Forum | La Fabrique

Short Paysages : Côte Atlantique vs Côte Méditerranéenne

Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
A la manière du Short Paysages organisé l'an passé sur le thème de l'Isère, je vous propose un Short Paysages hebdomadaire au cours duquel nous pourrons confronter/conforter nos différents points de vue autour d'un paysage en échangeant nos textes et BD (ou ceux que nous avons apprécié chez d'autres auteurs).
Attention tout de même, pour le Short Paysage, il est important de localiser son récit : soit dans le texte lui-même ou à-minima en précisant quel lieu vous a inspiré. On doit savoir où ça se trouve !


Cette semaine, je vous propose de mettre en parallèle les paysages de la côte Atlantique (de Brest à Hendaye ) avec ceux de la côte Méditerranéenne (de Menton à Cadaqués).
Et comme les littoraux ont toujours été des espaces ouverts sur le Monde, on acceptera aussi tous les textes évoquant les liens avec des contrées lointaines (par exemple Belle Île en Mer avec Marie Galante pour citer un certain Laurent, ou bien l'Odyssée d'Homer (D'ho!) pourvu qu'il s'arrête prendre un pot à Massilia...).

La semaine prochaine, on sort les pieds de l'eau, promis ! En attendant, nous allons voir si les vagues sur les brisants océaniques trouvent des échos aussi poétiques sous la lumière vive qui sent bon le romarin et la lavande...

C'est à vous !

Pour poster des commentaires,
Volsi
Volsi · il y a
Au sud de l’île, avant que le granit ne cède la place au calcaire bonifacien, le lion de Roccapina garde une plage superbe, caressée par une eau turquoise indécemment transparente. Le sable fin y prend une teinte argentée. Le sol s’enfonce très doucement sous l’eau, prenant soin des enfants qui s’y aventureraient alors qu’ailleurs, bien souvent, il se fait traître et se dérobe au bout de trois pas.
C’est là, maintenant, qu’il faut s’y rendre et s’y baigner pour bénéficier de quiétude. Les parfums qui embaument le maquis commencent à prendre de l’ampleur, à se faire enjôleurs. Les fleurs aux tons éclatants réveillent les regards : on se croirait dans les alpages au début de l’été tant la variété des couleurs et la liberté des formes sont étonnantes.
Mais, attention, si vous vous aventurez dans l’eau vous serez peut-être surpris. Pas par sa température, qui est déjà idéale quand la chaleur vous assaille et que la mer vous nargue, mais parce qu’une étrange créature gris foncé vous suit lorsque vous nagez. Oppressante, elle est toujours là, juste en dessous de vous, d’une taille inquiétante… mais n’ayez pas peur, le soleil est moqueur ici en Corse et transperce l’eau sans vergogne pour projeter longtemps, à bien des profondeurs, votre ombre sur le sable.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
La fin est géniale :-D
Volsi
Volsi · il y a
et tellement vrai ;-)
JACB
JACB · il y a
Saint Michel veille la baie
De grise mine vase ridée,
Le Mont joyau tout ensablé
Enkyste sel dans les prés
Moutonne laines oubliées.
Divin guetteur Michel le Saint
A la marée cambre les reins
Défie ressac et ses embruns
A l’égaré offre une main.
Yasmina
Yasmina · il y a
Côte atlantique : je vous propose cet haïsha
http://short-edition.com/oeuvre/strips/ma-lande-bretonne
Mamounette
Mamounette · il y a
Madère île femme
Et ses langueurs océanes
Sous les alizés

Douceur d'un soir à Funchal
Sous les bleus jacarandas

Madère île mère
Berce mon coeur voyageur
Jardins parfumés
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
St Gilles X de Vie

Petit port de pêche où la Vie circule entre deux clochers qui se font front.
Il y a l'écume mais pas Vénus et un bruit d'enfer quand tu lézardes au sommeil.
Le ressac emporte avec lui ton dépit mais te confronte à de nouvelles tempêtes submersives.
Les pas dans le sable, les branches d'un arbre, un marin cradingue, un artiste, des peintres ;
Venez donc goûter au sel de la vie sur un air de Jazz quand le soleil descend,
On est jamais aussi libre dans ce Monde que lorsqu'on est insignifiant.
JACB
JACB · il y a
Une dernière phrase à méditer!
Virgo34
Virgo34 · il y a
Zut ! Pas trop le temps... je pars mardi en pleine Méditerranée, sur mon île adorée... et ce pour un mois et demi. La mer, les îles, sont mes meilleures inspiratrices. Dommage !!!
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Dommage en effet mais quel beau voyage ! De quoi faire le plein d'inspiration
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
COTE.ATLANTIQUE.VS.COTE.MEDITERRANEENNE/COTE.ATLANTIQUE.VS.COTE.MEDITERRANEENNE
TRANSITION
FLEUVES.RIVIERES.RUISSEAUX/FLEUVES.RIVIERES.RUISSEAUX/FLEUVES.RIVIERES.RUISSEAUX/
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Le débrief' de la semaine :
Pour cette première semaine, on peut dire qu'on a pas mal voyager : nous avons d'abord nonchalamment descendu le fleuve LOIRE qui nous a mené non loin de là sur le dos du BLAVET où s'inclinent d'intemporelles épaves comme faisant écho au souvenir meurtri d'un amour à Kéroman. Nous avons ensuite embarqué avec un pêcheur sur la MEUSE quelque peu espiègle à cette occasion tandis qu'un jeune garçon laissait s'envoler son chagrin au bord de la SEVRE. Pendant ce temps là, la Corse nous révélait ses secrets sans tout nous en dévoiler (cachottière !). Puis nous avons mis les pieds dans le contraste du Larzac entre la VIS souterraine et la Vis à l'air libre, et c'est légèrement triste que nous nous sommes laissés fondre dans les eaux vives du TARN. Ah oui, j'oubliais... il y a eu un léger débordement en com', ça rappelle celui de l'OUVEZE... Enfin, pour terminer la visite de ce premier Short Paysage « Made in Fabrique » nous avons rejoint le petit ru de GALLY fort utile au grand Versailles et à ses jardins. Gling Gling, tout le monde descend ! Prochain départ : 2 com' plus haut ;-)
Volsi
Volsi · il y a
Merci pour ce petit accéléré :-)
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
C'est avec plaisir !
JACB
JACB · il y a
Très sympa ce débrief Deddy, merci.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Le ru de Gally

Depuis la ferme qui l'a quasiment vu naître, il parcourt son domaine avec l'humilité de ceux qui sillonnent la terre. Loin des courtisans, des voleurs et des hypocrites, de par sa nature même, il lève le roi et l'emmène jusqu'au coucher du soleil. Un jardinier l'a compris. Un exemple à suivre. Le nôtre.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Sur le Tarn (poème de Décar)

J'ai glissé sur le Tarn
Et mon âme était lourde
Et mon âme était pleine
J'ai glissé en silence
Au milieu des rochers
Mon corps était de sueur
Et de muscles tendus
Et je sentais vibrer
Tout le règne animal
Aux clapotis de l'eau
Aux sifflets des feuillages
Comme oraison vitale
JACB
JACB · il y a
revigorant !
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Poème sur le Tarn à lire à gorge déployée !
Shinji11
Shinji11 · il y a
obligatoirement avec de l'eau alors ?
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/soleil-14
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
De l'eau qui court, oui... jusqu'à vendredi soir prochain !
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
De Vissec à la Vis

La gorge sèche, je m'entorse la cheville dans une vrille et m'écorche les genoux sur ces cailloux. Je manque d'eau comme je manque d'air, et j'espère.
Dans un bruit assourdissant venant des profondeurs, un trop plein trop longtemps retenu jaillit comme un fou ! Une explosion fait voler en éclats les contraintes passées. Enfin, je la vis. Elle remplit mes yeux de turquoise et d'émeraudes. Sa blanche fraîcheur scintille à mon oreille. Ses clapotis festifs achèvent le récit d'une haletante péripétie. Dans un incommensurable soulagement, je souris.

(NB : Vissec est un petit village dans le Larzac et la Vis est la rivière qui passe par le Cirque de Navacelle).
Mamounette
Mamounette · il y a
Superbe !
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
On entend la chanson de l'eau !
Virgo34
Virgo34 · il y a
Belles gorges, la Vis, Que j'ai parcourues en rando.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Sacrées randos, pas vrai...
Virgo34
Virgo34 · il y a
oui, super !
JACB
JACB · il y a
Regards sur rives de MEUSE

Infiniment, les regards se prélassent,
S’oublient dans les trous noirs, pervers,
Prismes, rosaces, ruban où la rivière s’épanche,
Lèvres pulpeuses, toisons, mousses de vert,
Menthes sauvages, mailles de roseaux et becs d’oiseaux.

Musardent, s’immiscent dans la feuillée des branches,
Caressent la vulve de la rive, hument l’air,
Dénichent la fugueuse, la pourchassent,
Araignée frêle sur nénuphar au fil de l’eau.
Effleurent les fanges douces pelisses
De pierres muettes sous le ventre vorace
Du brochet en maraude, gueule féroce,
Dentée face au ballet des verrons en milice
Et discrets menuets d’écrevisses.

Soudain s’agacent du relent d’arnica tenace
Des peupliers qui tremblotent et jacassent,
Nid en pagaille de la pie noire et blanche
Pelote en édifice, percée jour à travers.
S’émoustillent sur les vagues de rides, véloces
Sous le nez de la lourde péniche qui glisse
Ventre gonflé, entre berges et négoces,
Rythmes d’écluses, aigles pêcheurs et serpents d’eau.

Se méfient des chutes aventureuses, se froissent
Des courants pernicieux, à l’endroit à l’envers.
Aux pieds du saule en sentinelle, s’ébahissent
D’une loutre en malice, d’un castor qui amasse.
S’émeuvent d’une libellule au bleu fugace
Posée scintillante au soleil sur la hanche
D’une feuille d’iris mauve, poils en brosse,
Reflets frisés sous cornes d’escargots et lentilles d’eau.

Se voilent au flou des reines des prés qui délacent
Sous le souffle du vent, le duvet blanc de leurs corsets,
Face au héron placide, cendré de plumes lisses.
Se noient dans l’intime, fantasment, trament, ourdissent
Tous les crimes en ouïes et en écailles au fond de l’eau.
Sagement se posent sur le bouchon, à la surface,
Guettent la gigue qui tournicote, la plongée brusque et ferrent
D’un coup sec, la carpe grasse qui se débat ventre à l’air,
Etourdie et transie sous les hoquets du moulinet.
Alain Chenoz
Alain Chenoz · il y a
Un lit bien accueillant.;-)
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Un poème fleuve !
Volsi
Volsi · il y a
Eh bien Eh bien, il s'en passe dans la Meuse...
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Un poème où on prend le temps... et ça fait du bien !
Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Kéroman

Je marche seul sur les pontons
Les mains au chaud dans mon blouson
Y’a un vent froid qui brûle les yeux
Ou c’est le passé qu’est contagieux
La vie est un drôle de roman
Le long des quais de Kéroman

Contre ces murs rongés de sel
Le soleil crache ses étincelles
Et seuls quelques fantômes veillent
Sur la rade qui s’ensommeille
Qui se souvient du temps d’avant
Sur la vasière de Kéroman

C’était le temps de la frayeur
En Europe hurlait un führer
Partout des murs, des miradors
Des bruits de bottes quand on s’endort
La haine au bout de la raison
Dans les vents fous de Kéroman

C’était le temps, le temps des loups
De tous ces gamins aux yeux fous
Qui s’en allaient semer la peur
Du silence venait la terreur
L’amour est mort dans le béton
Pris dans les blocs de Kéroman

C’était le temps de la tanière
Bien trop de bombes qui giflaient l’air
Que reste-t-il dans les décombres
Parmi les ruines n’errent que des ombres
Comme il est lourd le prix du sang
Dans la mémoire de Kéroman

On a beau dire, on a beau faire
Essayer d’oublier la guerre
Elle s’accroche toujours à nos pas
Et moi je m’en fous, je pense à toi
Parce que c’est la vie qui nous ment
Qui broie l’avenir à Kéroman

Car je ne suis pas fait de béton
Juste d’un peu de chair et de sang
J’ai pas les veines remplies d’acier
Il fallait pas m’abandonner
Qui se souvient de nous amants
Dans le crachin de Kéroman
Mamounette
Mamounette · il y a
On pourrait chanter ce poème...Êtes vous aussi musicien ?
Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Non et je le regrette.
Par contre ce texte avait été écrit pour des amis musiciens qui devaient le mettre en musique. J'attends toujours ... ah ces musicos !!!!
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Formidable poème sur les cormorans.
Si le cœur vous en dit ? venez soutenir ma petite chrysalide.
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/petite-chenille
Mamounette
Mamounette · il y a
????????????????
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Euh..........
Puisque c'est ainsi, je déverse sur vous l'inondation ! :-)

Inondation

C'est un torrent grondant qui dévale sa pente et déjà il emporte avec lui les souvenirs et les débris.
Imprudent, gare si tu te retournes ! Tu le regardes et te voilà statue de sel !
Ce serpent se moque des conséquences. Il saigne de la boue et rugit son désamour.
Ciel terrible d'où ne pénètre aucune lueur. Un seul cri tente de s'élever : Pitié !
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Très beau.
Vous me faites penser que j'évoquais un terrible fait divers aquatique dans un petit TTC bucolique.
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/cimetiere-oublie
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Extrait de "Cimetière oublié" :
"Ce jour-là, tous les fantômes des antiques villages ont dû surgir de leurs vieilles pierres pour venir regarder l'Ouvèze emporter leurs descendants et quelques touristes vers le vieux pont de Vaison-La-Romaine où la placide rivière allait semer la mort et punir les bravaches qui avaient construit leurs nids dans son lit."
Virgo34
Virgo34 · il y a
Elle a été kidnappée ?
Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Je viens de voter pour ce superbe texte !
Oh pauvre K., pourquoi tant d'acharnement James ;-)
Virgo34
Virgo34 · il y a
Depuis le temps que cela dure... Ça commence à lasser... Heureusement que le ridicule ne tue pas... Quoique...
JACB
JACB · il y a
C'est un poisson d' Avril ? Bien dans le thème, James...
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Je n'ai rien trouvé d'assez beau à dire sur ce superbe poème, alors je me suis réfugié dans une galéjade.
Virgo34
Virgo34 · il y a
L'horreur (encore) gravée dans le calme du présent. Plus jamais ça !
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Magnifique poème aux senteurs iodées, évoquant une marine où figurerait un bunker abandonné de l'époque du mur de l'Atlantique. Merci Michel pour ces strophes faites de chair et de sang, de fer et de béton.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
C'est un très beau poème oui, je suis bien d'accord avec Scribouille. C'est marrant comme la seconde guerre mondiale est souvent évoquée pour parler de certaines villes dans la moitié Nord, dans le Sud il n'y a pas eu les bombardements que vous avez connu (à part Marseille). Une Histoire qui se grave dans nos paysages pour qu'on n'en perde pas la mémoire...
Scribouille
Scribouille · il y a
Très beau poème. Tous les marins, les navigateurs , les promeneurs de Keroman seront heureux et fiers de savoir ce que vous écrivez sur ce lieu chargé de mémoire et porteur d'avenir.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
L'émoi d'un jeune enfant près de la Sèvre Niortaise (sonnet de Bernard Boutin) :
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-papillon-17
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Merci Deddy Khan pour ce partage de mon poème, hasard ou coïncidence, ayant pris connaissance tardivement d'un concours de poésie organisé par la RATP, j'ai proposé "Le papillon" le même jour que celui que vous avez choisi pour le mettre sur votre page forum.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
j'essaie de lire tous les poèmes en compèt' pour la saison, et quand je tombe sur un poème qui me plaît particulièrement je vais voir la page de l'auteur et je lis les autres (je me suis inscrite sur ShE il y a peu de temps). Le post sur ce forum venait tout juste d'être créé et je suis tombé sur "Le papillon"... Je ne sais pas s'il y a un hasard ou une coïncidence entre la RATP et le partage de votre poème, mais en tout cas il y a un joli hasard qui coïncide entre ma lecture de votre poème et l'ouverture de ce post :-)
Scribouille
Scribouille · il y a
Ils gisent dans un creux du Blavet. Leur capitaine, le ventre noué, a remonté une dernière fois la rade de Lorient et les a échoués là, entre terre et mer, à l’abri des tempêtes. Souvent, on les photographie en rêvant des routes qu’ils ont suivies. Ils s’envasent lentement, ils sont au cimetière, c’est vrai mais l’endroit est plaisant. Fini de naviguer, ils vont stagner ici à Kerhervy.
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
La rade de Lorient, sur laquelle j'ai navigué à bord de l'EDIC 9070, l'arsenal où j'étais basé en tant que matelot puis quartier-maître quand j'ai été appelé à faire mon service national. Nostalgie !
Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Très bel endroit en effet. et pour les amateurs, un festival de théâtre en plein air l'été avec ce décor fabuleux en arrière plan.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
je ne connais pas cet endroit mais ça donne envie... je pense même que si un jour je vais dans ce coin, j'y passerai
Volsi
Volsi · il y a
Corse

Au creux de mes montagnes, je garde jalousement l'accès à ce torrent. Aucun touriste ne vient ici souiller les vasques de granit emplies d'une onde au vert d'eau fascinant. La Restonica déjà subit bien trop d'assauts. Ici nul ne viendra troubler le calme d'une nature, encore vierge de toute exploitation, qui s'offre, fraîche et farouche, dans un rire de rocaille au regard bienveillant et chaste de celui qui la contemple comme une sœur qu'il tient à protéger.
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Votre texte en prose pour décrire ce torrent est empreint de poésie. On ressent à sa lecture votre attachement pour cet endroit, au point que vous nous y transporter. Merci Volsi pour ce voyage immobile.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
très joliment dit je trouve. Dans cette prose transparaît bien l'amour que portent les Corses à leur île de beauté. Et si un jour j'ai la chance de visiter cette contrée, j’essaierai de ne rien souiller autour de moi ;-)
JACB
JACB · il y a
C'est une très bonne idée que cette géographie littéraire...

Ma Loire de Touraine.

Ce matin, coiffée bas d’un long ruban
De brume effilochée, ma Loire
Tu frissonnes tel un triste chaland
Échoué au front d’une grève noire.
Toujours tachetée du blond des bancs
De sable, langoureuse ma Loire
Tu séduis à plaisir tous les amants
De ton si long cours à grimoires.
Car tu écris, tu crayonnes, tu peins tant
D’émotions naufragées ma Loire
Illuminant du tuffeau tous les blancs
Laiteux, ombrés quand vient le soir.
Rutilante sous le soleil couchant
De lumières moirées, ma Loire,
Tu te tapis tel un noir cormoran
Sur tes rives aux châteaux pleins d’Histoire.
Virgo34
Virgo34 · il y a
Un long fleuve tranquille dont la sérénité a été le cadre de châteaux à la Renaissance, construits pour déjà fuir "les embarras de Paris".
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Une promenade indolente au fil de la Loire, des dunes de sable aux carrières de tuffeau, en passant par les châteaux renaissance, tout y est. Il ne manque qu'un litre ou deux de vin du Val de Loire dans la besace pour ne pas finir ce long périple sur l'eau la gorge sèche.
JACB
JACB · il y a
Chin! Chin! Bernard...
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce poème. La Loire est mon fleuve préféré...surtout dans cette région autour de la Touraine. C'est l'Anjou blanc c'est ça ? J'aime aussi l'Anjou noir. L'estuaire aussi vaut le détour avec ses œuvres d'art qui s'égrainent (je ne les ai pas toutes vues mais je dois dire que la maison noyée m'a beaucoup amusée :-D )
JACB
JACB · il y a
http://short-edition.com/oeuvre/strips/loire-2#
Juste au pied du coteau de ROCHECORBON non loin de VOUVRAY (y'a du bon pétillant...)
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
celui-ci aussi je le trouve pas mal au sujet de la Loire (poème de Nastacha7) :
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/loire-1
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Et c'est ainsi qu'après avoir découvert la plume de JACB, j'ai aussi découvert qu'il avait un sacré coup de pinceau... (ou bien est-ce une peinture au couteau ? je ne m'y connais pas très bien quant aux différentes techniques)
JACB
JACB · il y a
couteau et je suis "ELLE".
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
oups ! O:-)
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Extrait d'une nouvelle qui est bien trop longue pour jamais paraître ici.

Il faisait carrément froid maintenant et la pleine lune renforçait cette sensation. J’ai fait cent mètres sur la route puis j’ai pris un petit chemin qui grimpait vers le sommet d’une colline et vers mon enfance. Je montais souvent là, petit, pour voir cette majestueuse Auvergne, ses très vieilles montagnes arrondies et polies par tant de siècles. Dans la nuit, sous sa blanche veilleuse, elle resplendissait l’Auvergne. Ma petite colline était plantée là, au beau milieu, comme un bourgeon de féminité, timidement dressé au creux d'une vallée gigantesque. Elle était surmontée d’une grande croix en bois cette éminence, en hommage au petit Jésus. Au loin, tout au bout de cette vallée, vers les puys, les sommets des montagnes enneigées semblaient des nuages descendus boire l'eau d'un torrent.
Virgo34
Virgo34 · il y a
Un "petit poème en prose", cet extrait. Le chemin mène aux souvenirs d'enfance et on a envie de le parcourir aussi...
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Cela donne envie de lire la suite !
James Wouaal
James Wouaal · il y a
C'est une histoire bien tragique.
JACB
JACB · il y a
J'adore la dernière image.
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
pareil
Deddy Khan
Deddy Khan · il y a
Je commence avec une petite prose :

"Ligérienne

Ainsi va la vie. Commode et paresseuse.
La Loire traverse son val et confirme ses pays d'une main lascive et caressante.
L'eau salée remonte jusqu'au bord de sa bouche mais ne cause ni tracas, ni tourments.
Ainsi va la vie, la lumière la rejoint. Quand l'harmonie se mêle à l'ennui, le rêve n'est pas loin."
.
Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est fou comme la Loire est souvent le cadre tranquille d'histoires imaginées ou vraies. C'est certainement que son cours paisible a inspiré des écrits et des vies.
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Un texte tout en méandres !

La charte du forum

La littérature (courte) est avant tout une passion, et un loisir qui s’adresse à tous. La diversité et l’éclectisme de la communauté Short Edition font donc toute sa richesse,...

Lire la charte