte de tout, de tout !
- Mais enfin… Vous avez bien conscience qu’il s’agit d’un petit concours sans grande conséquence ! Vous mettre dans un état pareil ! Des tas de feuillets griffonnés, des listes, des items, des croix…
- J’ai du mal à juger. Celui-ci plus qu’un autre ? Quelle différence au fond ? Infime… Un nanomètre ! Le risque de faire erreur me guette, me pétrifie, me glace ! Alors les croix, j’ai l’habitude, ça m’aide. Je me fais un questionnaire d’évaluation, je réfléchis, je pèse, je re-pèse, je soupèse…Et je mets des croix, des croix, des croix !!!

Pour évaluer avec équité chacun des textes du concours afin de les noter en toute objectivité, Bichette avait mis au point un système si complexe que la dixième lecture lui fut fatale, contraignant son voisin à solliciter les urgences psychiatriques. Bichette avait été admise en Urgence au Centre Spécialisé.

- Passons à un sujet plus léger peut-être, Bichette, voulez vous ? Qu’en est-il de votre sexualité…
- Euh… pas simple… je suis…transexuelle.
- Ce n’est pas facile à assumer.
- Surtout avec mon vrai prénom. C’est pour ça que j’ai choisie « Bichette »…
- Ah…
- Mon vrai nom est Jésus.

Le psychiatre rédigea le compte rendu du premier entretien et conclut avec ces mots «Bouffée délirante, délire mystique ».
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
xxxxxxxxxxxxxxxx !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
J'ai pris quelques libertés lexicales...

Bichette a été nourrie très tôt au biberon de la littérature. Son berceau cerné de haut par les livres perchés sur les rayons de la bibliothèque campait dans le studio minuscule de sa mère célibataire pétrie des derniers Goncourt, Fémina, Renaudot…Prématurée bercée dans cette prescience culturelle, elle s’est endormie avec Proust, baignée avec Mallarmé, éveillée avec Zola…l’odorat chaque jour affuté par l’encre des pages, le parfum du papier, la poussière des reliures. Dès que pour elle les mots ont pris sens, elle a dévoré, aiguisé ses préférences et ses dégoûts. Puis repue, ayant sillonné les références, elle s’est tournée vers les nouveautés, les premiers pas, les confidences, investissant les sites où d’aucuns jouent de la plume, inventent ou s’épanchent pour choir un jour sur SHORT. Et abondance à lire il y avait, abondance à défricher pour apprécier, tant et si bien que Bichette en eut le tournis. Sevrée comme elle était de littérature recommandable, bien vite elle eut conscience de marcher sur une corde raide, elle manqua d’air, se perdit dans des frondaisons inextricables, « inlexicables « ….: Elle décida de se doter d’un manomètre à chaque lecture entreprise pour se préserver du vide, et ainsi conserver son énergie lectivore. Hélas, c’était oublier son grand appétit des belles histoires bien tournées, sa propension à s’immiscer à pas de loup dans les contextes des auteur(e)s, sondant les abysses du non-dit si bien écrit. Elle nota, renota, fit collection de mots aimés, de personnages insolites, d’univers fabuleux, se frotta à l’absurde, au tragique, à l’intime, s’usa les yeux à l’écran pour au mieux construire ses échelles et voter en toute conscience de lettrée. Bichette avait mis au point un système si complexe que la dixième lecture lui fut fatale, contraignant son voisin à solliciter les urgences psychiatriques. Le manomètre n’avait rien décelé quand elle est tombée dans ce trou noir, cette embuscade barbare où les bras d’une femme l’ont agrippée si fort qu’elle est restée pantelante et hagarde à pleurer dans l’histoire mais aussi à hurler dans le petit studio serti de grands auteurs aguerris…Le cri de Munch personnifié, c’est ainsi que son voisin l’avait trouvée…
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo JACB, ici on s'amuse et l'on a le droit d'user et d'abuser de toutes les libertés
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
J'aime l'idée du manomètre: mesurer la pression de l'expression !!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Chapeau bas ! et si vite !
j'aime
Margho
Margho · il y a
Petit matin frisquet. Bichette révisait encore : anacoluthe, amphitryon, gogol, alumni… d’ici quelques heures débutera son challenge préféré : la matinée en cavale. Elle aimait jouer avec les mots et c’était contagieux : son père s’y était mis et découvrant sur le forum, l’atelier du tripot, était devenu complètement addict à cette discipline, qu’il pratiquait quotidiennement, de façon rituelle, à l’heure ou ses neurones rencontraient leur synapses. Gymnastique matinale en quelque sorte…

Bichette, mon petit, descends de ton hamac
et vas donc me chercher ma flasque d’armagnac.
Il est 5 heures passées ? J’avoue, j’ai fait la chouille
et je viens de rentrer. Pardon si je bafouille…
On s’est bien enjaillés mais la soupe à l’oignon,
acide et indigeste, me pèse sur le bedon.
Je n’ai pas l’esprit clair. Toi, tu as ton challenge
et moi j’en ai un autre car « fablab » me dérange…
Il me faut le placer. Un petit digestif
et me voilà fin prêt, éveillé, l’esprit vif,
Offrant à ton regard, consterné et soucieux,
La béate expression d’un émoji heureux.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
^^ :-) ;-))))))))))))))))))))))))))))))
j'aime
Margho
Margho · il y a
Merci Oriel pour votre accueil ! Et pourtant, là, j'ai triché : on ne peut pas dire que fablab soit intégré... Au moins aurais-je découvert ce terme... et une partie des autres d'ailleurs. L'art et la manière d'enrichir son vocabulaire passe par le tuc-o-fi ! Au fait, c'est quoi l'origine de ce mot ?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Texte Ultra Court O (aux) Figures Imposées (ce n'est pas de moi, c'est de Cadaveski alias quelqu'un d'autre je pense, qui a lancé ça il y a un certain temps. Au début, j'ai participé et puis faute de défis, j'ai pris le relais. Et ce n'est pas toujours évident pour moi non plus.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Deux tranches de terrine, un demi-camembert, un baba au rhum et une dizaine de papillotes au praliné. Le tout arrosé de généreuses rasades de beaujolais. Encore faim. Et si je réchauffais la soupe au chou ?

« Mange ta soupe ! » Cette formule des mères de famille ne supportant pas de leur progéniture qu'elle laisse de la nourriture dans leur assiette est, selon certains experts questionnés par un canard local, responsable de l'apparition de l'obésité infantile… Tu parles ! Quoi que… C’est peut-être vrai, en fait, je m’en fous…

Mais aucun doute pour moi, mon obésité future, c’est bien à toi que je la devrai…

Nos nuits étaient valses lentes ou valses hésitation quand nos corps se mêlaient. Bercée par ton accent, mon amour italien, je savourais tes mots « Oh Bella, amore mio... ».

Je nous croyais éternels, invincibles. Notre union était belle.

Mais quand j’ai murmuré « je t’aime…», ton sourire carnassier m’a glacé les os. D’un air ironique, en riant et en me tapant sur les fesses, tu m’a dit : Qué ? Tou déconnes ! On baise un point c’est tout. Si tou me colles aux basques, je lui flanque un brexit, à l’union dont tou rêves !

Et puis tu es parti.

Dans la cuisine, ça sent bon les fayots, le lard fumé, le chou.
J’en prendrais bien trois louches…

« Mange ta soupe et ne pleure pas dedans ! ».
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Margho de rejoindre les déjantés d'ici... J'apprécie beaucoup
j'aime
Margho
Margho · il y a
Tout le plaisir est pour moi ! Quoique... là, je suis un peu frustrée ! Un autre défi, vite, par pitié ! Je suis déjà accro !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
"mon obésité future c’est bien à toi que je la devrais…"
Il faut bien trouver un coupable, fut-il italien :)
j'aime
Margho
Margho · il y a
Sauf que devrai au futur, sans s, ça va mieux... Je me corrige immédiatement ! bonne journée
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°55
4 mots : Valse, canard, italien, brexit
La phrase: Mange ta soupe ! Cette formule des mères de famille ne supportant pas de leur progéniture qu'elle laisse de la nourriture dans leur assiette est, selon certains experts, responsable de l'apparition de l'obésité infantile.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Mange ta soupe ! Cette formule des mères de famille ne supportant pas de leur progéniture qu'elle laisse de la nourriture dans leur assiette est, selon certains experts, responsable de l'apparition de l'obésité infantile.
De l’obésité politique aussi pour qui voulant devenir plus gros, plus fort que le bœuf, le brexit sourit. S’en suit la valse ou la Valls (je doute soudain de mon orthographe…) des canards italiens qui se mettent au vert…Il est là peut-être le remède : il suffit de cracher dans la soupe !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je n'y avais pas pensé!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Joli parallèle !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi N°55
4 mots : Valse, canard, italien, brexit

Marre de tout

Mange ta soupe ! Cette formule des mères de famille ne supportant pas de leur progéniture qu'elle laisse de la nourriture dans leur assiette est, selon certains experts, responsable de l'apparition de l'obésité infantile.
Il referma rageusement son canard. Marre des formules toutes faites et marre des experts.
Depuis tout gamin on le bassinait avec ses percentiles. “Il a atteint ses 50 percentiles” chuchotait-on honteusement dans les réunions de famille.
Il s'était renseigné, une sombre embrouille de statistiques, une valse de chiffres nébuleux.
Pour ses 95 percentiles on l'emmena de force consulter un expert italien, Minestrone ou un nom comme ça...
Marre des experts! Et puis d'abord on disait centile... percentile c'était un anglicisme! Vivement le brexit jura t-il et qu'on n'entende plus parler des rosbifs. Marre aussi du rosbif!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Et oui, on va finir par devenir vegan!!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°54:
4 mots : enjailler, chouille ,fablab, émojis
La phrase: bien campée dans son hamac, Bichette révisait encore : anacoluthe, amphitryon, gogol, alumni… d’ici quelques heures débuterai son challenge préféré : la matinée en cavale.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Alors...j'ai fait comme Bichette...J'ai cherché le sens de cette nouvelle panoplie.

Elle faisait la chouille et s’enjaillait à repérer les fablabs tout en mailant des émojis à tous ces amis. Se balançant au gré de ses errances savantes, elle musclait sa matière grise pour des phrases au long cours dans les coulisses abyssales d’un vocabulaire tortueux. Bien campée dans son hamac, Bichette révisait encore : anacoluthe, amphitryon, gogol, alumni… d’ici quelques heures débuterait son challenge préféré : la matinée en cavale. Soudain, plus qu’une ruade la fit basculer par-dessus-mots, choir du hamac, idées en vrac se faire la malle. Sauve qui peut !.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo JACB, vous êtes fin prête pour le grand saut!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
...à l'élastique! des hauts et des grands bas...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Défi N°53:
4 mots: toison, cleptomane, traîneau, bigorneau
La phrase: Depuis cinquante ans que je subis l'ennui de la vie réelle, je n'ai trouvé aux soucis qui la dévorent qu'une compensation, c'est d'entendre des contes et d'en composer moi-même.
j'aime
Margho
Margho · il y a
Tant pis, j'ose... C'est tiré par les cheveux mais je me suis bien amusée... Je ne sais même pas si le jeu est terminé ou pas. Je débute, et sur le forum et dans l'exercice...

Depuis cinquante ans que je subis l'ennui de la vie réelle, je n'ai trouvé aux soucis qui la dévorent qu'une compensation, c'est d'entendre des contes et d'en composer moi-même. Et tel un cleptomane, je ne peux m’empêcher de piquer les récits d’écrivains renommés,
Les revoir à ma sauce, modifier la morale
en quelques alexandrins pour être « original ».
Par exemple Rabelais et ses bêtes moutons
qui sautèrent à la mer tous ensembles, dit-on.
Et bien l’on s’est trompé et l’on a oublié
que l’un deux refusait de voir se détremper
sa superbe toison ! Il est resté scotché
à la figure de proue, comme un gros bigorneau
accroché au rocher. Voilà que le traîneau
tiré par quatre rennes qui magnifiait l’étrave
servi de parapet à ce mouton si brave !
Depuis le rescapé clame, s’écrie et bêle
qu’il faut dur comme fer croire à Papa Noël…
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Des alexandrins pleins d'humour déjanté... c'est tout ce que j'aime même si certains sont un peu bancals :)
On le serait à moins, cramponnés au traîneau
à tenter dans l'urgence un ultime créneau...
j'aime
Margho
Margho · il y a
Merci Vegas sur Sarthe ! Je vais donc m'accrocher et poursuivre l'expérience. D'accord avec vous sur les alexandrins bancals... Ce devait être un mouton à cinq pattes, d'où sa difficulté à bien poser ses pieds...J'ai bien ri de votre malheureux bigorneau. Bravo !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Merci Margho.
J'ai bien apprécié ton texte pour la Matinale !
j'aime
JACB
JACB · il y a
Rabelais revisité, voilà une bonne idée...pas du tout tirée par les cheveux puisque la toison refusait le shampoing...très rigolo et de saison! Bravo Margho!
j'aime
Margho
Margho · il y a
Oups ! Relu ce matin "à froid", je me dis que le pôvre Rabelais doit se retourner dans sa tombe...Contrairement au votre, ça manque un peu d'esprit ! Qu'est ce que le Père Noël vient faire dans cette" galère" ! Tout ça parce que je butais sur le "traineau" et que sans doute, oui, l'association d'idées à cette période coulait de source... Un autre pari, JACB : vous qui maîtrisez bien ce genre d'exercice et avez une écriture affirmée, pourriez-vous le revoir "à votre sauce" ? Chiche ? Histoire d'apprentissage pour moi qui oserais peut-être ensuite essayer les autres défis...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Réponse en MP
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi N°53:
4 mots: toison, cleptomane, traîneau, bigorneau

Depuis cinquante ans que je subis l'ennui de la vie réelle, je n'ai trouvé aux soucis qui la dévorent qu'une compensation, c'est d'entendre des contes et d'en composer moi-même.
Ainsi me vint celui-ci:

Sur un rocher abandonné
se désolait un bigorneau
on avait volé son traîneau
ses pénates, sa maisonnée

Notre gastéropode à poil
n'a plus qu'en guise de toison
du goémon façon gazon
qui sent l'essence et le gasoil

Vient à passer son cleptomane
étrille de la pire espèce
tout juste bonne en bouillabaisse
qui souffle, peine et qui ahane

Te voila bien embarrassée
lui dit le pauvre bigorneau
n'as-tu donc point lu les panneaux?
C'est interdit de ramasser

La voleuse est inassouvie
elle emporte le bigorneau
sa toison qui sent le guano
et le bouffe sans préavis
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Vraiment très drôle Vegas, et bien tourné
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Merci Oriel
j'aime
JACB
JACB · il y a
oh! c'est trop drôle, Végas! Continuez à nous conter sans compter, l'inénarrable! Bravo!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Merci JACB
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
- …point final. Bien, qu’en penses-tu ?
- Pourquoi toujours moi ?
- Parce que c’est comme ça ! : Depuis cinquante ans que je subis l'ennui de la vie réelle, je n'ai trouvé aux soucis qui la dévorent qu'une compensation, c'est d'entendre des contes et d'en composer moi-même.
- T’as répondu.
- Comment ?
- Tu parles comme tu écris, de façon grandiloquente. Comment veux-tu attirer l’attention des lecteurs de « Voilà ». La semaine dernière tu dissertais sur la toison des bigorneaux et je te faisais part de mes doutes. Là, tu intitules ton truc « Cleptomane, la douleur de l’abandonnique ». Parle de la taille de toisons féminines avec des termes un peu limites et, enfin, tu le vendras, ton papelard !!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
pas trop le temps mais je m'y collerai avec plaisir
j'aime
JACB
JACB · il y a
Silence radio?....Alors je me réponds:

Assis sur la cheminée dans la nuit étoilée Nicolas ruminait ses désillusions.
- Depuis cinquante ans que je subis l'ennui de la vie réelle, je n'ai trouvé aux soucis qui la dévorent qu'une compensation, c'est d'entendre des contes et d'en composer moi-même.
A ses côtés, un vieillard tout de rouge vêtu :
-Allons donc, vous allez me faire croire que vous vous êtes projeté dans un conte ?
-oui, c’est pour ça que je voulais payer en bigorneaux !
-Mais monsieur vous êtes un cleptomane, vous me voler la vedette. Voulez-vous bien vider vos poches !
Il sortit à regret un petit sac de jolis coquillages bleu-mordoré qui se mirent à tinter lorsqu’il les posa sur la table. Vinrent s’ajouter un petit mouton à la toison blanche et un traîneau miniature paré de grelots minuscules.
- C’est tout ?
- oui ! Et cela suffit pour tricoter une histoire.
L’homme en rouge campé devant ses rennes manifesta son impatience. Il n’avait pas de temps à perdre et voyait en ce Nicolas une concurrence inquiétante.
L’heure étant cependant aux cadeaux, il répondit :
- C’est quoi votre histoire ?
- Il était une fois sur une planète bien lointaine un petit Prince qui avait un mouton. Il rêvait d’un traîneau pour l’y atteler et aller voir la mer et ses coquillages.
-Bon, ça va j’ai compris !
Le père Noël embarqua l’homme, le mouton, le traîneau et les bigorneaux. Il comptait bien mettre à son compte ce conte ….de Noël
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je lui offre un paravent...pour sa rose
j'aime
JACB
JACB · il y a
Votre offre est pleine de poésie Oriel, merci.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°52 Grand mélange
4 mots : havane, fidèle, alizés, porc
La phrase : S'il en demeure dix, je serai le dixième ;et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là
j'aime
Margho
Margho · il y a
J’en suis convaincu, je ne partirai pas…
Je n’irai pas au bout du monde, au-delà des mers, dans les pays dont j’ai rêvé… Le souffle des alizés ne caressera pas ma peau et aucune belle ne me permettra de me pendre à son bras comme un serviteur fidèle…
Grande Braderie, TOUT doit disparaître !
Mouais… Tout sauf moi !
Un sac de voyage en croûte de porc, couleur havane qui plus est ? Aucune chance !
S’il en demeure dix, je serai le dixième, et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là
j'aime
JACB
JACB · il y a
Mon grand-père adorait me raconter des histoires à l’ombre de la tonnelle :
-S'il en demeure dix, je serai le dixième et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là…
Et il pointait en l’air l’auriculaire droit après avoir fait le compte des doigts de ses deux mains. Dans les volutes du havane tremblotant sous les alizés, ses yeux noirs guettaient mon effroi :
Il gonflait alors sa voix, montrait les dents puis grognait comme un porc affolé.
Je plongeai sous la table et il me poursuivait en tournant tout autour:
-Mon petit doigt m’a dit…
Sur le qui-vive sous les retombées de la nappe, je suivais les allées et venues de ses sandales éculées.
-Que j’allais te manger !
Il me sautait dessus, je hurlai quand il me tirait brusquement hors de mon refuge et me dévorai de baisers goulus.
Ces souvenirs me sont si chers que je doute encore du conte qui en met trois en scène. Dans l’histoire de mon grand-père ils étaient dix petits cochons à braver le loup ! Plus on est de fous, plus on rit !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Sacrée personnalité ce grand-père!!! Avait-il une barbe à la Hugo???
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°51
4 mots : Larousse, quatrain, désamour, unanime
La phrase : Il m'est impossible, puisqu'il est impossible que tout le monde soit artiste, de recommander à tout un chacun ma façon de vivre comme une philosophie convenant à n'importe qui.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Les touches crépitaient dans le silence du studio:
…Il m'est impossible, puisqu'il est impossible
Que tout le monde soit artiste, de recommander
À tout un chacun ma façon de vivre…
Sa main resta en suspend sur le clavier et le quatrain bancal attendait une issue sur l’écran En désamour avec le Larousse trop discipliné à son goût, Kant Loup pesait l’architecture d’un mot à venir : 2f ou 2 ph…
il se lissa le crâne qu’il portait nu et ses neurones unanimes l’incitèrent à adopter un double ph. Ses doigts maigres et nerveux tapèrent la suite de sa pensée du jour :
…comme une philosophie convenant à n'importe qui.
Voilà il était prêt pour l’émission de ce soir !
Se gonflant d’importance à l’heure habituelle, Hollandy quitta l’Elysée sur ces mots puis murmura en aparté dans le couloir :
-Normal, j’suis un président normal !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Quel plaisir... et pas si terre à terre que ça!!!! ;-)))))))))))))))
Pour la petite histoire, c'est tiré de "les anges vagabonds" de Jack Kerouac
j'aime
Steph.
Steph. · il y a
Les derniers, et cruels, instants de Casanova.
Comme chacun sait, Casanova fut un grand séducteur. Il paraît que cela vient du fait que, quelques jours après sa naissance, la fée Minine se penchant sur son berceau pour lui souhaiter santé, bonheur et tout ça, elle aurait malencontreusement frôlé le bout du zizi de Giacomo avec sa baguette magique. Résultat de cet accident, de prime abord sans conséquence, dès sa plus tendre enfance Casanova fut contraint de mettre une coquille sous ses pantalons pour camoufler l'étalage honteux (pour l'époque) de sa masculinité précoce. Par la suite, et pour l’anecdote, nombre de pucelles et de femmes adultérines n’eurent qu’à se louer de la mémorable déconvenue de la fée Minine. On en a même vu certaines se précipiter à l’église, après avoir partagé pour quelques heures la couche de Giacomo, afin de brûler un cierge à la mémoire de la maladroite fée.
Bref ! Après avoir mené la vie que nous lui connaissons, Giacomo, comme tout un chacun, approcha de son heure dernière. Lors de son agonie, il reçut la visite de son cousin, Casablanca. Celui-ci, quelque peu jaloux des succès féminins de son proche parent, lui souffla à l'oreille ces propos aigres-doux :
— Voyez-vous, cher ami, à l’heure où votre départ paraît inéluctable, je me dois de vous faire une confidence.
Casanova entrouvrit un œil presqu’éteint et, d’un battement de paupière, invita son cousin à poursuivre.
— J’ai le regret de vous dire que votre existence fut jalonnée, à mon sens, de propos quelques peu exagérés sur vos prouesses disons… galantes.
L’œil éteint du moribond fut soudain traversé par une étincelle d’incrédulité, un peu comme une braise sur le point de s’éteindre et qu’un courant d’air revigore pour quelques secondes.
— En effet, poursuivit le perfide cousin, j’ai fait ma petite enquête à ce sujet. Or, il en ressort que le total de vos conquêtes n’excède pas la vingtaine. Ce qui est peu au regard de votre réputation. Et encore, la majorité d’entre elles a plus fauté par dégout envers leurs vieux maris que par véritable élan du cœur, asséna-t-il pour faire bonne mesure.
À ces mots, Casanova employa ses ultimes et faibles forces à serrer le poignet de son parent pour le jeter à terre. Vaine tentative. Casablanca retira avec dédain les doigts décharnés du mourant et conclut en y mettant le plus de fiel possible :
— Comme quoi, en ce qui concerne l’amour, « la conquête est un hasard qui dépend peut-être encore plus des fautes des vingt culs que du génie du vain cœur. »
Las d’entendre de telles vilénies, Giacomo Casanova poussa son dernier soupir.

Mille excuses pour la liberté que je me suis permis de prendre en modifiant "vaincu" et vainqueur".
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Astucieux détournement de la phrase imposée! Bravo
j'aime
Steph.
Steph. · il y a
Merci.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Depuis le temps que j'avais envie de traiter les mots imposés ainsi!!!! C'est un plaisir cette histoire!!!! Steph, merci
j'aime
Steph.
Steph. · il y a
C'est un plaisir que de faire plaisir. Merci à toi pour ce commentaire.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
je cherche un nouveau défi alors???
j'aime
Steph.
Steph. · il y a
Du même style avec quatre mots et une phrase imposée (TVA à 20%) ? Ou d'un autre genre dans les jeux d'écriture ?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Ce genre est sympa sauf qu'il faut bien choisir les mots pour éclater un peu le tout, vous pouvez chercher aussi. 5%, c'est du brut de décoffrage !!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
J'en reste sur le c..! Vain de vous écrire que c'est hardiment raconté! Haut les cœurs, Steph!
j'aime
Steph.
Steph. · il y a
Voilà qui m'encourage à ne pas en rester là. Merci.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Défi N°50
4 mots : pantalon, fée, accident, coquille
La phrase : “La conquête est un hasard qui dépend peut-être encore plus des fautes des vaincus que du génie du vainqueur.”
j'aime
JACB
JACB · il y a
Par accident il était tombé sur ce qui faisait branler du chef les gradés réunis autour de la table. Doigts sur la couture du pantalon et tricornes sous le bras, ils étaient tous penchés sur le texte du message laissé par l’ordonnance comme des fées sur le berceau d’un vilain petit canard :
-Mais enfin Soldat, il y a sûrement une coquille ! Tonna le général Bonaparte
-Oui mon Général !
Au garde-à-vous il se mit mais tête froide il garda pour mémoriser tout bas :
-« La conquête est un hasard qui dépend peut-être encore plus des fautes des vaincus que du génie du vainqueur. »
Au loin, brûlait Moscou !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Et dire qu'on est passable d'une amende si l'on nomme son goret " Napoléon"!!!! Bravo encore JACB
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Bonjour! défi relevé :-)

Les plombs avaient encore sauté. Le problème, c’est que depuis que la fée électricité avait remplacé les bougies, il n’en n’avait plus (de bougies). Tant pis, Pierre s’habillerait dans le noir. A tâtons, il chercha son pantalon, qu’il avait dû, selon son habitude, plier sur la chaise au pied du lit. Gagné !
Pour le reste, ce serait plus compliqué : Depuis qu’il avait déclaré la guerre à sa femme de ménage, il n’avait aucune prise sur sa garde-robe. La jeune femme avait décidé d’introduire de la fantaisie dans la mise de son employeur, qu’elle trouvait, selon ses termes, démodée et terne. Cela faisait trois semaines que le linge s’empilait en désordre malgré les injonctions de Pierre. Elle avait gagné la première bataille. Mais par respect pour son employeur, elle avait transigé et laissait une chemise repassée d’avance dans la solitude du placard, en compagnie d’une paire de chaussures à glands. Pour les chaussettes, la chance d’en extraire deux assorties du capharnaüm qui régnait dans la commode relevait de l’accident. Après plusieurs minutes passées à pester contre les mutins et autres révoltés aux causes perdues d’avance, il lui sembla avoir mis la main sur deux chaussettes de consistance et taille semblables. Il décida de courir le risque. Quand la lumière fut enfin, il regarda ses pieds et là, miracle, ils étaient pareillement gainés de laine coquille d’œuf ! et tant pis pour le caleçon à motifs de cerises qui dépassait de sa chemise, quoi qu’en pense la femme de ménage, le miroir lui renvoyait une image honorable. La conquête est un hasard qui dépend peut-être encore plus des fautes des vaincus que du génie du vainqueur. Il se promit de lui en faire la réflexion. En attendant, il pouvait partir travailler la tête haute.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Rire au dépends du vainqueur...Une revanche? Bravo gecko bleu!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Deux chaussettes semblables... si c'est pas du hasard, ça!
Belle idée, Gecko! J'aime beaucoup
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oh oui parce que chez moi il y a un tiroir à chaussettes célibataires!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Une opportunité pour se tricoter des rencontres!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
J'avoue que pendant des années, je choisissais soigneusement deux couleurs très contrastées.
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Merci :-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je ne sais pas si je préfère Pierre ou la femme de ménage ;-) super
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Je vais vous dire un secret, que surtout il ne faudra répéter à personne: Pierre, la femme de ménage et la paire de chaussettes forment une trinité :-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Mince alors ! Faut leur trouver une nouvelle histoire ; -)
j'aime
JACB
JACB · il y a
Défi N°49
cloche-merle, famélique, trublion, calamité
Car, au fond en amour, il s'agit peut-être au bout du compte de se fier à la magie, on ne peut pas dire qu'on puisse trouver une règle, quelque chose à suivre pour que tout se passe bien.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
A Clochemerle, comme il se doit en ce troisième jeudi de novembre, on célébrait le beaujolais nouveau. Cette tradition, galvaudée par les bobos parisiens, dont la plupart goûte le vin comme si c’était un verre d’eau et place le Gevrey Chambertin en bordelais, revêtait pour Gustave une prime importance prénommée Joséphine. Il lui déclarerait sa flamme à la fin du déjeuner des vignerons qu’il organisait annuellement dans sa mairie. L’après-midi étant vacant pour tous les employés, il avait usé de fins stratagèmes pour retenir quelques instants supplémentaires sa douce et jolie secrétaire.
Le repas se passa dans la joie, la grêle, cette calamité, ayant cette année épargné la totalité du vignoble. Mais au dessert, un chien famélique déboula entre les invités, poursuivi par ce trublion d’Arthur Du Plessy qui n’avait pas dessoulé depuis la veille. Il sauta sur les genoux de Joséphine, cherchant refuge. Entrant dans une rage qu’on ne lui connaissait pas, Gustave tança le plus gros propriétaire du canton l’enjoignant de se soigner avant de pouvoir prétendre réintégrer le Conseil municipal. Monsieur le Comte en resta quoi, le reste de l’assemblée aussi. Joséphine sourit. Le timide Gustave tenait enfin sa chance, car, au fond en amour, il s'agit peut-être au bout du compte de se fier à la magie, on ne peut pas dire qu'on puisse trouver une règle, quelque chose à suivre pour que tout se passe bien.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Bravo! Jolie histoire contée avec mr le comte scotché! Merci Oriel!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
C'est gentil merci beaucoup JACB
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Et Mr le comte apprécie la délicatesse dont vous avez fait preuve à son égard
j'aime
JACB
JACB · il y a
Reçu 5 sur 5!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
;-)
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
le Gevrey Chambertin en bordelais? Mes ancêtres doivent se retourner dans leur tombe. Belle inspiration, Oriel !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Vegas, c'est le jour.
Entendu dans un resto: "On prend quel vin, un bourgogne?
- Non, j'aime pas, un bon bordeaux. Un Gevrey Chambertin, c'est mieux."
La forme de la bouteille ne les a pas étonnés et pour goûter, le "connaisseur" a demandé qu'on lui remplisse bien son verre et l'a bu cul sec "il est un peu vert mais ça ira!!" MDR
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Ah Ah! Je n'ai aucun mérite... j'ai eu un beau-père maître de chais à St Emilion !
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 48 https://m.youtube.com/watch?v=4RLY14kyoH0
4 mots : carambolage, pluvieux , préjudice moral , nombril
La phrase : les overdoses de réseaux sociaux commençaient à apparaître et le clip de la chanson "ferme ta gueule sur Facebook" faisait le tour de la blogosphère arrachant un vrai sourire à M. Regard, le vieux sociologue dégarni.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Par ce temps pluvieux, les douleurs l’avaient de nouveau assailli. Le vieil homme avait renoncé à sortir, s’était connecté sur Short et son forum pour y jeter un œil. Les overdoses de réseaux sociaux commençaient à apparaître et le clip de la chanson "ferme ta gueule sur Facebook" faisait le tour de la blogosphère arrachant un vrai sourire à M. Regard, le vieux sociologue dégarni. Du nombrilisme il était question. Des pourfendeurs de nombrils mis à nu par des mots dont les phrases fleuves se télescopaient dans les blogs déclenchant des carambolages d’égos se réclamaient du préjudice moral dans l’injonction de se la fermer ! Il y avait vraiment de quoi écrire un livre !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oh oui, une belle réserve de personnages!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
La chasse avait débuté la semaine précédente, lorsque la photo d’un nombril anonyme, auréolé des trois minuscules étoiles, publié par un mystérieux « Adam-Origine 2016 » inonda toutes les entrées du web. Une récompense de 100 millions de dollars serait allouée à la personne qui trouverait son propriétaire. Aussi stupide que cela puisse paraitre, le défi déclencha les foules. Sachant que les tribunaux ne prennent pas en compte le préjudice moral, il n’était pas rare de se faire dénuder le torse par un inconnu dès qu’on relâchait sa garde et la colère montait. Les overdoses de réseaux sociaux commençaient à apparaître et le clip de la chanson "ferme ta gueule sur Facebook" faisait le tour de la blogosphère arrachant un vrai sourire à M. Regard, le vieux sociologue dégarni : il allait gagner son pari.

Il faut dire que plusieurs années auparavant, au détour d’un chemin rendu glissant par le temps pluvieux, le vieil homme avait été victime d’un banal carambolage. Mais l’accident, photographié par un badaud et mis en ligne le soir-même avait ruiné sa vie personnelle et son ministère : En effet, la très jolie femme sur le siège passager s’avérait s’appeler Zaïa.
Vivant reclus depuis, de rage il s’était tatoué.
j'aime
JACB
JACB · il y a
C'est rigolo! Je ne sais pas ce qu'en penserait Zaïa?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
ça dépend du montant du chèque?
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi spécial Armistice
4 mots : inconséquent, garde à vous, ordinateur, bravoure.
La phrase: en 1915 l'état-major renonça au rouge-garance pour habiller ses nouveaux soldats en bleu horizon mais Bichette, la jeune recrutée, l'ignorait comme elle ignorait crânement les quolibets qui la traitaient de "bleu".
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ça crépitait dans la pièce sous le regard impavide des deux chiens en faïence au garde à vous sur l’enfilade. Elle se relut :
- en 1915 l'état-major renonça au rouge-garance pour habiller ses nouveaux soldats en bleu horizon mais Bichette, la jeune recrutée, l'ignorait comme elle ignorait crânement les quolibets qui la traitaient de "bleu".
-« e »ou pas de »e » à « bleu » ?
Son doigt hésitait sur la touche de l’ordinateur…Plus elle avançait dans son roman plus son personnage lui paraissait inconséquent, son style sans bravoure et sur le front rien de nouveau ! Bleu et rouge dans sa ligne de mire , elle décida de changer de genre : Bichette se racontera en BD !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Point de vue très intéressant. Je me demandais comment écrire "marin" au féminin. Contente de vous lire JACB
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Au garde-à-vous, elle attend. De mauvais sourires fusent dans les rangs. Les pseudos poilus ont tous été briffés qu’en1915 l'état-major renonça au rouge-garance pour habiller ses nouveaux soldats en bleu horizon mais Bichette, la jeune recrutée, l'ignorait comme elle ignorait crânement les quolibets qui la traitaient de "bleu". Seule femme de la garnison car l’inscription par ordinateur ne mentionnait pas le sexe, elle a été plébiscitée par les téléspectateurs, repêchée pour sa bravoure et donc détestée par les autres participants. Ex aequo à la fin du défilé militaire, l’ultime épreuve, son uniforme inconséquent risque de lui être fatal. Ce serait trop injuste après ce qu’elle a enduré en un mois !
Au moment où l’on va remettre la somme de 10000 euros au grand blond, un assistant stagiaire met la Prod en émoi : l’action se passe avec un décalage exact de 100 ans, or nous sommes le 21 septembre 2016 et selon le règlement « l’uniforme a été généralisé à partir de l’automne 1916 ». A un jour près, tout était perdu…
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Une idée pas banale bien menée. Étonnant que cette histoire de couleur d'uniforme soit parvenue jusqu'à nous dans l'expression "le bleu" ou " la bleusaille" pour dire la nouvelle recrue. La couleur bleu avec son contexte de mélancolie mériterait bien un défi.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Cadaveski. Les bleus, les bleus... il y a de quoi partir dans tous les sens...
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
et s'il n'en reste qu'une...
Le contexte est original! Bravo
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci, un peu long je trouve mais je voulais une fin.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi spécial Armistice
Bon WE à toutes et tous !

En 1915 l'état-major renonça au rouge-garance pour habiller ses nouveaux soldats en bleu horizon mais Bichette, la jeune recrutée, l'ignorait comme elle ignorait crânement les quolibets qui la traitaient de "bleu".
S'étant fendue d'une révérence à l'aboiement d'un « Garde à vous ! » elle se retrouva au trou pour comportement inconséquent.
Subjugué par tant de bravoure, le grand ordinateur de la Cour martiale tomba amoureux fou de Bichette, en perdit l'appétit et se suicida... les goûts et les couleurs ça ne se discute pas.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un grand BRAVO !!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Merci. C'est peu de chose. Je ne me suis pas trouvé très bon sur ce coup-là :)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
l'ordinateur était compliqué dans l'histoire. Il m'a fallut longtemps pour le placer. Un bon texte doit être court, le vôtre l'est et en plus il m'a fait rire ;-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
>>>>>>>>>> Défi spécial So long léonard
4 mots : Marianne, hallelujah, i’m ready my lord, bouddhiste.
La phrase : Je crois qu’il nous reste encore beaucoup de choses à faire, à apprendre et, pour moi, les États-Unis peuvent, doivent servir de laboratoire quant à la découverte et l’application des nouvelles valeurs démocratiques, reprenait Bichette avec espoir.
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Hallelujah ! s'écria Bichette sous le regard indulgent du buste de Marianne.
Je vois que toutes les mains sont levées dans notre petite mairie, nous sommes donc tous là, même Jojo le bouddhiste, pour mettre en place notre projet de commune alternative et de démocratie participative. Je crois qu’il nous reste encore beaucoup de choses à faire, à apprendre et, pour moi, les États-Unis peuvent, doivent servir de laboratoire quant à la découverte et l’application des nouvelles valeurs démocratiques, reprenait Bichette avec espoir. Un grand nombre d'entre vous souhaitent un slogan pour notre mouvement. Léonard a proposé "I’m ready my lord" et Dylan a proposé "cause the times they are a-changing". On va les mettre au vote. Y a t il d'autres propositions ?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo Cadaveski, je n'en attendais pas moins de vous ;-)
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 44
4 mots : vertige, rat de bibliothèque, marmelade, phare.
La phrase : Le vieux sociologue caressait son crâne dégarni en relisant la phrase qui semblait tout expliquer : la suffisance de l'intelligentsia est devenue plus insupportable que l'impudence des possédants.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Ce phare lui donnait pourtant le vertige mais c’est là qu’il avait pris sa retraite, lui, ses livres et sa solitude. En vrai rat de bibliothèque un peu misanthrope il s’abîmait dans de longues errances philosophiques dans les mots et sur les flots en savourant sa marmelade à l’orange. Le vieux sociologue caressait son crâne dégarni en relisant la phrase qui semblait tout expliquer : la suffisance de l'intelligentsia est devenue plus insupportable que l'impudence des possédants. Taguée par ses soins sur le verre de la lanterne dont le faisceau colportait à l’infini vers les bateaux son message comme un avertissement à l’apocalypse…Il se voulait Noé des temps modernes !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Du sommet de son phare, il regardait la ville, imposante et aseptisée ; il regardait les rues, inhumaines et clinquantes, il regardait les hommes, apeurés et soucieux…Devenu rat de bibliothèque à mesure que les années passaient, le vieux sociologue caressait son crâne dégarni en relisant la phrase qui semblait tout expliquer : la suffisance de l'intelligentsia est devenue plus insupportable que l'impudence des possédants.
Devait-il en rester là, s’empiffrant de scones à la marmelade, ressassant le futur imparfait qu’il contemplait du bout de sa lorgnette ou…. Bravant le vertige qui l’a trop longtemps isolé, il s’arme d’un pinceau et d’une boite de couleurs.
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Bonjour! Je vous attendais... Bon, on y va alors, dans la joie et la bonne humeur :-)

Elle observait sa coloc Shirley fixant les résultats de la 45eme élection présidentielle sur le grand écran les yeux mouillés de larmes et Bichette ne pouvait déterminer si ces larmes coulaient de joie ou de rage.
Il fallait se rendre à l’évidence : un professionnel de la téléréalité venait d’être adoubé, donc sous peu, on allait (enfin) avoir le droit de donner le pouvoir à des personnages de fiction. Mickey partirait sans doute favori, mais Bichette avait plus d’inclination pour Don Quichotte. Et pourquoi pas Dracula ? Ce pourrait être intéressant… On pourrait en profiter pour changer le système de vote et proposer une course en sac des candidats. Ils ne seraient pas tous à égalité (comment lutter contre superman ?) mais ces enfantillages redonneraient sans doute le sourire aux citoyens sonnés dont les larmes amères formaient maintenant des ruisseaux, ruisseaux coulant vers l’Hudson et en passe de la faire déborder. Avoir un président au nom de canard s’avérait pratique, si la ville devait être inondée, on pouvait espérer qu’il trouverait les bonnes idées… Une application un peu sévère de la théorie du genre, mais au point où elle en était, elle n’en n’avait pas honte.
Par habitude, elle écrasa une poignée de frites sur l’écran qui présentait la joie obscène des vainqueurs avant de partir gonfler son bateau pneumatique. Flotter devenait un acte de survie.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
J'espère qu'elle a suffisamment de frites en réserve!!!
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Elle a entendu Sarko,..
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
On va faire des réserves de patates!!!!
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Canard laqué/frites au menu pour les années à venir, quelle folie... Finalement, vegan c'est pas mal...
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>> défi spécial résultats élections américaines
4 mots : Mickey, théorie du genre, égalité, enfantillage
La phrase : Elle observait sa coloc Shirley qui fixait les résultats de la 45eme élection présidentielle sur le grand écran les yeux mouillés de larmes et Bichette ne pouvait déterminer si ces larmes coulaient de joie ou de rage.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Tocqueville avait vu juste...et vous aussi Cadaveski.

Une tasse de thé Mickey à la main, elle observait sa coloc Shirley qui fixait les résultats de la 45eme élection présidentielle sur le grand écran les yeux mouillés de larmes et Bichette ne pouvait déterminer si ces larmes coulaient de joie ou de rage. Si, pour elle, l’heure n’était plus aux enfantillages, à quoi ressemblerait demain, le pays de l’égalité qu’elle avait quitté il y a quelques mois pour la démocratie américaine.
Soudain, elle s’aperçut qu’une coccinelle venue de nulle part suivait le rebord chaud de la céramique. Dehors, un vent glacial se levait et elle songea à ce qui était le plus cruel : laisser l’insecte mourir au chaud loin des siens (sans bien s’y connaître en théorie du genre, il ne lui semblait pas qu’elle soit capable de parthénogénèse), ou bien l’envoyer par ce froid à une mort certaine ? L’humanité se résumait-elle à ce dilemme ?
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Bien vu... l'effet coccinelle après l'effet papillon :)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci Vegas ;-)
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>> défi spécial ah ces américains !
4 mots: pancake, Hollywood, rodéo, deuxième amendement
La phrase : satisfaite, Shirley, la coloc, déambulait sur le campus sous Darwin et Newton, mais Bichette fixait le "Pasteur" gravé en Time New Roman avec un V pour le U sur un des bâtiments du famous Massachusetts Institute of Technology.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
...pas d'humeur badine ce soir....

Après avoir plébiscité en son temps un acteur d’Hollywood, c’était un champion de rodéo que l’écrasante majorité américaine avait élu. Ce grand pays démocratique rétablit et renforça immédiatement le deuxième amendement, abrogé deux mois plus tôt par un démocrate visionnaire. Un doigt sur la gachette, Shirley, la coloc, déambulait sur le campus sous Darwin et Newton, mais Bichette fixait le "Pasteur" gravé en Time New Roman avec un V pour le U sur un des bâtiments du famous Massachusetts Institute of Technology. Les cybers étudiants promis aux plus prestigieuses places industrielles déambulaient avec un sourire carnassier, leurs joujoux bien en vue. Vomissant son pancake aux pieds de ces têtes trop bien refaites, elle interpréta cet événement comme un signe lui confirmant que sa vie était ailleurs.
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>> défi spécial élections américaines
4 mots : Ivy league , soccer, sorcières de Salem, dinde de thanksgiving.
La phrase : comprimée dans la foule excitée, Bichette accompagnait sa coloc new-yorkaise au Harry's bar qui, médusée, déchiffrait le bandeau déroulant de la chaine d'info en continu sur le grand écran installé pour l'occasion.
j'aime
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Bonjour et merci pour cette pause bienvenue :-)

Comprimée dans la foule excitée, Bichette accompagnait sa coloc new-yorkaise au Harry's bar qui, médusée, déchiffrait le bandeau déroulant de la chaine d'info en continu sur le grand écran installé pour l'occasion.
Les deux jeunes filles avaient rendez-vous avec deux étudiants d’une université de l’Ivy League dont elles ne parvenaient à se souvenir le nom. Elles avaient sept chances sur huit de paraître idiotes. En même temps, proposer un rendez-vous dans un bar un soir de match, c’est déjà assez stupide, alors autant pousser le concept jusqu’au bout… sans compter qu’elles ne comprenaient rien au soccer, ce sport d’Européens dégénérés.
Les quatre jeunes s’étaient rencontrés lors de la récente soirée d’Halloween pour laquelle les filles s’étaient déguisées en sorcières de Salem, coiffées de hauts chapeaux pointus sur lesquels était peint le nom du village en lettres rouges. Ils avaient prévu de dîner ensemble et devaient, ce soir, décider de la sauce qui accompagnerait leur dinde de Thanksgiving.
Mais la dinde attendrait. Ce qu’elles lisaient, comme tous les clients du bar, leur coupait toute velléité d’occire un innocent animal à plumes : cette année, Thanksgiving se déroulerait le 5e jeudi de Novembre. Or, ce jour n’existait pas.
Le groupe des écolos « Green-Green » venait de gagner son combat pour la libération des animaux de basse-cour. La fin du monde approchait. Bichette prit une poignée de frites et l’écrasa sur l’écran avant de pousser un long cri de guerre. Elle ne se laisserait pas faire. Hors de question qu’elle finisse vegan, vêtue d’une robe de bure, les pieds chaussés de liège et qu'elle se nourrisse de graines…
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Il n'y a pas de 5ème jeudi en novembre? Mais que font les américains ?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Einstein pensait que la fin du monde viendrait avec la dernière abeille, les dindes c'est plus original!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Ce dimanche-ci, les supporters de l’université d’Harvard étaient venus en nombre assister à la retransmission de l’équipe féminine de soccer. Pour chauffer l’ambiance morose de novembre, quelques sorcières de Salem devisaient, attablées devant une bière. Les étudiants, pour la plupart stagiaires de l’Ivy league, s’échangeaient les recettes de dinde de Thanksgiving quand soudain une annonce de la BBC remplaça les images du match et jeta un froid mortel. A l’instant même, comprimée dans la foule excitée, Bichette accompagnait sa coloc new-yorkaise au Harry's bar qui, médusée, déchiffrait le bandeau déroulant de la chaîne d'info en continu sur le grand écran installé pour l'occasion : "Elections présidentielles annulées, l’un des protagonistes obligé de s'expliquer dans le cadre d' "incitation pour faux témoignage". Sa prémonition se révélait exacte, Monica avait encore frappé !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Bien vu! Il faut se méfier des dindes indigestes
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Par contre elle pourrait nous sauver celle-ci!!! Pa si dinde en fait, avoir gardé une robe sale aussi longtemps, c'est presque de l'art brut
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
défi spécial élections américaines

Comprimée dans la foule excitée, Bichette accompagnait sa coloc new-yorkaise au Harry's bar qui, médusée, déchiffrait le bandeau déroulant de la chaine d'info en continu sur le grand écran installé pour l'occasion.
C'est en sirotant un French 75 bien tassé que me sont venus ces quelques alexandrins abandonnés sur une nappe en papier.

L'Ivy league a forgé des têtes bien farcies
de rêve américain, des fondus du soccer
de vrais compétiteurs, d'acharnés facebooker
qui voient dans ce gâchis poindre l'idiocratie

Dindes de thanksgiving, protégez vos croupions
l'impudique Donald a les mains baladeuses
il pourrait bien aussi passer à la tondeuse
sorcières de Salem et Hillary Clinton
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo!!! Fort bien vu et tourné. Mais ce qui nous attend est plus inquiétant.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
J'en suis malheureusement convaincu
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 43
4 mots : course hippique, cellophane, désenchantement, limitrophe.
La phrase : quand il perdait pied devant les hurlements stridents de sa concierge sur ses erreurs de tri de poubelle, il se répétait, en espérant rester stoïque, son Épictète "Ce qui trouble les hommes ce ne sont pas les choses mais les opinions qu'ils en ont".
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
L’œil fixe, un sandwich encore à-demi emballé de cellophane, Gustave effectuait le compte à rebours : 10, 9….3,2,1,Clic ! ClLic !! CLIc !!!CLIC !!!!
- P…de serveur de M… !!!! Le désenchantement se peignait sur son visage.
Depuis son infarctus, Gustave n’avait plus le loisir d’assister à sa course hippique quotidienne et c’est en véritable professionnel qu’il s’était préparé, peaufinant son profil, choisissant l’option waypoints, investissant dans le Full Pack : il l’avait soigné son poulain !!! Et voilà qu’il disparaissait des radars à la seconde même où il devait s’élancer !
Sentant un début de douleur investir son bras gauche, il ouvrit la fenêtre et visa le conteneur bleu, limitrophe du portail. L’effet fut immédiat, une furie venant de nulle part se matérialisa, enclenchant le processus. En effet, quand il perdait pied devant les hurlements stridents de sa concierge sur ses erreurs de tri de poubelle, il se répétait, en espérant rester stoïque, son Épictète "Ce qui trouble les hommes ce ne sont pas les choses mais les opinions qu'ils en ont".
Respiration après respiration, Gustave retrouva son calme et lorsqu'il retourna à son PC, son bateau fictif naviguait fièrement dans le Golfe de Gascogne.
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Prescrire de l'Epictète, du Marc-Aurele et du Sénèque c'est toujours bon pour les cardiaques, merci de le rappeller ici. ;-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
De la bonne utilisation de la culture!!!!! Merci
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>> défi spécial 4eme Edition Matinale en cavale

6 mots : congruence, brimborion, quinconce, oripeaux, cénotaphe, tripes à la mode de Caen.
La phrase : Pour sortir de ces habitudes créatives, bousculer son imagination et partir à la recherche de mots rarement utilisés, Bichette décida de faire tous les défis de TUC-O-FI pour s'entrainer comme un athlète à la compet' du 4 décembre.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Viva Las Vegas

Pour sortir de ses habitudes créatives, bousculer son imagination et partir à la recherche de mots rarement utilisés, Bichette décida de faire tous les défis de TUC-O-FI pour s'entraîner comme un athlète à la compet' du 4 décembre.
Stylo en main elle piocha négligemment dans son assiette de gras-double au mépris du regard des juillettistes attablés ; pour Bichette, il y avait congruence à manger des tripes à la mode de Caen sur la place des Quinconces à Bordeaux.
Le cénotaphe élevé à la gloire des Girondins étirait sur la table de bistro les oripeaux d'une ombre combien légendaire quand le texto de Julien tomba brutalement « On part à Vegas le 3 décembre »
Les défis de TUC-O-FI avaient des airs de brimborions...
j'aime
Chépacéqui
 Chépacéqui · il y a
Vegas, dans la Sarthe ? Le Mans songe ;-)
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Juste un trait d'union entre mes enfants et moi-même...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je comprends mieux le pseudo
j'aime
Chépacéqui
 Chépacéqui · il y a
tu l'a vu l'hôtel Luxor ? hôtel de ouf !
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Je les ai tous vu (j'y vais depuis plus de 15 ans) et mon préféré est le Venetian avec sa place saint-Marc ses canaux et ses gondoles...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo pour ces mots indécelables... Et sacré dilemme!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Entre les deux je choisis vite
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
« Déambulant en quinconce entre les cénotaphes ébréchés, le thuriféraire célébrait les héros, tous ces matelots disparus en mer, dans un panégyrique lugubre. N’avaient reparus sur la grève que quelques oripeaux noircis et parfois un brimborion, infime fragment que deux familles se disputaient à l'envi.
Ah il prenait son pied le gonze, bectant grave un truc dégeu genre tripes à la mode de Caen. »
Elle était fière d’elle. En effet, pour sortir de ses habitudes créatives, bousculer son imagination et partir à la recherche de mots rarement utilisés, Bichette décida de faire tous les défis de TUC-O-FI pour s'entrainer comme un athlète à la compet' du 4 décembre. Seulement, en termes de congruence, il était évident qu’il lui restait un long chemin à parcourir.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Elle peut être fière d'elle !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Elle vous remercie
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 42
4 mots: bicyclette, portrait en pied, brochure, yaourth.
La phrase: les quatre lois qu'il connaissait était la loi de Murphy, celle de Peters, et la loi de Moore, et il pressentait que ce n'était pas celle de Newton sur la gravité qui l'avait fait tomber amoureux.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un an pile. Un an qu’il l’avait rencontrée, un an qu’ils ne s’étaient plus quittés. Gustave, qui en était à sa trente-quatrième rupture n’y comprenait plus rien. : Elle ne s’était pas ouvert les veines comme Valentine, ne passait pas tout son temps à lui confirmer sa nullité comme Olga, ne puisait pas dans son compte de façon exponentielle. Elle ne correspondait en rien aux principes fondamentaux qui régissaient son existence. En effet, les quatre lois qu'il connaissait était la loi de Murphy, celle de Peters, et la loi de Moore, et il pressentait que ce n'était pas celle de Newton sur la gravité qui l'avait fait tomber amoureux. Et pourtant… C’était bien une chute à bicyclette qui était à la base de cette idylle. Un yaourt avait fait dériver sa roue et il s’était retrouvé projeté dans une pile de brochures vantant les mérites d’un nouveau photographe. Et ce fut le coup de foudre ! Il courut à la boutique et négocia longuement le portrait en pied publicitaire de cette charmante sirène qui orne son salon depuis ces 12 derniers mois.
j'aime
Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
L'écran de la salle vidéo est exceptionnellement allumé.
« le Goncourt est attribué à .. » chez Galligrasseuil chacun retient son souffle dans l’attente du résultat final, mais Bichette n’en a cure, elle, elle écrit pour le Bon Court à Short Edition. Sortant de la bibliothèque municipale pour rejoindre Mondial-Paquet où elle est en stage de rédaction commerciale, Bichette, fait une analogie gonflée et se dit que comme les écrivains de talent et renom, les auteurs du Bon Court connaissent la frustration des refus du comité éditorial, des académiciens gardiens de la ligne ShE, et l'excitation jubilatoire des petits numéros qui apparaissent au dessus des icônes "enveloppe" et "cloche".
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>> Défi spécial Goncourt
6 mots : bibliothèque, comité éditorial, talent , jubilatoire, académiciens, frustration.
La phrase : « le Goncourt est attribué à .. » chez Galligrasseuil chacun retient son souffle dans l’attente du résultat final, mais Bichette n’en a cure, elle, elle écrit pour le Bon Court à Short Edition.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Shootée au thé vert et au soleil de novembre, elle compose, prose et juxtapose sur son PC qui rame. Elle dépose une lettre, en efface quarante, recompose, transpose… Elle s’applique, elle travaille. Elle rêve de palmiers et de mer turquoise.

Là-haut, au Nord, dans une attente jubilatoire, un troupeau de journalistes lorgne un escalier célèbre. Chacun vante le talent de son poussin préféré, issu d’une écurie prestigieuse, la Formule Un de la saison…Ça grouille et ça frétille.

Elle caresse sa bibliothèque et le chat en passant. Elle enfile une veste et va marcher un peu, il fait encore très doux.

La capitale ronfle. Les académiciens rajustent leurs vestons. La bataille fut rude, c’est ce qu’ils nous diront. Tout à leur frustration de n’être pas suivis, ils s’emportent un peu, pour la forme, eh oui !!!!

Elle est rentrée déjà, le soleil est si bas. Elle jette un coup d’œil à son dernier écrit, celui qu’elle a bercé et posé sur la toile. Et voilà que le comité éditorial a posté un message : Fébrile, elle va savoir…

Sous la pluie parisienne, chacun est en émoi, la porte s’est ouverte et l’on entend des pas. « Le Goncourt est attribué à .. » chez Galligrasseuil chacun retient son souffle dans l’attente du résultat final, mais Bichette n’en a cure, elle, elle écrit pour le Bon Court à Short, le moyen infaillible d'atteindre La Pléiade...
j'aime
JACB
JACB · il y a
Sa bibliothèque n’expose que des talents sur ses rayons ! Le cru 2016 est attendu avec une grande frustration de ne pas être dans le secret du comité éditorial débattant des choix des académiciens. Mais en même temps ce suspens génère chez elle une frénésie jubilatoire, elle a des fourmis dans les doigts, des grésillements au bout des neurones…
Enfin vient la phrase : « le Goncourt est attribué à.. » chez Galligrasseuil chacun retient son souffle dans l’attente du résultat final, mais Bichette n’en a cure, elle, elle écrit pour le Bon Court à Short Edition.
Aussitôt entre les quatre murs blindés de nominés plus un nouveau, ses mains courent sur son clavier, son esprit vacille sous le souffle pressant des mots, des phrases…un sprint inouï pour échapper aux longueurs littéraires. Et plus on la poursuit plus elle écrit court mais pur jus !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Vive le concentré!!!!
j'aime
Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
>>>>>>>>>> Défi spécial Mondial-Paquet http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-plan-com
4 mots : inversion de la tendance, pertinence, Père Noël, Monopoly.
La phrases : La rumeur du rachat de Mondial-Paquet par le consortium EAT-ME* enflait dans les couloirs de l'entreprise familiale angoumoisine de cartonnage car le succès de l'opération "maquettes en cure-dents" n'y était pas étranger.
*EAT-ME EnergieAlimentationTransport-MediaEntertainent
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Novembre étant par excellence le mois le plus morose de l’année, c’est avec une joie non dissimulée que le PDG annonça une inversion de la tendance. En effet, depuis plusieurs semaines, la rumeur du rachat de Mondial-Paquet par le consortium EAT-ME* enflait dans les couloirs de l'entreprise familiale angoumoisine de cartonnage car le succès de l'opération "maquettes en cure-dents" n'y était pas étranger. Albert, le Dir' com', y était pour beaucoup. Il avait imaginé avec pertinence, proposer un sachet de cure-dents gratuits pour l’achat de toute une gamme de produits et services, du jeu de Monopoly au billet de train. Un pictogramme (Albert détestait lire et écrire) montrait comment assembler chaque pièce pour construire, achat après achat, un magnifique sapin. L’objet monté, le consommateur envoyait une simple photo par mail et recevait gracieusement un père Noël en kit à ajouter en haut de son édifice.
j'aime
JACB
JACB · il y a
paquet cadeau! Le père noël! Pour une fois que c'est lui qu'on offre!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci JACB. L'année dernière, ma petite voisine de 6 ans avait monté un piège pour le kidnapper. Je lui avait proposé de faire une garde alternée si elle y parvenait.
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Très bien vu le pictogramme pour le directeur de la com', ainsi pas de contrariété ... ;-)))
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
y 'a des profils qui inspirent ;-)
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
La phrase sans S !.. Décidément Mondial-Paquet fait un carton !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Moi je m'en fiche, j'aime jouer.
j'aime
Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Défi 40 du capitaine Haddock
Le choix des gros mots est un vrai casse-tête et Madame Leroy avait convaincu Malo, son fils de cinq ans, que le pire des gros mots que d'ailleurs personne n'osait prononcer était "volubilis". Et il venait de le murmurer pour la première fois devant l'enclos de l'ornithorynque en triturant son doudou qui, après cinq ans de vie commune avec le petit garçon, ressemblait plus à une coloquinte qu'à un gentil ourson orange. Madame Leroy lui fit les gros yeux et serrant la main plus fort quitta cette partie du zoo. Visiter un zoo avec un enfant de cinq ans est un numéro d'équilibriste entre les animaux qui font peur, ceux qui sont laids et ceux qu'il trépigne d'aller voir. Les insectes, les insectes ! Madame Leroy dût céder et tous deux se dirigeaient vers l'insectarium. Debout devant la vitrine elle regardait avec dégoût les scarabées et doryphore quant tout à coup elle crut voir dans le reflet de la glace le fantôme de son voisin, Monsieur Legendre, lointain cousin du Capitaine Haddock, mort assassiné sauvagement par son épouse trompée à coups violents de moule à gaufres. La vue de cet ectoplasme finit de la convaincre qu'un zoo était un endroit pour personne, ni les humains, ni les animaux.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Aux gros mots les grands remèdes... le moule à gaufres!
Bravo Claire
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Bravo Claire, je constate que le moule à gaufre a encore frappé!!!!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Avec de tels noms d'oiseaux, on ne pouvait finir qu'au zoo! En tout cas, les textes qu'ils ont suscités forment un charmant florilège. Vive les gros mots!
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 41
4 mots : écrevisse, épicéa, déshabillé, boulevard périphérique
La phrase : Son troublant manager avait argumenté son refus en citant le paradoxe de l'insatisfaction croissante et le comptable ressortait de son entretien annuel sans augmentation et se demandant dans quel service travaillait cet Alexis Tok-Vil.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Axel referma la porte avec contrariété. La colère faisait virer son teint, qu’il avait pâle, au rouge écrevisse. Son troublant manager avait argumenté son refus en citant le paradoxe de l'insatisfaction croissante et le comptable ressortait de son entretien annuel sans augmentation et se demandant dans quel service travaillait cet Alexis Tok-Vil. En se rendant à la machine à café, le huitième de la matinée, il trébucha sur une rallonge qui traversait le couloir depuis des lustres sous le prétexte fallacieux que le manque de trésorerie ne permettait pas de faire passer un électricien. Il en voulait du paradoxe, il allait en avoir !!! Quelques coups de fil plus tard, tout était en place.
En un rien de temps, le courant fut coupé dans toute l’entreprise suite à un court-circuit ; le chauffeur grippé ne put emmener le boss au golf ; ce dernier héla un taxi providentiel( !) (cousin d’Axel) qui le laissa sur une aire du boulevard périphérique, entièrement déshabillé et attaché à un épicéa.
Axel se disait que quelques fourmis pourraient participer activement à la théorie de Tocqueville…
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
C'est bien ça : plus ça va, moins ça va. Bigre le paradoxe se veut vengeur. A méditer avant la prochaine demande de rallonge ;-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Faut pas énerver les gentils!!!
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
ni ceux qui aiment ni lire ni écrire ... ;-)
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un défi spécial s'impose....
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
J'y pense ! Je crois que je vais m'inspirer d'un petit livre "la folie sans peine" de Didier Raymond. Dans le cas qui nous occupe tout est dit, ses écrits crient.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Avec plaisir ;-))))))))))))))))))))))))))))))
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>> Défi spécial ouf
4 mots : gloubiboulga, areuh-areuh, pas glop pas glop, biiiiizzzz.
La phrase: Relisant l'avertissement de Didier Raymond dans son opuscule "la folie sans peine"
- il est vrai que le langage des fous passe généralement pour rebutant, obscur, difficile et désorientant par sa variété-, Bichette admit qu'elle devait enfin s'y mettre pour apprendre à détecter les dingues qui l'entouraient.
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Un peu de patience
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Oups !!! Elle ne l’avait pas vu arriver celui-ci, avec sa question toute bête, elle y avait même cru. Puis il y avait eu cette tournure de phrase, ces mots accrochés à l’envers…- il est vrai que le langage des fous passe généralement pour rebutant, obscur, difficile et désorientant par sa variété-, Bichette admit qu'elle devait enfin s'y mettre pour apprendre à détecter les dingues qui l'entouraient. Elle s’était alors intéressée à une catégorie d’individus assez représentatifs qu’elle surnommait affectueusement « les trous noirs ». Ils n’étaient pas méchants…encore que, elle n’irait pas leur faire areuh-areuh en les chatouillant sous le menton. Elle les repérait à leur verbiage, une sorte de gloubiboulga version adulte qui signifiait « moi veut qu’on s’occupe de moi, moi, moi ». : Leur conversation bouclait serré. Inutile de tenter un chouia de raisonnement, il fallait se laisser glisser biiiizzzz jusqu’au rebord, pour tenter d’en capter quelque chose. Elle découvrit ainsi l’étendue infinie de ce qu’Einstein avait pressenti. Elle avait basculé son soûl dans l'abîme, version Mère Theresa, mais maintenant qu’elle prenait du recul elle savait, le plus souvent, se sauver à temps. Au lieu de crier haut et fort une glossolalie bien sentie, elle se contentait de « pas glop, pas glop » et affichait un beau sourire.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Rouge comme une écrevisse, Raymond suait emballé dans son anorak sur le boulevard périphérique. Tok-Vil, Tok-Vil, Tok-Vil vint se coller à l’air de Rap qui martelait l’habitacle de sa Fiat panda. Pare-choc contre pare-choc les voitures se trainaient et lui ruminait ce qu’on venait de lui infliger à Mondial-Paquet! S’il en était fort marri sa colère grandissait…
La poudre d’épicéa avait eu le vent en poupe dans les jardineries, sa côte avait grimpé à hauteur de leur ramure sur le marché. De ça il était sûr ! Son troublant manager avait argumenté son refus en citant le paradoxe de l'insatisfaction croissante et le comptable ressortait de son entretien annuel sans augmentation en se demandant dans quel service travaillait cet Alexis Tok-Vil. Il était pourtant au fait des plus et des moins et un chiffre d’affaires qui croît ne peut engendrer des chutes d’humeur…
Que son chef clame haut et fort qu’Alexis ce toqué n’y voyait que des moins et Raymond s’était vu déshabillé de toutes ces certitudes ! Ses calculs livrés aux vils arguments d’un manager narquois…qui sortait d’un placard un économiste à la noix pour étayer ses coups bas n’en étaient pas moins justes.
Il décida de garder la tête haute !
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
A. de T démontre que "plus ça va, moins ça va" même à Mondial Paquet...
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Mondial-Paquet est de retour!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Défi 40 spécial insultes du Capitaine Haddock

En se plongeant dans cette collection réservée aux 7 à 77 ans, Malo savait qu'à cinq ans il enfreignait la loi mais il se délectait des gros mots du Capitaine Haddock avec un plaisir malsain d'autant plus qu'il n'en saisissait pas toujours le sens...
Si pour lui un ectoplasme valait cent plasmes et si une coloquinte était une toux contractée au centre aéré, il s'interrogeait sur l'utilité de se lancer des moules à gaufres à la tête!
A la question “M'man, c'est quoi un ornithorynque?”, Madame Leroy répondit qu'un castor équipé canard et qui pond des oeufs n'est pas une bestiole fréquentable.
Elle détourna le sujet en parfaite équilibriste en enchaînant sur le sympathique doryphore que les canadiens ont aimablement baptisé “bibitte à patate”, ce qui fit rire Malo aux éclats.

Le choix des gros mots est un vrai casse-tête et Madame Leroy avait convaincu Malo, son fils de cinq ans, que le pire des gros mots que d'ailleurs personne n'osait prononcer était "volubilis"... un mot qui se termine comme une infection sexuellement transmissible était forcément dégoûtant!
j'aime
JACB
JACB · il y a
Trop drôle...Je crois qu'on devrait se coller à rédiger une anthologie des gros mots pour les 2 à 5 ans...Avant ils ne doivent pas trop en dire, après ils sont déjà dans le moule....à gaufres!!!!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Je constate que pour faire court, nous avons tous parlé du capitaine Haddock...et que les moules à gaufres volent chez vous comme chez JACB!!!!
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Je réponds un peu tard au Défi 39

« Le nouvel emploi métaphorique du mot licorne rappelle que la chose dont on dont parle, un boulot de rêve, un mari idéal, etc, n’est pas seulement rare mais n’existe peut-être pas du tout . .. T'as vu ça, Adam? »
« J'ai vu ça ou ? »
« Ben, dans Genèse Magazine ! Ces humoristes prétendent que la licorne ça existe pas ! »
« J'arrête pas de t'le dire Eve, y z'écrivent que des menteries là d'dans. Tu ferais mieux d'lire MON Chasseur Français»
« Ouais mais dans TON Chasseur Français, y'a pas d'calendrier ni d'horoscope ! »
« J't'ai déjà dit qu'ça sert à rien l'horoscope ! Pas besoin d'être un stratège pour savoir quand une vierge est fécondable ou si saint Guy devrait s'inscrire aux danses de salon ! »
« En tout cas pour le mari idéal y z'ont raison »
« Comment ça y z'ont raison ? »
« Ouais... contrairement à la licorne, ça existe pas »
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Court et très sympa ;-)
j'aime
JACB
JACB · il y a
Succulent.! ...Elle aurait dû y regarder à deux fois avant de croquer la pomme!
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>> Défi 40 spécial insultes du Capitaine Haddock
6 mots : ectoplasme, moule à gaufres, ornithorynque, coloquinte, doryphore, équilibriste
La phrase : le choix les gros mots est un vrai casse-tête et Madame Leroy avait convaincu Malo, son fils de cinq ans, que le pire des gros mots que d'ailleurs personne n'osait prononcer était "volubilis".
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Cadaveski, le temps de la phrase m'a posé de gros problèmes, j'ai fait ce que j'ai pu.

- « Imaginez-vous que cet ectoplasme m’avait écrasé la coloquinte !!!! Et l’autre équilibriste qui riait, qui riait !!!! »
- Mamie, c’est quoi un ectoplasme ?
- C’est pour remplacer un mot grossier mon chéri, tu sais, quand le capitaine Haddock s’exprime, c’est souvent comme ça. Je reprends.
- C’est comme vobilis ?
- Peut-être, je continue : « …et le moule à gaufre qui se bâfrait !!! vous savez ce que je leur ai répondu à ces ornithorynques à moustaches… »
- Il est vraiment en colère le capitaine ! Il dit aussi vobilis ?
- Je ne sais pas Tom.
- Tu le dis, toi, vobilis ? Chut, voilà Maman.
- Bonsoir ma chérie, Tom a été adorable, comme toujours.
- Bonsoir Doryphore !!!
- Tom qu’est-ce que tu racontes ? Maman, tu lui lis encore Tintin ?
- Il y a pire que doryphore tu sais Manon,… au fait qu’est-ce que c’est qu’un volibis ?
- Maman !!!!
Tom qui sent le danger s’éclipse sur le champ. Le choix les gros mots est un vrai casse-tête et Madame Leroy avait convaincu Malo, son fils de cinq ans, que le pire des gros mots que d'ailleurs personne n'osait prononcer était "volubilis »
j'aime
JACB
JACB · il y a
Volubilissons car volubiles nous sommes parfois pour les gros mots qui détonnent! Tintin est éternel! bravo Oriel! c'est drôle la phrase chez moi commence, chez vous elle conclut!
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Merci JACB, en ce qui me concerne, elle était difficile à caser dans le récit en raison du temps.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Le choix les gros mots est un vrai casse-tête et Madame Leroy avait convaincu Malo, son fils de cinq ans, que le pire des gros mots que d'ailleurs personne n'osait prononcer était "volubilis".
Malo n’eut pas de mal à obtempérer, à le mettre au placard des interdits car ce mot sifflait trop pour son zézaiement naturel. Un jour Lilou sa copine le traita d’équilibirste parce qu’il avait tiré sur ses nattes et Madame Leroy avait éclaté de rire lorsqu’il s’en était plaint :
-équilibriste, Malo pas équilibirste !
Et elle sortit de la bibliothèque quatre ou cinq BD où caracolait un petit chien blanc et noir…
Elle raconta le soir ce que les bulles contaient des aventures…Le vocabulaire de Malo prit alors un nouvel essor !
Il écouta et retint vite les bordées imagées d’ Haddock le capitaine pour qui moule à gaufres volait facilement quand ce n’était pas ectoplasme ou coloquinte suivant l’intensité de sa colère ! Malo aimait particulièrement doryphore car les rayures il exécrait comme le pull fait main de son copain Germain qu’il accablait de cent mille doryphores à chaque récréation. Le petit garçon trouvait tous ces mots rigolos, en usait, en abusait dès qu’il était contrarié jusqu’au jour où Germain le doryphore lui balança :
-Espèce d’ornithorynque !
Il ne put le répéter, ne sut jamais ce que c’était, le rangea vexé dans le placard des interdits : c’était sûrement un très gros mot !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
ça marche à tous les coups avec les petits.
j'aime
Vegas sur sarthe
Vegas sur sarthe · il y a
Un castor avec un bec de canard, c'est forcément un machin dégueulasse :)
Ben joué, Jacb
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>>> Défi 39
4 mots: calendrier, humoriste, danse de salon, stratège.
La phrase : le nouvel emploi métaphorique du mot licorne rappelle que la chose dont on dont parle, un boulot de rêve, un mari idéal, etc., n’est pas seulement rare mais n’existe peut-être pas du tout.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Dans le brouhaha de l’amphi Tintin sortit de sa torpeur. La danse de salon de la veille dans les bras de la Castafiore l’avait lessivé…il allait mettre une croix sur son calendrier car non seulement jamais il ne dansait mais il était plutôt fin stratège pour éviter d’y être invité !
Hier-soir il s’était fait piégé par le Capitaine Hadock. Humoriste à ses heures il avait dit préférer la valse de ses mille sabords à celle des mille sabots…Le visage congestionné de la diva l’avait alors convaincu qu’il valait mieux prendre l’air avec Strauss sur la piste et il s’était dévoué Milou sur ses basques !
Les mots du professeur Tournesol debout derrière la chaire peinaient à venir jusqu’au pupitre où il somnolait. Tintin se redressa, tendit l’oreille.
-le nouvel emploi métaphorique du mot licorne rappelle que la chose dont on parle, un boulot de rêve, un mari idéal, etc., n’est pas seulement rare mais n’existe peut-être pas du tout.
-Eh ben, Hergé f’rait bien de ne pas lui coller un secret parce que c’est plutôt l’Arlésienne!
Il se leva et se traîna vers la sortie :
- Allez, Milou, on déménage !
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Merci pour cette évocation de Tintin et du Capitaine Haddock. Et pourquoi pas un défi avec les gros mots du Capitaine ?
j'aime
JACB
JACB · il y a
chiche!
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Dėfi n°40 !
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
En excellent stratège, elle s’était dit qu’un bon valseur devait être l’amant parfait. Elle s’inscrivit au cours de danse de salon et nota les prétendants rencontrés sur un calendrier. Elle avait fui l’humoriste et sa danse des canards et posa son dévolu sur un viennois pur souche. Mal lui en prit, deux mois plus tard , couverte de bleus, elle portait plainte à la gendarmerie: le nouvel emploi métaphorique du mot licorne rappelle que la chose dont on dont parle, un boulot de rêve, un mari idéal, etc., n’est pas seulement rare mais n’existe peut-être pas du tout.
j'aime
JACB
JACB · il y a
Bravo pour la concision de cette histoire: peu de lignes pour naturellement tout y mettre..Un autre défi cependant pour l'excellence, Oriel: Aucune faute!!! On parie?
j'aime
Oriel
Oriel · il y a
Non, il était 4H et j'avais mal au dos. En plus je voulais écrire fuir au passé simple mais on ne comprenait plus rien, j'ai dû le mettre au plus-que parfait...sans le corriger. Heureusement que vous veillez au grain. Merci
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
Bien vu. Les mots imposés sont quasiment indétectables et la brièveté du texte ne nuit pas à son sens final : le prince charmant n'est pas de ce monde. Bravo !
j'aime
Cadaveski
Cadaveski · il y a
>>>>>>>>>> Défi 38
4 mots : toiture, kouign amann, évidence , match de handball
La phrase : à l'affût de la bonne affaire, il savourait d'écumer ce déstockage intime de la