Personnification

Une horloge qui remet les pendules à l'heure ;
Un arbre qui a la « gueule de bois » ;
Un poney qui monte sur ses grands chevaux...
Des récits Très très courts qui brisent la glace, et en disent très très long sur ces êtres et objets muets comme des carpes.
386 lectures93 votes

— Bonjour, dit le Jour.
— Bonne nuit, répond la Nuit.
— Tu me sembles bien ténébreuse ce soir ! As-tu des ennuis ? Qu’est ce qui te nuit ? interroge le Jour.
— Ce n’est pas très clair, mais je souffre d’insomnie et, nuit après nuit, du soir au matin, je... [+]

Qualifié
Grand Prix Printemps 2017
1444 lectures471 votes
 Personnification    3 min
Scribette

Imparfait

Par Scribette, il y a

Avec un tel nom, le pauvre était bien mal engagé dans la vie ! Et pourtant, si imparfait fût-il, on se mit à le solliciter sous le moindre prétexte. Voulait-on évoquer ce que l'on avait fait la veille, on appelait aussitôt Imparfait qui, à l'occasion, se faisait seconder par son ... [+]

Finaliste
Grand Prix Printemps 2017
214 lectures52 votes
Vrac

Fausse route

Par Vrac, il y a

C’est notre tuteur qui nous a élevés. Nous avons grandi dans la banlieue parisienne, dans un quartier tracé au cordeau. Je me souviens de maisons en meulière et de pavillons coquets entourés de jardinets, je me souviens des potagers et des jardins ouvriers, du vert glauque des choux ... [+]

Qualifié
Grand Prix Printemps 2017
294 lectures46 votes
 Personnification    1 min
Thierry Schultz

Polars blues

Par Thierry Schultz, il y a

Ce matin, en entrant dans ma bibliothèque, j'ai surpris mes polars tenant un conciliabule. Ce n'est pas la première fois que cela arrive à mes pensionnaires loin de là, j'ai désormais une certaine expérience. Pas plus tard que l'an passé j'ai dû mater une manif des ouvrages de Harlan ... [+]

Qualifié
Grand Prix Printemps 2017
261 lectures60 votes
 Personnification    1 min
Vrac

Edition spéciale

Par Vrac, il y a

Elle prenait comme moi le 18h45.

J'arrivai du kiosque comme chaque soir et m'affalai comme un millefeuille sur la banquette. Le monde dégoulinait de mauvaises nouvelles.

Le ciel était de la couleur du plomb des typographes, la pluie dessinait sur les vitres des calligrammes ... [+]

Qualifié
Grand Prix Printemps 2017
740 lectures95 votes

Un carré s’adressant à un cercle, le traita de vicieux. « L’aire » de rien, ce dernier fut très vexé, mais essaya de faire bonne figure. Le carré insista : « Tu les as trouvés dans un manuel de géométrie, tes jeux de mains ? Il faut dire que tu en connais ... [+]

Qualifié
Grand Prix Hiver 2017
212 lectures31 votes
 Personnification    1 min
PatDeb

La guerre des larmes

Par PatDeb, il y a

Deux larmes se déclarèrent la guerre.
Le motif était puéril, voire hilarant pour qui savait encore faire marcher ses zygomatiques. Laquelle des deux sortirait de l’œil d’un vieux borgne. Le pauvre homme attendait un appel téléphonique qu’il ne manquerait sous aucun ... [+]

Qualifié
Grand Prix Automne 2016
493 lectures80 votes
 Personnification    Arts    1 min

C'est une page blanche.

Elle est très angoissée.

Pourquoi ?

Parce que devant elle, depuis des heures, des jours, des semaines même, il y a quelqu'un qui se prend pour un écrivain et qui la menace avec un stylo tout neuf.

La page blanche attend, ... [+]

Qualifié
Grand Prix Automne 2016
2694 lectures262 votes

Cette histoire plante son décor loin, très loin, sur les terres à jamais glacées de l’île Wrangle un peu à l’ouest de l’Alaska. Là où l’homme ne s’aventure que pour planter le drapeau de son pays et constater, quand le budget s’y prête, l’imminence d’une catastrophe ... [+]

Finaliste
Grand Prix Automne 2016
1235 lectures202 votes
Gouelan

Les pensées de Flore

Par Gouelan, il y a

Flore était follement sage.

Une seule couleur, très pure, des pétales lisses, sans éraflures, un port droit, sans malice.
Pourtant, derrière cette allure un peu sévère, se cachait un cœur de poète timide et rêveur, avec une touche d’espièglerie. D’ailleurs ses ... [+]

Finaliste
Grand Prix Automne 2016
374 lectures29 votes
Edmond

L'étalon

Par Edmond, il y a

Un fier étalon, noir comme la nuit, parcourait son domaine la crinière au vent. Arrivé près de la clôture la plus au nord, il aperçut un animal fort étrange qui broutait une herbe jaunie et souffreteuse. Plus petit que lui, bedonnant, d’aspect lourdaud, les oreilles basses de ceux qui ... [+]

Qualifié
Grand Prix Automne 2016