Pontus de Tyard
1521 - 1605

Pontus de Tyard publie à Lyon, chez Jean de Tournes, ses Erreurs amoureuses. C'est un recueil de sonnets adressé à une dame nommée Pasithée – « la toute divine ». Femme réelle ou fictive, on ne le sait. Si Maurice Scève – intime du poète – s’était épris de Pernette du Guillet, il semblerait que Pontus de Tyard se soit amouraché de Louise Labé en qui il voit la femme parfaite.
Il est en outre impliqué dans le mouvement de la Pléiade auquel il apporte quelques nouveautés.

Œuvresles plus lues

265

lectures

POÉSIE
1 min

Narcisse aime sa soeur, sa chère soeur jumelle,
Sa soeur aussi pour lui brûle d'ardeur extrême ;
L'un en l'autre se sent être un second soi-même :
Ce qu'elle veut pour ... [+]

159

lectures

POÉSIE
1 min

Quand le désir de ma haute pensée,
Me fait voguer en mer de ta beauté,
Espoir du fruit de ma grand' loyauté,
Tient voile large à mon désir haussée.

Mais cette voile ainsi... [+]

121

lectures

POÉSIE
1 min

Ô calme nuit, qui doucement compose
En ma faveur l'ombre mieux animee
Qu'onque Morphee en sa sale enfumee
Peingnit du rien de ses Metamorphoses !

Combien heureus ... [+]

à(re)découvrir

Son courant
La Pléiade

Ayant pour but de redorer le blason du français. Où l'on apprend qu'imiter n'est pas copier.

EN SAVOIR +

Son époque
16ème siècle

Alors que la France se scinde lors des guerres de religion. Où l'on apprend que l'Italie est un beau pays.

EN SAVOIR +

Sa culture
Littérature Française

Où l’on apprend que Louis XVI écrit dans son journal intime « rien » le 14 Juillet 1789.

EN SAVOIR +