Le baroque

Lire du baroque, c'est un peu comme s'engager dans un train fantôme d'un parc d'attraction : toujours en mouvement, on voit défiler des surcharges de style ponctuées de la figure de la mort, omniprésente et parfois imperceptible. Le but : émerveiller par l'illusion. Les changements de trajectoire se multiplient, imprévisibles. Oserez-vous vous embarquer ?

Apéritif

« Va, je ne te hais point.»

Le Cid, Chimène

Pierre Corneille

La genèse

En face du grand mouvement du classicisme, et comme en contrepoint, on voit se développer au XVIIème siècle, une toute autre tendance, manifestant à la fois la résistance au classique et la richesse du génie littéraire français.

Le baroque emprunte son nom au portugais « barroco », qui désigne une perle de forme irrégulière. Le baroque est bien cela : un trésor littéraire en inadéquation avec l’air du temps. Ceux qui ne prennent pas part à l’élaboration de l’idéal classique dans la première moitié du XVIIème siècle étaient qualifiés d’ « attardés », aussi le baroque se définit-il d’abord en opposition au goût classique.

Les caractéristiques

Le baroque est marqué par une certaine ostentation d’imagination et de style qui contraste avec la raison et le naturel classique. Ainsi les intrigues sont complexes et multiples et l’auteur cherche à attirer le « maraviglia » hérité des italiens, c’est-à-dire le merveilleux dans son sens latin : « mirabilia, » choses étonnantes. Des images déroutantes s’enchaînent sans se référer à la logique.

Il est intéressant de comparer le sens du détail violemment cru et la pensée subtile dont le baroque fait preuve. En effet les thèmes abordés sont des sujets métaphysiques : la mort, la religion, l’illusion.

Les thèmes prédominants

Le théâtre permet de traiter du thème de l’illusion, et à travers ce voile, l’auteur peut exprimer ce qui serait jugé choquant voire révoltant sans cette protection. Ainsi jeux de miroirs, trompe-l’œil, métamorphoses, déguisements et mises en abyme sont souvent partie prenante du baroque ; le meilleur exemple en est l'Illusion comique de Corneille.


La représentation de la mort dans le baroque se retrouve aussi dans les peintures : les vanités sont des toiles sur lesquelles on retrouve des crânes plus ou moins dissimulés.

Le message est fort : la mort irrémédiable attend l’homme telle une faucheuse sans pitié des espoirs et ambitions humains.

Ainsi la vie des hommes est vaine, leurs actions inutiles. Cela se réfère bien sûr à la Bible, qui affirme : « Vanité des vanités, tout est vanité » (Ecclésiaste).

La forte présence de la religion s’explique par les blessures que gardent la France et les auteurs français des guerres de religion, d’autant plus que les troubles ne sont pas réglés en 1598 à la promulgation de l’édit de Nantes, qui accorde la liberté de culte aux protestants : sa révocation en 1685 remet la question du protestantisme à l’ordre du jour.

Ainsi, les écrivains protestants comme d’Aubigné, les catholiques, tels qu’Urfé ou Corneille et ceux qui se reconvertissent, ainsi que Viau, brossent le tableau d’un catholicisme en pleine crise et désunifié.

Trompe l'oeil, Escapando de la crítica de Pere Borrell del Caso

Une littérature du mouvement

Le contexte de guerre civile a aussi apporté le doute et l’inquiétude. Ces sentiments agités procurent un goût pour le mouvement, aussi romans épiques et héroïques comme tragi-comédies aux rebondissements récurrents sont mis à l’avant de la scène.

On retrouve cette tendance dans le style, qui arbore les périphrases sans mesure, et dans les thèmes : l’élément le plus mouvant, l’eau tient une place privilégiée dans le baroque, et en particulier dans la poésie. Les pièces les plus « classiques » de Corneille restent marquées par ce style baroque.

Les auteurs

Christofle de Beaujeu
1550 - ?

poésie  

Guerrier mais surtout poète, Christofle de Beaujeu, baron dudit Beau-jeu, est un poète français baroque, né en 1550.
Il compose les Amours, recueil de soixante-dix poèmes. Christofle de Beaujeu est un auteur qui possède une grande part d'hermétisme et de mystère, on raconte qu'il utilisait des noms propres pour le moins obscurs dans le but d'utiliser un langage crypté reposant sur...

Charles-Timoléon de Beauxoncles
1560 - 1611

poésie  

Charles-Timoléon de Beauxoncles est un poète français baroque. Ami d'Henri IV, on raconte qu’il n’y est pas pour rien dans sa romance avec la marquise de Verneuil. Il publie à partir des poèmes dans des recueils collectifs, publication alors hautement à la mode. Son langage est féroce et tranchant, pensons à Satire contre une dame – à côté, la Charogne de Baudelaire est une ...

Joachim Bernier de La Brousse
1580 - 1623

poésie  

La poésie c’est de famille chez les La Brousse. L’oncle Deplanches éduqua Joachim et lui transmit la passion des mots. Proche de Jean Prévost, adorateur de Ronsard, ses poèmes sont puissants et subtils. Dans ses Œuvres poétiques, beaucoup d’amour et de tragédie mais dans Les Délices satyriques, recueil érotique, il en va tout autrement !

Jean-Baptiste Chassignet
1571 - 1635

poésie  

Fils de médecin, il reçoit une éducation humaniste et étudie le droit. À 23 ans à peine, il achève la rédaction du recueil Le Mespris de la vie et consolation contre la mort. Ce sont des sonnets macabres, à la langue violente très caractéristique de l'esthétique baroque. Son œuvre, longtemps ignorée, n'a été redécouverte qu'au cours du XXe siècle.

Pierre Corneille
1606 - 1684

poésie  

Le Grand Corneille est l'homme au centre de la querelle du Cid. La pièce, qui remporta un vif succès, fut attaquée. On reproche au dramaturge de ne pas avoir respecté les règles du théâtre classique et d'avoir traité un sujet espagnol alors que la France est en guerre contre l'Espagne. Mais Richelieu intervint. C'est aussi le Cardinal qui lui présente une jeune aristocrate, Marie de ...

Théodore Agrippa d'Aubigné
1552 - 1630

poésie  

Marqué par les guerres de religion, Agrippa d'Aubigné dénonce la persécution violente des protestants par une langue toute aussi violente. Sa poésie baroque se déploie dans un long poème héroïque Les Tragiques, divisé en plusieurs sections. À la fois ennemi de l'Église romaine et ennemi de la cour de France, la plupart de ses textes ont une visée polémique. Au-delà des ...

Jacques Davy du Perron
1556 - 1618

poésie  

Cardinal et écrivain français baroque, Jacques Davy du Perron grandit dans une éducation humaniste poussée où il apprend le grec, le latin et l’hébreu. Il a le privilège d’être le lecteur d'Henri III. Sa carrière littéraire s’ouvre avec deux éditions collectives de ses œuvres publiées en 1622 et 1629. Jacques Davy du Perron n’a jamais pu cacher sa passion dévorante pour ...

Philippe Desportes
1546 - 1606

poésie  

Philippe Desportes est un poète reconnu à la cour d’Henri III, son protecteur. Sa gloire littéraire surpasse même la célébrité de Ronsard à un moment alors que celui-ci se tient à l’écart de la Pléiade. Desportes s’amuse à écrire sur les amours d’Henri III ou encore de Marguerite de Valois – dans le plus grand respect de la pudeur entendons-nous bien !...
Malherbe ...

Estienne Durand
vers 1586 - 1618

poésie  

Etienne Durand s’inscrit dans la légende par sa mort tragique ; attaché à la maison de Marie de Médicis, on l’accusa de comploter contre Luynes, le favori du roi. Il fut condamné pour cela à être roué vif.
Il nous a laissé Ses Méditations, publiées en 1611 qui forment la majeure partie de son œuvre. Elles aspirent à une forme de liberté d'esprit dont la tonalité est ...

Gilles Durant de la Bergerie
1554 - vers 1614

poésie  

Gilles Durant est né à Clermont en Auvergne en 1554 et mourut en 1614 ou 1615. Avocat au Parlement de Paris, il est connu pour sa Satire Ménippée. On sait de lui qu'il n'aimait guère sa profession puisqu'il le confesse avec virtuose dans l'un de ses poèmes. Il compose sans prétention et sans ambition : « Pourtant je ne suis Poète / Si beau nom je ne souhaite / Aussi jamais je n'eu ...

Jean Godard
1564 - 1630

poésie  

Jean Godard et non pas Jean-Luc… est un poète baroque français. Il est né en 1564 et s’éteint en 1630. Héritier des poésies amoureuses de Ronsard et de la veine pétrarquiste, il n’en demeure pas moins un poète satirique et héroïque ainsi qu’un auteur dramatique et grammairien. Il s’aventure dans tous les genres et les marque d’une signature originale.

Isaac Habert
1560 - 1625

poésie  

D'après Nathalie Mahé, Issac Habert serait un « pré-baroque » dont les textes sont marqués par le mouvement. Toutefois, il reste marqué par la tradition pétrarquiste et ronsardienne. Le cocktail est donc bien corsé ! Il excelle dans la poésie scientifique et c’est grâce aux Météores, où il expose la physique d’Aristote et de Pline qu’il connait la notoriété.

Tristan L'Hermite
1601 - 1655

poésie  

Tristan l'Hermite, surnommé L'Hermite – qui aurait cru ? – est un écrivain mineur du XVIIème. Mais quelle erreur quand on le connait ! Dans la même veine que Scarron, il retranscrit dans Le Page disgracié un récit de jeunesse qui compile des anecdotes fameusement romancées. Mais il est aussi l'auteur de la tragédie Marianne qui bouleversa l'époque et reçu autant ...

Marc Papillon de Lasphrise
vers 1555 - vers 1599

poésie  

Marc Papillon de Lasphrise, poète baroque, satiriste et érotique est un homme passionné qui n’a pas froid aux yeux. Il se rit des conventions et des bonnes intentions. Il écrit les Amours de Théophile en l’honneur d’une religieuse et L’Amour passionnée de Noémie pour une nièce sur un ton libertin osé. Il invente même une langue, représentée dans ces deux vers : Cerdis Zerom...

François de Malherbe
1555 - 1628

poésie  

Malherbe entend réformer et épurer la langue. Son souci d'esthétisme, d'équilibre et sa rigueur extrême lui attireront quelques moqueries de la part de ses contemporains. Mais en cela on peut, à juste titre, le considérer comme un des premiers réformateurs de la langue française, bien avant le premier vrai dictionnaire unilingue de 1680. Maladif de l'écrit parfait, il mit tellement ...

Clovis Hesteau de Nuysement
vers 1550 - vers 1624

poésie  

Est-ce le fait d’avoir été un alchimiste sexy qui fit de Clovis Hesteau de Nuysement l’amant de Margueritte de Navarre ? Clovis est aussi et surtout un poète dont le style relève de la sensibilité de l’Académie de Florence. Il publie en 1578 des Œuvres poétiques, où l’on est saisi par sa puissance lyrique et charmé par ses références à la mythologie grecque. Poète ...

Siméon-Guillaume de La Roque
1551 - 1611

poésie  

Simon Guillaume de La Roque est né à Clermont en Beauvoisis en 1551 et disparait à Paris en 1614. Il est connu pour les Heureuses Amours de Cloridon où il met en scène ses propres aventures amoureuses et celles de quelques gens de sa connaissance. Beaucoup de stances, de chansons, d'élégies et autres pièces érotiques parsèment son œuvre. Il écrit une pastorale intitulée La Chaste ...

Marc-Antoine Girard de Saint-Amant
1594 - 1661

poésie  

Marc-Antoine Girard de Saint-Amant est un poète assez polyvalent ! Plusieurs muses inspirent sa plume donnant naissance à des poèmes bachiques tels les Goinfres, mais également fantastique avec Les visions. Il s'essaye à d'autres thèmes et reste célèbre pour avoir inventer un vocabulaire poétique burlesque. Il intègre l'Académie Française en 1634, toute jeune alors !

François Scalion de Virbluneau
vers 1560 - vers 1610

poésie  

Dans les Annales poétiques, ou almanach des muses datant de 1779, la critique est sans pitié ! « La disette d'esprit que nous avons reprochée à Jean de la Jessée, se trouve perfectionnée dans Scalion de Virbluneau, sieur de l'Ofayel. » Théophile Gautier consacre un texte sublime sur le poète baroque dans Les Grotesques. Après nous avoir assuré que Scalion était détestable et ...

William Shakespeare
1564 - 1616

poésie   théâtre  

Mais qui était véritablement William Shakespeare?
Les pièces de théâtre les plus connues au monde ont subit de nombreuses tentatives d'attributions, notamment à la reine d'Angleterre.
Qui que se soit, son œuvre fait partie du patrimoine culturel mondial et on ne compte plus les adaptations de Roméo et Juliette, le drame romantique par excellence.
Entre Hamlet, Macbeth et Le ...

Honoré d' Urfé
1567 - 1625

poésie  

Honoré d'Urfé est issu d'une noble lignée. Très jeune il devient Chevalier de Malte. Mais c'est surtout pour L'Astrée que poète à la belle figure est connue. Son œuvre bouleverse tant que des sociétés s'organisent pour reproduire la manière de vivre des bergers de l'Astrée, notamment chez Mademoiselle de Montpensier. Se créée même l'Académie des Parfaits Amants composée ...

Abraham de Vermeil
1555 - 1620

poésie  

Abraham de Vermeil demeure longtemps dans l’oubli et c’est Henri Lafay qui l’en sort. Originaire de Cerdon, dans le Bugey, Abraham de Vermeil porte les armes d'Henri de Navarre pendant la Ligue. Il décide de se consacrer entièrement à la littérature et part à Paris où il peut se livrer à la poésie. Il devient le protégé de Charles-Emmanuel, duc de Savoie qui l'anoblit le 14...

Théophile de Viau
1590 - 1626

poésie  

Ignorée avant d'être redécouverte par Gautier, l'autre Théophile, au XIXe siècle, la poésie de Théophile de Viau vaut surtout pour son irrévérence. Étrangement, on compte pas moins de quatre-vingt éditions de ses œuvres au XVIIe siècle. C'est sans doute son esprit libertin et parfois obscène qui l'a fait disparaître des critiques. Il est l'auteur de textes licencieux qui lui ...

17ème siècle

Alors que la France se pavane à la cour du roi. Où l'on apprend que Louis XIV est peu rancunier.

EN SAVOIR +

Lumières sur
Théodore Agrippa d'Aubigné

1552 - 1630

Marqué par les guerres de religion, Agrippa d'Aubigné dénonce la persécution violente des protestants par une langue toute aussi violente. Sa poésie baroque se déploie dans un long poème héroïque Les Tragiques, divisé en plusieurs sections. À la fois ennemi de l'Église romaine et ennemi de la cour de France, la plupart de ses textes ont une visée polémique. Au-delà des pamphlets, un pan méconnu de son œuvre est d'une tonalité lyrique.

EN SAVOIR +

L'hiver du sieur d'Aubigné

Mes volages humeurs, plus stériles que belles,
S'en vont, et je leur dis : " Vous sentez, hirondelles,
S'éloigner la chaleur et le froid arriver.
Allez nicher ailleurs pour ne fâcher, impures,
Ma couche de babil et ma table d'ordures ;
Laissez dormir en paix la nuit de mon hiver. "

D'un seul point le soleil n'éloigne l'hémisphère ;
Il jette moins d'ardeur, mais autant de lumière.
Je change sans regrets lorsque je me repens
Des frivoles...

LIRE LA SUITE